A l’hôpital d’Orléans, les urgences ont été fissurées

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Au centre hospitalier régional, plus de 90 % des infirmiers et aides-soignants sont en arrêt maladie. Le décès d’un patient, le lundi 28 mars, découvert sur un brancard, a été la goutte d’eau.

Ils n’ont jamais été vus. Au centre du CHRU d’Orléans, la quasi-totalité des personnes qui prennent en charge les urgences sont en arrêt maladie depuis près d’une semaine. L’hôpital, qui a lancé mardi 29 mars son plan blanc, ne maintient une activité qu’en utilisant les infirmiers et aides-soignants des autres services et le « pool » de remplaçants. Cela a été réduit après un appel au public à ne solliciter le service qu’en cas d’urgence « vitale ».

Selon le décompte du syndicat SUD-Santé-Socials communiqué le 3 avril, 79 des 80 infirmiers urgentistes et 35 des 45 aides-soignants – dont les quatre cadres de santé – ont été interpellés, soit 90% de ces urgentistes paramédicaux, en raison à « l’état d’épuisement et de malaise » qui prévaut depuis des mois, selon les représentants syndicaux.

Comment en sommes-nous arrivés à cette situation ? La journée « catastrophe » du lundi 28 mars a été « la goutte d’eau », pour reprendre les mots des personnes qui s’en occupent. Dans l’un des services d’urgence, le soignant a trouvé un de ses patients décédé sur une civière. La mort de cette femme âgée était « attendue », explique-t-on dans les rangs médicaux, mais les conditions dans lesquelles elle est intervenue ont perturbé un service déjà au bord de l’explosion. « Ce n’est pas le premier, et ce ne sera pas le dernier mort aux urgences, on sait qu’on est face à la mort, rappelle Marine (prénom changé), une infirmière présente ce jour-là, qui souhaite rester. anonyme. Mais il y a des morts plus choquantes que d’autres, et là, ce qui est choquant, c’est qu’on ne peut plus accompagner dignement les patients. »

« On est maltraitants »

La jeune femme de 25 ans s’occupe alors du secteur suivant : elle a 23 patients sous sa garde au moment de la passation en charge à l’équipe dans l’après-midi, à 14 heures. Un nombre démesuré qui revient ces derniers mois de plus en plus souvent au centre hospitalier régional, alors que le ratio jugé normal est d’un infirmier pour huit à dix patients. « On n’est plus en mesure d’assumer de tels décès, résume Marie Lefrançois, sa collègue infirmière assistante. On se rend compte qu’il y aura un raté dans ces conditions où ça déborde de partout. »

À LIRE  9 conseils utiles et vitaux pour maintenir la santé de la batterie de l'iPhone à 100 % en 2021

Outre ce décès, la saturation est telle que la nouvelle équipe qui arrive cet après-midi, ce lundi 28 mars, refuse de prendre ses fonctions et déclenche un « droit de retrait » – le -cinq depuis le début de l’année, selon SUD-Santé-Socials. Manière de tirer la sonnette d’alarme et d’obliger les gens à trouver des solutions pour décongestionner. Dans les couloirs, les brancards sont ramassés, dans de nombreux box, il y a trois patients au lieu de deux, même la salle du plan blanc, où les patients n’ont pas d’intimité, a été rouverte depuis quelques jours, selon le soignant présent.

Il vous reste 62,98% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce qu’une autre personne (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur  »  » et assurez-vous d’être la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Et si vous continuiez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter à votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais les utiliser à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.