Anglet : Gochoa, pionnier des salles de sport sur la côte basque

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Jean-Pierre Tamisier – jp.tamisier@sudouest.fr Publié le 20.12.2022 à 19.04.. Mis à jour le 20.12.2022 à 19.04.

La famille Ranque exploite depuis 1984 la salle des sports de Gochoa avenue du Bois-Belin à Anglet. Depuis 2014, les parents passent le relais à leurs enfants

En 2024, le Gochoa Gym and Fitness Center, 15 rue du Bois-Belin, Anglet fêtera ses 40 ans. Il y a eu beaucoup, beaucoup, depuis 1984, d’anglophones et d’anglophones qui sont passés pour sculpter leur corps ou entretenir leur forme physique.

Lorsque Nicole et Jean-Claude Ranque ont décidé de créer cette salle de sport, il n’y en avait pas beaucoup sur la côte basque. L’histoire commence en 1977 dans la petite salle Jacquet à Bayonne, ouverte en 1949. « J’étais éducateur sportif dans l’armée, raconte Jean-Claude Ranque. J’ai aussi joué au rugby au Paris Université Club. Jusqu’à l’accident de la circulation qui m’a obligé à m’arrêter. »

Au Hameau du soleil

De retour à la vie civile, il a trouvé du travail comme instructeur de gym au centre de formation des cadres du centre de loisirs. « Le directeur du village de vacances PTT Hameau du Soleil m’a proposé de venir à Anglet l’été en tant que moniteur de sport. »

Il rencontre ensuite Nicole, qui étudie l’anglais, et décide de ne pas partir. « Je ne faisais pas de sport à l’époque », a-t-il déclaré. Je m’y suis mis avec Jean-Claude. J’ai suivi une formation et obtenu les diplômes nécessaires jusqu’au brevet d’état. »

Après l’expérience de Bayonne, Jean-Claude Ranque décide d’ouvrir sa propre salle. « Un espace de 100 m² au Centre Médical Gochoa à Saint-Pierre-d’Irube. Nous avons ouvert en novembre 1980. »

À LIRE  30 conseils pour être en forme après 60 ans !

L’ère de l’Aérobic

Quatre ans plus tard, cette opportunité s’ouvre dans un local de la rue du Bois-Belin 15 Anglet, un ancien entrepôt viticole. Le lieu est vaste et permet de construire différentes salles d’entraînement, avec ou sans machine. Jean-Claude et Nicole Ranque en profitent.

Nicole Ranque ajoute que c’était l’époque où Véronique et Davina popularisaient l’aérobic avec le gym tonic à la télévision. La demande est apparue. Nous avons commencé nos cours. »

Des balances sont également installées. « Nous n’en avons pas trouvé. J’en ai conçu et fait fabriquer par un ami serrurier à Saint-Esprit à Bayonne et au lycée Cantau à Anglet », raconte Jean-Claude Ranque.

« Il fallait aussi avoir tous les diplômes nécessaires », rappelle Nicole Ranque. On n’était pas comme aujourd’hui, dans un stade où l’on crée des salles sans moniteur. Ce n’est pas la philosophie de Jean-Claude et Nicole Ranque. Ni celle des enfants qui ont repris les rênes de la salle depuis 2014.

800 adhérents

Danseuse de formation, Charlotte Ranque, qui pratique également l’athlétisme, obtient un National Certificate in Fitness puis débute des cours collectifs en Nouvelle-Zélande avec Lesmills. Elle a développé de nombreux cours collectifs de Body Balance, Body Pump, Stretching, Spins, Body Combat, Body Attack, Fitness, C’dance, etc.

Il en gère une partie et est épaulé par six formateurs. Son frère Mathias s’occupe de toute la partie administrative et des horaires. Avec environ 800 membres âgés de 14 à 91 ans et une douzaine de séances de groupe par jour, ce n’est pas une mince affaire.

À LIRE  Le tonic Club, vitrine historique des sports clermontois, change de mains