Arnaque au kilométrage. L’application Odopass lance un…

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Sommaire

Pour tenter de rassurer les acheteurs de véhicules d’occasion, l’application Odopass se dote d’une nouvelle fonctionnalité. Les vendeurs pourront désormais faire certifier leur compteur kilométrique. Mais attention : en dépit de certains garde-fous, le système ne sera pas infaillible.

Publié le 08/12/2022 – 08:31

Mis à jour le 08/12/2022 – 11:00.

Pour lutter contre la fraude au kilométrage, la société française Odopass a introduit une nouvelle fonctionnalité de certification des compteurs.

Des photos régulières de compteur

De toutes les escroqueries qui peuvent attirer un acheteur de voiture d’occasion dans son piège, la lecture du compteur kilométrique est l’une des plus insidieuses. Il est généralement impossible de détecter un compteur modifié. Quelques indices peuvent parfois vous donner un indice, comme des sièges ou un intérieur qui n’est pas dans l’état annoncé par le vendeur. Sans oublier la consultation des factures d’entretien, qui reste la meilleure parade… à condition de conserver ces papiers. Depuis janvier 2021, le site officiel Histovec est également devenu un outil indispensable. Il existe en fait un historique de kilométrage basé sur les données de contrôle technique. Attention toutefois à ne pas y voir une solution miracle. Si Ghislain Trabichet, co-fondateur de la société française Odopass, l’a saluée comme un « premier pas en avant », il regrette aussi qu’il y ait encore « des délais trop longs ». La première facturation a lieu la quatrième année du véhicule, puis tous les deux ans. […] Et comme les relevés ne se font pas pendant ces périodes, il y a un risque de fraude au compteur kilométrique. »

Un service qui vient en complément

Selon lui, 15 à 20 % des voitures sur le marché aujourd’hui ont un compteur trafiqué. Un phénomène sous-estimé par près de 70% des conducteurs français, selon une enquête auprès des utilisateurs de l’application Odopass. Pour mieux lutter contre ce type de fraude, l’entreprise, fondée en septembre 2019, propose désormais une nouvelle fonctionnalité : la certification du compteur kilométrique. Le principe est simple. Les titulaires doivent au préalable fournir un scan de leur pièce d’identité et de la carte grise de leur véhicule. Une vérification est alors effectuée par Odopass qui s’assure que les deux noms correspondent. Lors de notre test un dimanche, cela a pris quelques minutes. Les utilisateurs sont alors invités à photographier périodiquement leur compteur pour confirmer qu’il suit une évolution normale. Ces clichés pris sur le smartphone sont stockés de manière sécurisée grâce à la fameuse technologie blockchain, réputée intouchable. Il n’est donc pas possible de les modifier ou de les supprimer ultérieurement.

À LIRE  Comment bien préparer la vente de sa voiture ?

Le cas épineux des véhicules importés

Cependant, le système n’est pas infaillible. Un attaquant pourrait contourner cela notamment en photographiant le compteur d’un modèle identique avec un kilométrage inférieur. Pour minimiser ce risque, Odopass recommande de prendre des clichés tous les mois. « Plus on a de kilométrage récurrent, plus il devient compliqué de réaliser ce type de manipulation avec deux véhicules similaires », argumente Ghislain Trabichet. Cependant, il est ajouté que cette nouveauté n’est pas destinée à servir de seul outil anti-fraude. Comme Histovec, l’application de la start-up française propose des pistes d’audit technique supplémentaires. Vous pouvez également numériser les factures d’entretien, qui incluent toutes le kilométrage. L’objectif est donc de proposer le « French Car Pass ». Un nom qui fait référence au Car-Pass, ce service utilisé en Belgique depuis 2006 pour compiler avec précision les chiffres donnés par les professionnels lors des visites à l’atelier. Hors Quiévrain, cela aurait ramené le nombre de fraudes au compteur recensées annuellement de 60 000 en 2005 à seulement 1 521 en 2021, ce qui correspond à une part de marché de près de 0,2 %.

Selon une enquête de CarVertical de 2020, la fraude au compteur est beaucoup plus répandue en Roumanie, en Lettonie ou en Allemagne qu’en France.