Avec un seau sur la tête et un tabouret autour du cou, Shaheel Shermont est un pastiche de défilés de mode, et c’est hilarant !

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Pendant trois jours, nous les avons regardés sur Instagram : des vidéos faites maison, qui sait où elles ont été faites, sauf que nous avons pu repérer une sorte de patio. Sept « bobines », comme on dit désormais, qui montrent un jeune homme défilant comme un top model, et utilisant des codes d’exercices familiers, à savoir, air fier, sérieux extrême, conduite ultra-rapide. Les jeunes portent des tenues incongrues mais elles ont fière allure, et encore une fois c’est ce que fait la mode en général.

Mais, point décisif : toutes ces tenues sont confectionnées avec les moyens du bord. Shaheel (parce que c’est le même) a un tabouret autour du cou, la tôle ondulée lui sert de robe bustier, et il essaie un bol comme chapeau de dingo, et ainsi de suite. C’est ridicule parce qu’il crie la vérité. En fait, cela montre non seulement le côté un peu absurde de nombreux défilés de mode, mais coïncide également avec une confusion inexprimée à laquelle nous sommes tous confrontés face à certains looks sur les podiums.

Tendances / O – Bouchouchi – 04/07/2022

Si on avait une mauvaise tête, on dirait qu’elle dénonce les dérives des créateurs. Mais ne vous méprenez pas, même si la vidéo ressemble à une moquerie, il n’y a pas de malice. C’est sa force. Buster a le pouvoir comique d’une séquence de Keaton, et cela vient d’un gars qui est assez libre pour s’autoriser l’humour là où personne d’autre ne le fait.

Ces derniers jours, les spéculations sur l’origine de ces vidéos se sont multipliées. On a beaucoup lu qu’elles étaient l’œuvre d’étudiants d’une école de mode. Beaucoup de gens se sont penchés vers la Saint Martins School à Londres. Et quand je dis « beaucoup », je veux dire « beaucoup », car les blagues de Shaheel Shermont sont devenues virales en dix jours.

À LIRE  Emanuele Coccia: "Le système est l'une des études philosophiques les plus puissantes d'aujourd'hui"

Milan Human Journal of Fashion : « Est-ce 36 ou 46 ? »

Il m’a fallu environ deux heures pour remonter le fil, et j’ai enfin identifié l’auteur de cette tarte. Elle s’appelle donc Shaheel Shermont et vit aux Fidji. A 24 ans, il vit avec une (grande) famille. Après avoir travaillé comme agent de voyages, il travaille à mi-temps dans une promotion immobilière avec une passion pour l’humour, à travers de bonnes vidéos de Tik Tok.

Qu’est-ce qui lui est passé par la tête chez Shaheel, qui s’est soudainement retrouvé à des milliers de kilomètres et a suscité un intérêt pour des émissions qui n’avaient pas grand-chose à voir avec sa vie quotidienne ?

Si c’est le cas, il a récemment vu des « reels » et des « stories » où l’on voyait des gens défiler avec des objets insolites (dont Loewe et JW Anderson). Il a décidé de prendre ça comme un jeu et d’en faire autant, à sa manière. Au début, il est passé presque inaperçu, même si cela a suscité l’excitation de ses amis. Mais la cinquième vidéo a littéralement « explosé », reprise aux États-Unis, en Inde et bientôt dans le monde entier. Tout d’abord, le monde de la mode est une bulle internationale. Et puis, même dans les endroits les plus isolés, des images de spectacles arrivent, parfois comme des pilules partout.

Adoubé par le critique d’art Jerry Saltz

Adoubé par le critique d’art Jerry Saltz

Shaheel Shermont n’aurait certainement pas pu prédire un tel succès. Il a été surpris de trouver un article entier à ce sujet dans un grand journal fidjien. Hier, il était à El Pais, en Espagne. Sur Instagram et Tik Tok, où le nombre de ses abonnés vient de décupler, Shaheel s’est chargée d’écrire des excuses pour ne pas pouvoir répondre à tout le monde :

À LIRE  Mode. Ce que vos chaussures disent de votre personnalité : un expert nous répond

« Je voudrais clarifier quelque chose. Je ne suis pas célèbre et s’il vous plaît ne me parlez pas comme je le suis … Je suis content que mes vidéos aient un si large public et je suis content qu’elles m’aient donné des opportunités, mais « moi » c’est pareil. avant de. Ne pensez pas que je suis devenu arrogant si je ne réponds pas immédiatement. « .

Je contacte Shaheel Shermont via Instagram. Il s’étonne qu’un critique de mode français s’intéresse à ses vidéos. Je lui envoie quelques questions, et il y répond par des messages vocaux amusants :

Bénéficiez de – 50% la première année avec Google en vous abonnant à L’Obs

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous consentez au dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

« Je suis assez nouveau sur Instagram, je n’ai qu’un an (deux ans chez Tik Tok). Chez Tik Tok, beaucoup de gens font des vidéos où ils sont considérés comme des modèles mais c’est toujours au premier niveau, je voulait ajouter une sorte de tournée comique à tout ça. » Je suis très loin du monde de la mode, donc c’est incroyable d’entendre que je décris quelque chose qui existe, parce que je n’y connais vraiment rien. »

C’est probablement pourquoi ces vidéos sont si populaires. Ils sont amusants et propres, écoliers et tendres, créatifs et humbles. Le célèbre critique d’art Jerry Saltz, lauréat du prix Pulitzer, a également partagé un message Instagram avec les mots : « Mieux que beaucoup de ce que vous voyez que beaucoup de ce que vous voyez dans les biennales d’art. » Et il a bien raison ! Bref, le monde change.