Aventure d’attaque à travers l’Europe : six étudiants de Bayonne sur le …

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

La jeune Kanboar a emmené cinq de ses camarades de classe dans une aventure qui…

Le jeune Kanboar a emmené cinq de ses camarades de classe dans une aventure qui promet de les changer de leur quotidien d’étudiants en commerce : un raid de 8 000 km à travers 20 pays européens. Un parcours baptisé Europ’Raid, que les équipes en lice devront parcourir en 22 jours, sur une Peugeot 205. Sans aide, à l’aide d’une balise, d’un GPS et d’un carnet de route, ils devront rejoindre les différentes étapes du parcours : le mur de Berlin, les flèches de Prague, la place Saint-Marc à Venise, l’Acropole d’Athènes, etc.

Un défi automobile, donc, mais aussi humain. Dans leur coffre, chaque équipe participante devra transporter 70 kg de matériel médical, scolaire ou sportif. Des dons qui seront destinés aux écoles et aux associations caritatives des régions en transition. Julie Levadoux a lancé l’idée dans la soirée.

« J’ai trouvé une story sur Instagram. J’ai toujours voulu participer à ce genre d’aventure, mais je n’ai jamais trouvé de volontaires pour m’accompagner… » Mais ce soir-là, la jeune femme a fait mouche. Neuf de ses camarades lèvent la main. Tous sont en deuxième année d’école de commerce à Bayonne, à la Talis Business School.

Cours de mécanique

« Au final, ce n’était pas faisable pour tout le monde. Nous nous relayons tous, constate Corentin Virepinte, lui aussi sur la ligne de départ. Entre l’école, le travail et le temps partiel, chacun faisait selon ses possibilités. « Résultat des courses, ils seront six à s’élancer du nord-est de la France, le 29 juillet prochain, répartis en deux équipes : le Neskak’raid et l’Euskaldun.

À LIRE  Quels sont les documents nécessaires pour assurer votre scooter ?

« Nous sommes tous amis. L’idée était d’équilibrer au mieux les deux équipages selon les tempéraments et capacités de chacun », raconte Corentin Virepinte, Montois exilé à Bayonne dans le cadre de ses études. Il s’occupe, entre autres, de la partie « prospection et recherche de fonds » pour son équipe, qu’il forme avec Laury Pe et Léonardo Garcia : l’Euskaldun (1). « Toute aide sera appréciée », a-t-il déclaré. Le projet total coûte 10 000 euros, entre l’achat de la voiture, les frais de réparation, l’enveloppe pour financer les repas, l’essence… »

Plutôt que de compter sur la générosité du PDG de Total, le jeune homme, en alternance avec un cuisiniste du Forum à Bayonne, préfère miser sur la générosité des commerçants locaux. « Nous avons été très bien accueillis dans les magasins que nous avons approchés et certaines grandes marques locales ont manifesté leur intérêt pour nous sponsoriser. »

D’ici là, Julie Levadoux et ses coéquipières, Garance Decap et Maëva Caumont, chouchoutent leur voiture près de Larressore. Celui qui s’apprête à vivre une seconde jeunesse sur les routes du Monténégro, de Bulgarie ou de République tchèque, dormait jusqu’alors dans le garage d’un couple de retraités, à Boucau. Le mécanicien chargé de sa restauration accepte de donner quelques cours de mécanique au jeune trio. « Et le pire, il y aura aussi des garages sur place », conclut l’étudiant, sans l’ombre d’une crainte.