Aveyron : Patrick Pelloux s’est rendu aux urgences de l’hôpital de…

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Publié le 29/09/2022 à 14:59

, une mise à jour

à 16h56.

Patrick Pelloux, le charismatique président de l’AMUF (Association des médecins urgentistes de France), sera en Aveyron ce jeudi 29 septembre.

Patrick Pelloux est arrivé tôt le matin à l’aéroport de Rodez après avoir passé la nuit et dormi pendant deux heures, d’abord en compagnie de Franck Becker, chef de service de médecine d’urgence aux urgences de Decazeville, ainsi que du délégué régional et national de l’AMUF.

Patrick Pelloux a accueilli les ambulanciers, dont le service a dû être déplacé après qu’un incendie a partiellement détruit une aile de l’hôpital Decazeville le 20 mai. Le service retrouvera ses locaux d’origine en août.

Autour d’un café, Patrick Pelloux a échangé avec Franck Becker, Christelle Dumoulin (directrice adjointe de l’hôpital Decazeville), Madame Mouysset (responsable de santé), Pascal Mazet (infirmier auxiliaire, conseiller régional de la commission de santé, secrétaire du service CGT Santé) et des membres du l’équipe des urgences, composée de Thierry Mallefert et Nouredine Abbad.

Une visite d’environ une demi-heure avant de rejoindre Franck Becker au Centre Hospitalier de Rodez.

Patrick Pelloux a répondu à nos questions :

Le but de votre visite à Decazeville ?

« Le but de ma visite est d’être au plus près du terrain et de la population. J’entends parler de Decazeville depuis 2003, nous avons tenu une réunion à Saint-Affrique sur le thème de la protection des hôpitaux de proximité et des maternités. il y a des années et nous comprenons que nous avions raison de dire qu’il ne fallait pas fermer les maternités. Il y a trop de fermetures en France. On est revenu sur la mortalité postnatale, tant pour les mères que pour les bébés. Il y a là un vrai problème et Je crois que le ministre veut en faire une priorité. Vous voyez qu’il faut à nouveau ouvrir des maternités. A partir de là, je me suis intéressé grâce au travail de Franck Becker de Rodez, que nous avons relancé avec le soutien. Le travail de Didier Jaffre ( directeur régional de l’agence régionale de santé Ed), l’agence régionale, la direction et tous les médecins, un très bon projet basé sur une population de près de 35 000. Il ne faut pas les oublier, il ne faut pas qu’ils soient oubliés par la république. c’est vraiment une super idée de service public éducation, santé. À mon avis, cela crée un avenir radieux et un exemple de ce qui peut arriver en France. »

À LIRE  Quelle est la machine pour les urgences à l'hôpital Sud-Gironde de Langon cet été ?

« Je soutiens les soignants, j’écoute beaucoup ce qu’ils ont à dire ; leur façon de travailler, leurs commentaires. C’est important aussi. La France n’est pas sur le périphérique parisien. La France c’est la France et les DOM-TOM. C’est toute cette richesse. Cela devrait nous inspirer, nous les syndicalistes. Nous ne pouvons pas agir comme un syndicat dans le salon et penser que son syndicat aura un jour un accès politique. Nous sommes pour la protection sociale et la convergence sociale. Les problèmes de société ».

La situation des hôpitaux et des soins de santé en France en général va de mal en pis. Quelles sont vos recommandations pour améliorer cette situation rapidement et à long terme ?