Axopar 25 : une coque open qui atteint 51 nœuds en propulsion électrique !

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Sommaire

Un bateau électrique, mais puissant

Connu pour ses bateaux performants qui tiennent bien la mer, le finlandais Axopar a décidé de se tourner vers les moteurs électriques.

Jan-Erik Viitala, fondateur du chantier naval, explique : « Nous avons remarqué qu’il y avait une demande pour des bateaux plus petits avec une autonomie raisonnable, tout électrique. L’idée est de pouvoir les utiliser partout, mais surtout dans les régions où l’usage des moteurs à combustion interne est limité, comme dans certaines voies navigables à Amsterdam, en Suisse ou en France. »

C’est sur l’Axopar 25, un modèle de 8 m de long, développé avec un moteur électrique en tête, comme l’Axopar 22, qu’a été installé un hors-bord de 300 chevaux du motoriste Evoy. .

Jan-Erik Viitala poursuit : « Les Axopar 22 et 25 ont été développés dans l’optique de la mobilité électrique et sont parfaitement adaptés à cette transmission en raison de leur poids, de leur efficacité, de leur équilibre et de leur construction modulaire. »

Le premier hors-bord électrique de 300 chevaux

Le nouveau moteur Evoy est le premier moteur hors-bord électrique de 300 chevaux. Fonctionnant à 800 volts, il est alimenté par deux batteries Kreisel de 63 kWh. La vitesse maximale est de 51 nœuds à 5732 tr/min, son régime moteur maximal. Sa vitesse de croisière est comprise entre 20 et 25 nœuds, vitesse à laquelle l’autonomie assure une distance de 25 milles. La charge rapide de la batterie prend environ 1 heure. Avec un chargeur de 32 ampères, cela prendra 4 heures.

Une navigation confortable et rapide, mais une autonomie très limitée

Nous avons eu l’opportunité de naviguer à bord de ce premier prototype électrique dans la baie de Cannes. Côté vitesse et sensations en mer, nous savions à quoi nous attendre puisque nous avions eu l’occasion d’essayer ce même modèle, équipé d’un moteur hors-bord thermique de 250 chevaux. Grâce à sa carène à step, l’Axopar 25 est rapide et confortable à naviguer.

À LIRE  Beaux livres de cuisine : 18 idées cadeaux pour les fêtes

Si l’objectif du chantier est de proposer un modèle électrique rapide pour couvrir de courtes distances, nous ne sommes pas convaincus par le concept. Si à 20 nœuds, l’autonomie est de 25 milles et la consommation de 4,5 kW/mile, celle-ci diminue très fortement à des vitesses plus élevées. A 29 nœuds, l’autonomie n’est que de 12 milles, soit une durée d’environ 36 minutes. Faut-il donc aller vite ?

Un moteur électrique pas si silencieux

C’est plutôt au niveau de la motorisation que nous avons été surpris. En effet, bien qu’électrique, le moteur reste assez bruyant, à la manière d’un modèle thermique. Ce constat nous a fait réaliser à quel point les constructeurs de moteurs thermiques ont beaucoup travaillé aujourd’hui sur l’insonorisation de leurs capots moteur, le bruit venant principalement des pièces mécaniques, notamment la transmission.

Des données de consommation et une estimation en temps réel

Sur le tableau de bord, toutes les données moteur et batterie sont calculées en temps réel. Ainsi, on connaît en direct la distance en milles que l’on peut encore parcourir, mais aussi le temps de navigation restant, en fonction de la vitesse du bateau. Le moniteur affiche également toutes les données relatives à la charge, aux capacités de la batterie et enregistre les données de navigation.

Des premiers modèles mis à l’eau d’ici à un an

Jan-Erik Viitala conclut : « Aujourd’hui, les batteries viennent de l’industrie automobile, ce qui limite la capacité et la taille, mais au fur et à mesure des progrès, celles-ci seront transmises à l’industrie du nautisme. projet à long terme qui nécessitera de longs investissements dans les infrastructures et des solutions durables et rentables. Le prototype d’un day cruiser électrique va intéresser et séduire un nouveau type de clientèle et amener plus de monde sur l’eau. »

À LIRE  Bordeaux : quels beaux achats pour quel budget au Salon du livre ancien ?

Axopar poursuivra le développement et l’optimisation de ses modèles de motorisation électrique. Ceux-ci devraient être prêts à être lancés sur le marché d’ici 8 à 12 mois. Si la motorisation électrique se développe lentement dans le nautisme, l’idée est-elle de continuer à naviguer rapidement, mais peu ?