Bateau à moteur d’occasion : le top 10 des inconvénients de l’achat d’occasion

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Si le prix peut être le principal intérêt dans l’achat d’un bateau à moteur d’occasion, il faut reconnaître de nombreux inconvénients. Parfois un bateau neuf coûte moins cher qu’un bateau d’occasion après rénovation…

Voici 10 choses à considérer avant d’acheter un bateau à moteur d’occasion…

Sommaire

1 – Aucune garantie

La plupart des bateaux d’occasion n’ont pas de garantie, que ce soit pour la coque, le moteur ou l’équipement.

2 – Gelcoat fané

A moins que le gelcoat ne soit rigoureusement entretenu par un nettoyage et un polissage réguliers (plusieurs fois par an), il est difficile de redonner de l’éclat à l’ancien gelcoat.

3 – État du (des) moteur(s) inconnu

Les fabricants de moteurs ont fait de grands progrès au cours des dernières années pour créer des moteurs hors-bord et in-bord de plus en plus fiables. L’utilisation d’injections a beaucoup à voir avec cette fiabilité. Mais ce n’est pas le cas des anciens moteurs que l’on trouve sur les unités d’occasion.

4 – Style démodé

Un bateau d’occasion peut avoir fière allure pour quelqu’un qui n’est pas familier avec les bateaux à moteur, mais son style est probablement dépassé. Comme les voitures, la plupart des modèles en production changent tous les 4 à 7 ans. De ce fait, les néophytes achètent souvent des bateaux à l’ancienne.

5 – Une fausse idée

Beaucoup de particuliers achètent des bateaux pour la fierté de posséder un bateau à moteur : « J’ai un yacht ! Mais même un bateau d’occasion à vendre montre que le propriétaire n’en veut plus…

6 – Dessin de carène obsolète

Bien que les constructeurs n’en parlent jamais, de nombreux navires anciens ont des coques dépassées. Les raisons varient d’une marque à l’autre : certaines sont trop anciennes et pour la plupart obsolètes ; d’autres sont mal équilibrés et naviguent avec un grand pas. De nombreux bateaux à moteur conçus aujourd’hui permettent la création de coques stables et confortables.

À LIRE  [Visible en version imprimée] L'industrie hôtelière s'intéresse de plus en plus au transport

7 – Bois noyé dans la structure

Jusqu’à relativement récemment, de nombreux constructeurs utilisaient du bois pour les coques, les ponts, les planchers et les traverses en fibre de verre. Cela a servi de colonne vertébrale à la fibre de verre. Au fil du temps, en raison des trous percés dans l’imposte ou des vis pour les supports extérieurs, le bois absorbe l’eau et devient mou et lourd. Au fil du temps et si une bonne étanchéité n’est pas respectée, le bois pourrit. Pratiquement tous les constructeurs utilisent aujourd’hui des matériaux composites pour remplacer ce bois.

8 – Câblage électrique primitif

L’un des systèmes les plus sensibles d’un bateau à moteur plus ancien est le câblage électrique. Jusqu’à la dernière décennie, les connexions filaires étaient exposées à l’air et très souvent corrodées. Les câbles traversent des cloisons souvent mal fixées et mal protégées contre la corrosion. Remplacer le réseau électrique d’un bateau à moteur est souvent complexe et coûteux.

9 – Pas de prévention contre l’osmose

Il y a des années, presque tous les constructeurs n’utilisaient que de la résine de polyester dans leurs coques en stratifié. Mais avec le temps et sous la pression hydrostatique, l’eau migre à travers la surface et dans le stratifié, qui devient gorgé d’eau. Cela provoque la formation de bulles sur la surface du gelcoat de la coque. L’osmose est un problème rencontré sur les navires très anciens. Aujourd’hui, presque tous les constructeurs utilisent la résine vinylester comme protection externe pour éviter ce problème.

10 – Vieillissement des tuyaux en caoutchouc

Nous avons rarement entendu parler d’un nouveau bateau ayant un tuyau d’échappement ou un tuyau de toilette cassé. Mais c’est un problème courant avec les bateaux d’occasion. Un tuyau en plastique pourri peut provoquer une surchauffe du moteur ou créer un chemin d’eau…

À LIRE  Louis Vuitton Croisière 2023 : le dialogue des éléments