Bonne résolution : pourquoi est-il important de l’avoir, et comment la protéger ?

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Le secret des bonnes décisions ? Puissent-ils être profondément ancrés en vous et dans vos habitudes.

A l’approche du début d’année, nous sommes nombreux à être déterminés à changer de vie sur le plan personnel ou professionnel. Qu’il s’agisse d’un simple entraînement, d’un achat important ou d’un changement de cap, les « bonnes résolutions » galvanisent autant qu’elles provoquent une certaine pression. La psychologue Joéline Andriana explique comment choisir et s’en tenir aux bonnes décisions.

S’inscrire à la salle de sport, arrêter de fumer et/ou d’alcool, changer de vie professionnelle… Si les résolutions du Nouvel An sont très souvent associées à notre envie de faire mieux, elles n’en sont pas moins corrélées, dans bien des cas, aux ordres de la société et /ou des proches. « Dois-je vraiment faire du sport ou est-ce que le culte de la minceur m’encourage ? « Est-ce que je veux limiter ma consommation de tabac ou est-ce plutôt le souhait de ma famille ? »… Si vous vous êtes déjà posé ce genre de question, c’est que vos bonnes intentions peuvent être influencées par des éléments extérieurs, et c’est souvent pour cela que votre les décisions ne tiennent pas.

Ou peut-être faites-vous partie de ceux qui utilisent les bonnes résolutions du début d’année comme moteur pour prendre de nouvelles habitudes, et attendent cette période avec impatience… Mais au fait, pourquoi prenons-nous nos bonnes résolutions à la début d’année ?

Sommaire

Aux origines de la tradition

Selon la psychologue Joéline Andriana, la naissance des bonnes décisions remonte à la création de notre temporalité. « Dans le monde, à l’exception de certains pays (Afghanistan, Éthiopie, Iran, Népal et Vietnam), nous vivons au rythme du calendrier dit grégorien, entré en vigueur le 15 octobre 1582 et créé par Pape Grégoire XIII.Ce calendrier, au symbolisme religieux avant tout, commence par le 1er janvier, qui marque la nouvelle année, symbole du renouveau, de l’opportunité de faire mieux, de résoudre des problèmes, de s’entendre sur une recherche de solution. pas bien, ou bien l’année dernière. Pour aller mieux, pour être plus heureux, plus satisfait de vous-même, de votre vie.

À LIRE  JOUE-LE. Strasbourg : sept déserts médicaux ont été recensés dans la ville...

Le premier jour de l’année en cours est donc l’occasion de repartir sur de nouvelles bases, tout comme le mois de septembre qui correspond au retour à l’école, à l’université et à la vie professionnelle après un moment de pause. Les vacances, propices au lâcher-prise et à une réflexion plutôt tournée vers soi, son bien-être, permettent de faire un bilan personnel, de reprendre la « rentrée » avec de bonnes habitudes.

Quelles sont ces bonnes résolutions ?

Pour le docteur en psychologie, les bonnes décisions se présentent sous trois formes :

Pourquoi est-ce parfois difficile de les tenir ?

Même si la nouvelle année et la rentrée sont des moments propices à un regain de motivation, « il reste difficile de tenir nos résolutions, surtout quand le but est de réprimer, de faire disparaître un comportement », précise le docteur en psychologie, avant d’ajouter « la perte est un deuil qui est toujours mal ressenti. Je recommande de changer de comportement plutôt que de casser une habitude. C’est plus précis et on sait ce qu’on veut accomplir. » Pour une personne qui souhaite arrêter de fumer par exemple, il s’agira de trouver un autre rituel que la « pause cigarette ».

Pour Joéline Andriana, il y a deux raisons pour lesquelles les décisions ne sont pas suivies :

Quelques clés pour tenir ses bonnes résolutions

Ainsi, pour que nos résolutions soient tenues, « elles doivent être intégrées dans la conscience pendant plus d’un mois et répétées tous les jours », selon le docteur en psychologie. La garantie de tenir nos résolutions est induite par une temporalité suffisante et par une motivation intérieure profonde, une résolution ferme.

Ainsi, l’expert conseille de préparer ces bonnes décisions à l’avance, en mettant en phase un bilan de sa propre vie avec tout ce qui présente des « problèmes » pour une vie heureuse et d’ébaucher des solutions à ces problèmes afin d’accéder à cet épanouissement personnel. Les plans, objectifs et sous-buts peuvent alors être notés, avec un échéancier défini et raisonnable.

En revenant aux trois types de décisions mentionnés ci-dessus, idéalement, nous devrions agir comme suit :

Notez que la peur est légitime. « Chaque changement apporte le doute et il est important que ces sentiments négatifs ne persistent pas et ne soient pas renforcés par des croyances limitantes. Il me semble nécessaire de les utiliser pour trouver une impulsion, une énergie qui mène à l’atteinte de nos objectifs » poursuit la psychologue, avant qu’il ne conseille de consulter un professionnel, pour se découvrir et connaître ses valeurs.

À LIRE  Minihy-Tréguier. L'extension d'un élevage porcin remise en cause

« Et bien sûr, libérez-vous de ce calendrier grégorien ! C’est important de prendre les bonnes décisions quand on est vraiment prêt. » Elle ajoute.

Oui aux bonnes résolutions, non à la pression !

Se fixer des objectifs, des résolutions de nouvel an, « c’est très sain et c’est important parce que c’est inhérent à l’être humain » poursuit l’auteur. « Les changements se produisent sans nous, il semble donc essentiel que certains changements se produisent avec nous et par nous. Cela nous permet de nous accorder sur une certaine maîtrise de nos propres vies. » Bref, sortir de sa zone de confort est un signe de bonne santé mentale, car en faisant des changements on prend conscience du temps qui passe et de notre finitude.

Et si la pression a tendance à dépasser la volonté, c’est en raison d’une volonté de changement trop rapide, estime Joéline Andriana. Mais nous avons besoin de temps pour résoudre nos problèmes et atteindre nos objectifs. « Le temps joue un rôle important dans ces bonnes décisions », confirme-t-elle.

Alors si, une fois vos décisions prises, vous commencez à vous sentir sous pression, rassurez-vous en répétant :

« Ma décision a été prise pour m’assurer d’aller mieux, de bien vivre avec moi-même et avec les autres ».

« Je sais que c’est moi qui prends cette décision et personne d’autre. »

Enfin, la préparation d’une bonne résolution ne peut passer que si vous vous connaissez vraiment et que vous savez identifier vos valeurs et vos besoins. Seule l’intime conviction que cette décision est source d’épanouissement et de satisfaction personnelle lui permet de perdurer dans le temps.

L’experte

Joéline Andriana est docteur en psychologie.

Son site : joelinandriana-auteur.com

Découvrez FemininBio Magazine en version papier ou PDF ! Achetez nos éditions dans notre boutique en ligne.