Cameroun : Le ministre des Finances a annoncé le budget 2023 à Douala

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Louis Paul Motaze, Ministre des Finances du Cameroun, accompagné de ses proches collaborateurs, a procédé, ce jour 16 janvier, à l’hôtel Best Western de Douala, au lancement du budget 2023 de l’Etat du Cameroun.

A noter qu’après Garoua en 2022, Douala, la capitale économique, a eu le grand honneur d’abriter cette cérémonie. D’où la présence des autorités, des gestionnaires de crédit, de nombreux opérateurs économiques, tous secteurs confondus, venus témoigner de cette partie de l’histoire de notre pays.

Concernant le Minfi (ministre des Finances), « ce budget a été élaboré dans un contexte marqué par le ralentissement de la croissance économique mondiale, et le taux projeté en 2023 est de 2,7 % à l’international. On s’attend à ce que l’inflation baisse à 6,5% en raison des politiques monétaires désinflationnistes mises en œuvre par les banques centrales. La même réduction est attendue en zone CEMAC où ce taux est projeté à 3,3%. « Le budget 2023 est en équilibre en recettes et en dépenses à 6 329,3 milliards de FCFA », a-t-il précisé.

Reconstruction des régions affectées par la crise sécuritaire

Au total, les recettes internes et les dons devraient s’élever à 4 676,4 milliards de FCFA, soit une augmentation de 453,3 milliards de FCFA par rapport à la loi de réforme financière de 2022, où ils étaient à 4 223,2 milliards de FCFA. Ces revenus se présentent comme suit : 807 milliards pour les revenus pétroliers et gaziers ; 3 528,1 milliards pour les recettes fiscales et douanières ; 250,4 milliards pour les recettes fiscales et 91 milliards de FCFA pour les dons.

Les dépenses du budget général hors dette, y compris les intérêts de la dette, sont estimées à 4 536,1 milliards. Ils sont à hauteur de 118,7 milliards ; c’est à dire. 2,7% en valeur relative par rapport à l’exercice 2022. En termes d’innovation, ce projet de loi prévoit, entre autres, la création d’un compte d’affectation spéciale pour soutenir la reconstruction des régions confrontées à une crise sécuritaire. Ce compte sera alimenté à hauteur de 15 milliards de francs CFA. L’autre innovation est l’introduction d’une annexe spécifique liée aux risques budgétaires. En outre, il est prévu de revoir le cadre juridique lié à l’utilisation de certaines recettes de services.

Une loi des Finances qui va davantage compliquer la tâche aux populations

« Alors que le peuple attendait du gouvernement qu’il trouve des solutions pour le satisfaire, la loi de finances actuelle va rendre la tâche du peuple plus compliquée par rapport à une pression fiscale de plus en plus suffocante. Pour preuve, le timbre fiscal est passé de 1 000 à 1 500 FCFA, de même pour les vignettes automobiles, les prix des denrées alimentaires en tout genre, pris l’ascenseur, etc. « , proteste une jeune étudiante.

À LIRE  A 70 ans, Jean-Pierre Habold veut (re)traverser l'Atlantique à la rame

« A la vitesse à laquelle les choses vont dans notre pays, je voudrais me demander si nous, les jeunes, verrons le ’bout du tunnel’ si martelé dans les discours de nos dirigeants », a-t-il déclaré. mettre.

Lire : Cameroun : Le fisc s’étend au secteur privé