Camp de Sayari en Tanzanie, avis d’expert du Figaro

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Sayari Camp

Tarif : à partir de 640 € / nuit pour une chambre double

L’avis du Figaro

Premier camp permanent du nord du Serengeti (en 2009), Sayari Camp a fait peau neuve. Transformation réussie ! S’il n’est pas le cottage le plus luxueux de Tanzanie, c’est certainement l’un des mieux situés du pays, à deux pas de la rivière Mara, où la spectaculaire migration des gnous a lieu chaque année de juillet à octobre. La prestation ravira les amateurs de safaris anglais, c’est-à-dire qu’elle ne s’oppose pas à la recherche d’un brin de raffinement après une journée passée sur les traces de la savane.Propriété du groupe Asilia, spécialisé dans les safaris et les lodges exclusifs. , le camp conserve l’esprit d’un camp de toile safari, mais offre toutes les commodités modernes et une agréable touche d’intimité. C’est aussi un véritable écolodge. Afin d’arrêter d’utiliser constamment des bouteilles d’eau en plastique, le camp a construit sa propre unité de guérison. L’eau minérale est donc locale, tout comme la bière produite sur place. L’objectif du zéro plastique a été atteint.

La situation

Parfait pour observer la migration des gnous ! Le point culminant de l’auberge est son emplacement près de la rivière Mara, célèbre pour avoir été le site d’une traversée épique de gnous. Vous n’avez pas besoin de conduire une heure pour vous y rendre, comme c’est le cas dans d’autres camps, quelques minutes suffisent ici. Pratique pour réagir rapidement lorsqu’une alerte de traversée de rivière apparaît… Le gîte est à 20 minutes en voiture 4×4 de l’aéroport de Kogatende (où l’on atterrit) : suffisamment proche pour un transfert rapide et suffisamment éloigné pour ne pas être dérangé par le bruit des avions. Vous n’avez pas à vous inquiéter : vous n’entendez absolument rien d’autre que les sons de la faune. Les appartements sont disposés dans la savane, donnant l’impression que les animaux peuvent y entrer à tout moment. Voici ce qui peut arriver : le camp n’est pas clôturé, on peut souvent voir des zèbres ou des gnous se déplacer entre les tentes. Sachez que le refuge a aussi ses avantages après la traversée des gnous : les visiteurs peuvent profiter de plus d’intimité avec moins de touristes et de véhicules dans le parc national. Il y a encore beaucoup d’animaux sauvages à voir : Sayari Camp, Serengeti Kogatende, Tanzanie. Tel. : +255 736 500 515.

La déco

La designer Caline Williams-Wynn a habilement repris le décor du lodge, combinant design sud-africain et artisanat tanzanien pour créer une atmosphère de safari chic et simple. La chambre spacieuse, ouverte sur la nature environnante, vous accueille avec une cheminée en pierre, un parquet en teck de Tanzanie, de profonds canapés et de beaux lustres en lanières de cuir. Ici et là, rétro (cartes scolaires vintage), animalier (mâchoire de crocodile, crânes d’animaux), contemporain (luminaires design). L’accent est mis sur le savoir-faire artisanal de la Curie, des habitants de la région : poterie, tressage… On aime particulièrement les bougeoirs en verre bullé fabriqués par les femmes de l’entreprise artisanale Shanga basée à Arusha.

À LIRE  PARIS : En Ecosse, Corryvreckan Whirlpool » La lettre économique et politique de PACA

Les chambres

Pour faire ressortir l’atmosphère d’intimité, le lodge est divisé en deux parties distinctes, abritant neuf appartements d’un côté et six de l’autre. Chaque partie possède son propre restaurant, mais la piscine et la microbrasserie sont partagées. Les 15 appartements sont identiques, à l’exception de l’appartement familial (2 adultes et 3 enfants à partir de 5 ans). Bien isolé des autres (pas de vis-à-vis), chaque appartement dispose d’une grande terrasse en bois perchée sur les rochers dominant la plaine. Nous sommes dans la savane ! L’intérieur est spacieux et lumineux, très bush chic, mais sans aucune ostentation. Le bois et la toile prennent une place de choix pour donner au lieu une atmosphère de tente, mais les murs en pierre rouge assurent l’assise et le confort du lieu. Parquet en acajou, literie moelleuse sous une large moustiquaire, tissages africains et luminaires design se conjuguent avec goût… En hommage à la culture Maasai, les oreillers sont décorés de délicates perles cousues par les Masaias. La salle de bain dispose d’une très grande baignoire avec vue et d’une douche intérieure et extérieure.Equipement idéal : boissons fraîches dans le frigo, service à thé, coffre-fort. Wi-Fi dans toutes les chambres. On apprécie la bouillotte glissée dans les draps (les nuits peuvent être fraîches). Apportez des bouchons d’oreilles car les gnous peuvent être bruyants la nuit !

Le service et les équipements

Service souriant, discret et efficace. Dès que la nuit tombe, il est déconseillé de sortir de chez soi, même avec une lampe torche. Appelez simplement le talkie-walkie et un employé viendra vous chercher dans votre chambre ou vous y conduira. Soyez au calme, le gîte est gardé toute la nuit par des gardiens. A noter que le camp est entièrement géré par des Tanzaniens et que 80% des 55 employés sont issus des communautés locales. Accessible par une passerelle en bois, la petite piscine à débordement occupe un bassin d’eau au bord du rocher de granit. Détendez-vous après une journée de safari ! Et la vue sur les Tana Hills côté kenyan est très dépaysante.Le camp possède son propre spa, en fait une tente cosy, où l’on peut s’offrir une séance de soins. Au choix : massage aux bâtons de bois chauds (spécialité africaine), aux pierres chaudes ou à l’huile de baobab, mais aussi pédicure, manucure. Soins de la peau de la marque bio sud-africaine Africology. Les excursions guidées d’une journée sont excellentes. Les véhicules 4×4 sont spacieux et sans fenêtre (un vrai plus pour l’observation des animaux). La réputation des guides d’Asilia n’est plus à faire. Si disponible, demandez Erasto, le meilleur guide de l’équipe, le lodge peut vous réserver des attractions supplémentaires, comme un vol en montgolfière (coût supplémentaire : 507 € / personne ; Balloonsafaris.com), un safari à pied (accompagné d’un véhicule équipé tracker) shotgun), petit-déjeuner ou apéritif au coucher du soleil dans la savane. Pour les étourdis, le gîte peut emprunter des jumelles.

À LIRE  Huit idées de vacances entre lacs, rivières et océans

À table et au bar

Quant au restaurant (un dans chaque aile), cuisine soignée et variée, sinon inoubliable. Les repas sont pris pendant la journée avec vue sur le magnifique paysage de savane. Le soir, nous dînons dans l’obscurité d’une salle élégante, quoique un peu austère, que les bougies ne réchaufferont pas à temps. Pas de vue (il fait nuit tôt) mais des cris d’insectes… Essayez la microbrasserie : c’est la première microbrasserie à énergie solaire en Afrique de l’Est (comme le reste du camp). Quatre types de bières artisanales sont fabriquées sur place : pilsner, Indian pale ale, blonde et rousse. Même le houblon vient de Tanzanie. La bière blonde, crème et miel mérite une attention particulière. Au bar, on déguste quelques cocktails classiques ainsi qu’une excellente sélection de vins sud-africains. Les plus courageux goûteront à la spécialité du barman : le « flamant rose » (vin rouge, grenadine, gin, citron et sirop). Le thé glacé à la menthe est délicieux, rafraîchissant et sans alcool.

Le rapport qualité / prix

Une nuit à Sayari commence à 640 € par personne comprenant les repas, les boissons et les excursions quotidiennes (deux par jour). Les vins, spiritueux premium et champagne sont à payer en sus. Prix ​​abordable compte tenu de la qualité globale des prestations (hébergement, restauration et safari), car de tous les autres parcs de Tanzanie, ici au nord du Serengeti, près de la rivière Mara, le spectacle animalier de la savane est le plus magnifique. Cependant, Sayari Camp n’est pas l’un des plus luxueux du groupe Asilia, le lodge est fermé en avril et mai (saison des pluies).