Camping-car Espagne, toujours un bon plan ? La réponse de…

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Michel Le Traveler, représentant de confiance du Monde du Camping-Car, s’est rendu cet hiver en Espagne. Il nous a donné son avis : L’Espagne est-elle toujours bonne pour les automobilistes ? Le prix a augmenté, les invités sont plus nombreux et l’addition augmente. Alors, l’Espagne est-elle encore un bon plan pour une destination voiture de sports d’hiver ? L’idée de Michel !

Dans cette histoire, Michel a une stratégie : il commence par nous expliquer en détail les raisons de son voyage, l’itinéraire qu’il a emprunté et les étapes qu’il a visitées, avant de nous donner son avis personnel. Il a insisté là-dessus : c’est son opinion, et ce n’est certainement pas un jugement sur les parcours de l’autre. Michel parle ici avec son commentaire quotidien, que vous pouvez retrouver dans ses nombreux articles, dans notre rubrique Michel, ou sur sa page facebook Michel Le Voyageur.

En savoir plus sur notre site

Sommaire

Michel en Espagne : le récit

L’Espagne en voiture : itinéraires et conseils

Bonjour à tous,

Direction l’Espagne en camping-car

Pourquoi l’Espagne ? Je veux dire, et pourquoi pas l’Espagne ? Ceux qui suivent, à juste titre, la page Facebook et le site Motorhome World savent que je suis allé en Espagne lors des fêtes de fin d’année. La raison est simple. En 2019, à mon retour du Maroc, mon téléphone et ma carte bancaire ont été volés. Des amis qui habitent le sud-est du pays, à Elche [près d’Alicante, ndlr], m’ont accordé un prêt pour rentrer en France. J’ai promis de revenir sur moi-même pour les remercier de leur aide, mais le Covid est venu et a chamboulé pas mal de choses jusqu’à cette année 2022, mais durant l’été, j’ai beaucoup bougé, en voiture mais pas que… quand Je vais réaliser mon vœu.

Une première étape calme et gratuite

Lire aussi l’histoire de Michel

Michel raconte l’histoire de son entourage autour du monde d’après : la dépression de la France

L’astuce de Michel

L’épidémie diminuant et les frontières rouvertes et libres, j’ai décidé de partir. Mes amis m’ont envoyé des photos et des vidéos des lumières de Noël dans de nombreuses villes, ce qui a ajouté plus d’intérêt à ce voyage. J’ai donc quitté Bordeaux le 17 décembre par l’autoroute de Bayonne, il n’y avait pas d’autre choix sur cette route, qui était plus chère.

Rien pour nous à Saragosse

J’ai déjà prévu le prochain voyage pour améliorer le voyage avec quelques visites et j’ai commencé par le monastère de Veruella à Vera del Moncayo, puis je suis resté pour la nuit à Tudela [en Navarre, entre Pampelune et Saragosse, NDLR]. Ce quartier est bien car il nous offre quelques places de parking en centre-ville, avec une pompe à eau et la possibilité de se débarrasser du ruban adhésif des toilettes. Ce n’est pas très confortable car très limité en places mais c’est central, calme et… gratuit.

Un détour pour rien

En savoir plus sur notre site

Automne-hiver en camping-car : réussissez vos voyages

Étape à Peñiscola

Avant de partir, je vérifie toujours l’application de connexion et les possibilités de stationnement sur la rive que je souhaite emprunter. On n’a pas forcément besoin de tous les services, mais un endroit calme pour dormir est toujours confortable et là, j’ai été surpris, car il est facile de trouver des espaces d’accueil et de libre.

À LIRE  Tanguy Penin, le phénomène "pétanque freestyle" s'affiche à Lima

De là, je me suis dirigé vers Saragosse, où je me souviens avec émotion m’y être arrêté en août il y a quelques années. Hélas, cette merveilleuse ville ne nous a rien préparé et nous devons descendre pour atterrir sur le parking… si nous y trouvons une place.

Ville déserte, commerces fermés

Je devais toujours descendre par Teruel, mais sur la carte routière j’ai vu qu’il y avait un beau monastère à visiter, Rueda. J’ai donc changé de direction, donc c’était en descendant vers la mer, j’ai vu sur mon appli que beaucoup de petites villes proposaient des places gratuites. J’ai donc changé de piste et pris cette route mais, hélas, le monastère est fermé cette semaine !

Valence, ça vaut toujours le coup

Des endroits, il y a Escatron, Alcaniz, Monroyo, Morella que je recommande vivement, le village avec la maison de village à l’aigle, et puis Xert.

Puis j’ai atterri à Péñiscola, il y a un parking gratuit à proximité des installations sportives, selon le règlement les voitures de plus de 5 m et de plus de 1800 kg sont interdites !

Près de la mer, des camping-cars en nombre

Lisez aussi notre article

Recherche : Il faut plus d’espaces ouverts en hiver

Parkings insuffisants autour d’Elche

Là, j’ai rencontré 3 voitures françaises ; Seulement 3 personnes. J’y ai passé deux jours, sans aucun problème, mais il faut dire que cette fois, il n’y avait personne et pour la treizième fois je suis allé visiter le village historique. L’endroit est magnifique, mais j’ai réalisé que la ville est vide. 95% des magasins sont fermés. Il y a deux options de paiement ici. L’un est plutôt un parking avec un service minimal et l’autre est une zone très fonctionnelle que je ne connais pas.

J’ai donc repris la route du sud le long de la côte, jusqu’à Valence. Là, je connais le bout où l’on peut se garer, gratuitement, près de l’aquarium, pas de service mais au calme et puis, Valence et la cité des Arts et des Sciences… c’est quelque chose.

Deux bonnes tables

Atterrir n’est pas la même chose que traverser le sol, je vois, plus de voitures et plus d’atterrissage, il y a plus.

En fait, il y a peu d’espaces libres sur cet axe. Benicassim, Castellon de la Plaña, Moncofa, Platja de Casa Blanca, La Pobla de Farnals et Algemesi. Ils sont tous occupés et plus ils sont proches de la mer, plus il y a de monde.

Sur la route du retour

En savoir plus sur notre site

L’avis de Michel sur l’Espagne en camping-car

Michel aime la région de Castellon de la Plaña

Une fois arrivé à Elche, j’ai retrouvé mes amis, mais comme il n’était pas possible de se garer dans la ville, je suis allé à El Pinet, à 13 km, sur la plage et j’y suis resté 4 nuits sur le parking. C’est un ancien village de pêcheurs qui a su préserver à la fois de belles plages. Il y a un grand parking sale mais malheureusement, il est interdit la nuit. Avant, il y avait un campement à l’arrière, mais il a été démoli et il y a quelques années, on pouvait y rester, y compris la nuit, mais ici, comme dans beaucoup d’autres endroits, les temps changent et c’est désormais interdit. Il y a une très belle place dans le village, très bien équipée mais malheureusement pleine… Donc, le parking et nous étions 25 le premier soir.

À LIRE  Essai Sargo 28 : le barreur finlandais a été restauré

Un beau pays

En savoir plus sur notre site

Michel Le Voyageur nous écrit d’Elche

Le climat et les prix, plus doux

A Elche, je vous conseille deux restaurants, La Fabrik, 31 Calle Juan de la Cierva, un établissement solide, avec une cuisine originale et uniquement des produits frais et des prix imbattables : 14,50 €.

Étapes en camping-car : de plus en plus chères

En ville, je vous conseille aussi Le Sali Fum, 8 Carrer del Marquès d’Asprella. C’est un restaurant gastronomique avec une cuisine originale et créative, accueillante et conviviale, un service attentionné et un cadre magnifique, mais les prix ne sont pas les mêmes, comptez environ 35/40€…

Ensuite, j’ai repris la route pour la France et cette fois, j’ai dépassé Teruel. Ne connaissant pas cette ville, j’ai décidé de m’y arrêter. Il y a un parking gratuit au pied de la vieille ville, qui est en haut de la colline, très raide mais en bas c’est mieux, et de l’autre côté de la route, un mauvais mais propre endroit où séjourner. La ville est très belle, dans le style mudéjar, la cathédrale, le château, les châteaux, les portes nobles, le tombeau des amants… La nuit était très froide, mais quand nous nous sommes réveillés, étonnamment, il faisait gelé, toutes les voitures étaient blanches et froides. Évidemment, nous sommes à 1000 mètres d’altitude, ça me change de la température que j’ai lors de la descente, 9°C à 13°C la nuit et 23°C à 25°C la journée à la plage.

Je vérifie : oui, le gasoil est moins cher !

10 jours de voyage. Alors, je vais vous donner mon avis sur l’Espagne, un pays que j’aime et que je visite régulièrement depuis 1970…

Pourquoi l’Espagne ? Pourquoi et pourquoi tant d’automobilistes s’y rendent, et en toutes saisons ?

La météo, elle, reste favorable

Tout d’abord, l’Espagne est un très beau pays, avec une variété de libertés, de beaux endroits dans n’importe quel domaine, un grand réseau routier et surtout gratuit, de beaux monuments historiques, bien entretenus et bien entretenus, même en petites pages.

Le sud en hiver, oui, c’est bien

En savoir plus sur notre site

Séjour longue durée : pas mon truc

Nos 10 endroits préférés en France

Concernant l’hiver, les raisons sont nombreuses et je ne parlerai que du sud, car l’explication est simple. Les conditions… mais plus, les prix, relativement avantageux par rapport aux nôtres, même s’ils ne sont pas ce que nous connaissons. Même la nourriture, les restaurants et même le carburant sont un peu moins chers, mais il y a aussi la raison principale, le soleil et la température la plus agréable de la journée.

Je retournerai en Espagne !

Hélas, le coût des domaines, bien sûr, ceux qui paient, ont souffert de l’inflation. Je vois que c’est cher, plus ou moins 14/16 €, et parfois le branchement électrique est plus… mais pour les bases, les prix sont prohibitifs pour mon budget, surtout sur la plage.

Lisez aussi notre article