Carvana ou le krach boursier de la « voiture amazonienne…

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

La pandémie n’a finalement pas été la période la plus compliquée. Carvana, l’étoile montante de la vente de voitures d’occasion en ligne, vient de licencier 2 500 personnes – la plupart d’entre elles simplement en se rencontrant sur Zoom. L’entreprise de Phoenix (Arizona), qui en une décennie a dépassé les ventes des détaillants traditionnels comme CarMax en promettant des transactions rapides et sans contact, est en pleine déroute boursière, avec un cours divisé par près de huit depuis le début de l’année. .

Il y a tout juste un an, « l’Amazon des voitures d’occasion » avait beaucoup de cartes en main : des clients au pouvoir d’achat soutenus par les plans de relance pandémique, et un marché des voitures neuves asséché par le manque de semi-conducteurs. En 2021, le chiffre d’affaires de Carvana a été multiplié par 2,3, à 12,8 milliards de dollars (12,1 milliards d’euros), avec 425 000 véhicules d’occasion vendus (+74%). La marge brute par véhicule, critère clé pour l’entreprise, a bondi de près de 40 % en un an, à 4 537 dollars.

À LIRE  Nouvel Echo : En voiture Simone, l'auto-école en ligne s'installe à Metz et Nancy