Ce jeune homme s’est remis d’une forme sévère de leucémie à la suite du test

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Des médecins britanniques ont présenté un nouveau médicament contre la leucémie lors de la réunion annuelle de l’American Society of Hematology. Ce traitement innovant a traité efficacement une forme agressive de leucémie chez une jeune fille de 13 ans. L’adolescente nommée Alyssa a reçu un diagnostic de leucémie aiguë lymphoblastique à cellules T en 2021. Malheureusement, son cancer n’a pas répondu à la chimiothérapie ou à une greffe de moelle osseuse.

Dans le même temps, le Great Ormond Street Hospital for Children (GOSH) de Londres a lancé un nouvel essai clinique pour un nouveau traitement contre le cancer. Dans cette étude, les patients ont reçu des cellules immunitaires génétiquement modifiées d’un donneur sain.

Alyssa faisait partie des patients sélectionnés pour tester ce nouveau traitement. Compte tenu de son état clinique, les chances de rémission de l’adolescente étaient extrêmement faibles.

Des cellules T modifiées génétiquement contre la leucémie

La seule option qui lui restait était les soins palliatifs. Après seulement 28 jours, la jeune fille était en rémission de son cancer. Les médecins du GOSH ont alors salué l’efficacité de ce traitement expérimental.

À ce jour, elle est la première patiente à entrer en rémission après avoir bénéficié de cette nouvelle thérapie.

La leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) est le type de cancer le plus courant chez les enfants. Il affecte les cellules du système immunitaire appelées lymphocytes B et T. Sans eux, le corps ne peut plus faire face aux infections bactériennes et virales. Depuis 2015, des cellules T génétiquement modifiées sont utilisées pour traiter la leucémie à cellules B. Celles-ci seules ne pourraient pas guérir les leucémies à cellules T. Cellules T conçues pour reconnaître et attaquer les cellules cancéreuses qui finissent par se tuer au cours de leur processus de fabrication.

À LIRE  "On travaille constamment en mode dégradé" : urgences, été stressant

Pour résoudre ce problème, des chercheurs du GOSH et de l’University College London ont apporté des modifications supplémentaires à l’ADN de ces cellules modifiées. Grâce à une ingénierie cellulaire sophistiquée en laboratoire, il a été possible de créer des lymphocytes T capables d’attaquer les cellules cancéreuses sans s’entretuer.

La guérison a été spectaculaire

Robert Chiesa, consultant pour GOSH, a déclaré que le rétablissement de son patient était spectaculaire. Avec la régression du cancer, la jeune femme a pu bénéficier d’une deuxième greffe de moelle osseuse pour restaurer son système immunitaire. Six mois plus tard, elle est de retour à Leicester, dans le centre de l’Angleterre, et se porte bien. Il ne reste plus que le suivi à domicile.

Les chercheurs sont déjà satisfaits de ces résultats, même si son état de santé reste à surveiller et sa guérison définitive n’a pas encore été confirmée dans les mois à venir.

Ainsi, ce nouveau traitement pourrait contribuer à offrir un avenir meilleur aux enfants gravement malades. Il ouvre également la voie à la recherche de traitements pour d’autres types de cancer.