Centre de santé privé : ils changent les habitudes

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Publié le 3 octobre 2022 à 20h13 Source : JT 20h Semaine

Publié le 3 octobre 2022 à 20h13

Que faire pour les déserts médicaux qui touchent plus d’un Français sur quatre ?Parmi les solutions : une vingtaine de centres de santé d’urgence qui regroupent des associations de médecins urgentistes ou généralistes.Comment fonctionnent-ils ?

Que faire des déserts médicaux qui touchent plus d’une personne sur quatre en France ?

Parmi les réformes : une vingtaine de centres médicaux d’urgence qui regroupent des organisations de médecins urgentistes ou de médecins généralistes.

Dans cette zone commerciale, il y a une boulangerie, un coiffeur, une pharmacie et une salle d’urgence, qui a ouvert il y a un an et demi. Il est situé à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône) à 20 minutes des hôpitaux d’Aix et de Marseille. Cette petite fille est tombée mal sur son bras. Pour obtenir une estimation rapide, son père est venu directement aux urgences. Radiographie, échographie, injection pour combattre la douleur, ici, les patients sont traités comme à l’hôpital. Sept jours sur sept, un médecin et une infirmière prodiguent des conseils non urgents jusqu’à 19 heures.

C’est face à cette tragédie des médecins qui travaillaient avec les hôpitaux que le Dr. Maëva Delaveau, ancienne urgentiste, a cherché une solution en créant ce nouveau type de traitement. La consultation est de 25 euros et est remboursée comme chez un médecin généraliste. Le suivi reste entre les mains du médecin traitant. Vous voulez toujours en avoir un.

A deux cents kilomètres de là, dans la Drôme, c’est le vrai problème et la raison de l’ouverture, à Bourg-de-Péage, cet été, d’un centre médical au niveau du groupe australien Ramsay. Le docteur Annabelle Reynaud est l’une des trois médecins qui s’y sont récemment installées, aidant de nombreux patients qui n’ont pas de médecin. Ce qui l’a attiré dans ce bureau, c’est qu’il était un membre du personnel, avec des tâches administratives, et un infirmier auxiliaire qualifié. Cinq centres de ce type ont été agréés par l’Assurance Maladie pour une expérimentation de cinq ans.

À LIRE  Savoie. Aix-les-Bains : Profitez d'un week-end bien-être au salon Be Fit

TF1 | Rapport C. Bayle, J.F. Drouillet

Plus de lectureDernière minuteTendance