Châteaubriant : les urgences saturées, l’hôpital invite la population à adopter les bons réflexes

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Le service des urgences de l’hôpital de Châteaubriant (Loire-Atlantique) est saturé par l’afflux de patients en ce début juillet 2022. Plusieurs bons réflexes sont à adopter.

Le service des urgences de l’hôpital de Châteaubriant (Loire-Atlantique) est déjà dans le rouge. Le service est l’un des seuls de la région à avoir pu garantir une ouverture 24h/24 au prix de nombreuses fermetures de lits SSR (Suivi et Réadaptation) à l’hôpital de Châteaubriant-Nozay-Pouancé. Mais depuis début juillet 2022, l’afflux continu de patients a provoqué une saturation inévitable.

« La mission des Urgences c’est l’urgence vitale »

Son responsable, le Dr Nicolás Hourdin, veut envoyer un message clair à la population avant que la situation ne s’aggrave.

La mission des Urgences est une urgence vitale, et nous ne pouvons nous disperser. Nous ne sommes pas un dispensaire et nous ne sommes pas non plus là pour combler le manque de médecins généralistes sur le territoire.

Car malgré les nombreuses relances envoyées à la population, de nombreux patients qui ne répondent pas aux critères d’admission aux urgences encombrent quotidiennement le service.

« Quelqu’un qui arrive en pleine nuit parce qu’il a mal au ventre depuis trois jours, ce n’est pas possible. Notre mission n’est pas d’être le siphon sanitaire du territoire. Si nous faisons cela, le personnel explosera rapidement. »

Un équilibre fragile

Les craintes de Nicolás Hourdin sont liées au contexte sanitaire, aussi critique qu’inédit, observé à l’échelle nationale. La pénurie chronique de personnel médical et de médecins a déjà conduit de nombreux services d’urgence de la région à fermer temporairement leurs portes la nuit, comme à Ancenis, Redon, Saint-Grégoire (Rennes), Laval, Château-Gontier ou encore Vitré.

À LIRE  Cdiscount lance l'opération "Matériel de fitness pour la rentrée" avec une réduction de 180€

La fermeture de nombreux lits SSR oblige parfois le responsable à installer les patients dans les couloirs des urgences.

Mon souci est que nous devenions le seul service d’urgence ouvert 24h/24 sur un territoire qui va de la Loire à la Vilaine. Pour l’instant j’ai assez de médecins, mais ce n’est pas pour ça que je peux absorber tous les besoins. Nous faisons tous beaucoup d’heures supplémentaires cet été pour continuer. Mais si un de mes médecins s’arrête, je ne pourrai plus respecter mon horaire et je devrai fermer pour la nuit.

Les bons réflexes à adopter

Le manque flagrant de médecins généralistes sur le territoire combiné aux nombreux départs de vacances non remplacés conduit une multitude de patients à adopter le mauvais réflexe de se diriger directement aux Urgences.

La surpopulation dans le service provoque souvent des tensions qui affectent le personnel. « La violence verbale est encore quotidienne et la violence physique régulière », regrette le Dr Nicolas Hourdin.

Pour garantir l’ouverture constante de ce service à l’équilibre fragile, le centre hospitalier rappelle les bons réflexes à adopter pour les patients du territoire confrontés à des problèmes de santé.

– Du lundi au vendredi, de 8h à 20h et le samedi matin, je contacte en priorité un cabinet médical. Uniquement en cas d’urgence, j’appelle le 15.

– Nuits, week-ends, jours fériés, après-midi à partir de 20h00, samedis à partir de 12h00 Si un problème de santé ne peut attendre l’ouverture habituelle des consultations médicales, je ne me rends pas aux urgences, j’appelle le 15. Je suis prévenu par un médecin et/ou adressé à un médecin de garde.

À LIRE  Matt Pokora torse nu et très musclé : il montre son ventre de béton... "En meilleure forme que quand j'avais 18 ans"

Avez-vous trouvé cet article utile? Sachez que vous pouvez suivre L’Éclaireur de Châteaubriant dans la rubrique Mes actualités. En un clic, après votre inscription, vous trouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.