Chez Moncrabeau, nous recherchons un(e) colocataire sénior

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

plat principal

Depuis le printemps, le programme de colocation pour retraités et travailleurs proches de la retraite ne trouve pas de locataires.

Lancée en mars dernier, au sein du village, la colocation moncrabelaise, recherche ses résidents soit retraités, soit avant retraite.

Une émission de Thierry Salamans et Sylvain Mansuy qui a suivi les observations pendant l’épidémie. « On a vu la solitude causée par beaucoup d’adultes pendant le confinement ». L’achat de l’ancien Hôtel du Phare répondait aux exigences des deux hommes d’affaires

240 m2 de convivialité

Six mois plus tard, malgré de nombreuses visites, la colocataire est toujours vide. Les raisons de cette erreur sont inconcevables, estime Sylvain Mansuy. « Être la première personne est difficile pour certains. Qui cuisine ? Il y a des solutions. L’école peut fournir de la nourriture, le restaurant fournit de la nourriture, la nourriture est livrée. Reste à créer une nouvelle façon de partager. n’a pas été établi. Cependant, partager la nourriture ne signifie pas entretenir des relations étroites, l’environnement s’y prête. « .

Outre les parties communes, une cuisine moderne entièrement équipée, un salon, une salle à manger, cinq chambres accessibles par ascenseur sont proposés à la location d’une superficie allant de 13 à 25 m2. Toutes disposent d’une salle de bain avec toilettes privatives. Le prix varie de 450 à 700 € selon la chambre. Les futurs résidents, après la signature du contrat, peuvent apporter leur propre mobilier pour leur espace privé. Le nettoyage des parties communes est assuré par un service extérieur. Discussion à développer

À LIRE  MAINTENANCE. Grand Prix Explorer : avant d'y participer, Valouzz « a connu un lift