Combien y a-t-il d’avions à l’aéroport de Lann-Bihoué ?

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Le premier week-end d’octobre, l’aéroport de Lorient Bretagne Sud a fermé ses portes, pour cause d’intrusion dans sa zone et d’arrivée illégale de voyageurs sur l’un de ses parkings. Quatre mouvements, dont un décollage et un atterrissage, n’ont pu être assurés. Même si les voyageurs avaient quitté les lieux en début de semaine, la société Edeis, qui a repris la gestion de l’aéroport civil au 1er janvier 2022 et tente depuis de redresser la barre, s’en serait bien passée. . turbulences de l’actualité. D’ailleurs, où en sommes-nous ? Combien y a-t-il d’atterrissages et de décollages en ce moment ?

1 Une ligne commerciale vers Toulouse

Depuis le retrait d’Air France et la fin des liaisons vers Lyon et Roissy, les vols commerciaux se comptent sur les doigts d’une main. Le nombre de passagers baisse depuis deux ans. Une seule rotation à Toulouse, tous les jours, en semaine, est assurée par APG Airlines, en Beechcraft 350 I, de huit places. Depuis début 2022, 232 mouvements ont été opérés avec cette ligne (données jusqu’à fin septembre). « C’est surtout destiné à l’aérien d’affaires, mais les vols sont ouverts à tout le monde, explique Mickaël Toma, directeur de l’aéroport de Lorient-Bretagne Sud. C’est une ligne qui marche bien. On discute avec APG pour le nombre de vols à doubler par semaine, avec un départ le matin et un l’après-midi. Nous travaillons pour un développement raisonnable de l’aéroport avec des lignes qui s’autofinancent ». Le directeur espère annoncer de nouvelles ouvertures de lignes d’ici la fin de l’année.

À LIRE  APPARENCE INHABITUELLE. Vivez le saut en parachute aux Arènes de Reims

2 Des vols d’affaires

Ils montent. Depuis le début de l’année et jusqu’à fin septembre, 757 mouvements de vols d’affaires – qui sont classés comme vols non commerciaux – ont été effectués à Lann-Bihoué, soit une augmentation de 25 % par rapport à 2021 et de 19 % par rapport à 2019. (année avant Covid). Hommes d’affaires, investisseurs français et étrangers privatisent les jets selon leurs besoins. La clientèle est variée. « Les passagers premium des vols réguliers ont postulé pour cette offre », précise Mickaël Toma. Il existe également des vols associés aux sports de haut niveau. « Il y a le foot mais aussi d’autres sports collectifs et des sports individuels », précise le directeur de l’aéroport. Au total, il y a une cinquantaine de déménagements par an. Enfin, dans cette catégorie, il y a une à deux rotations par semaine en Ecosse pour la relève des marins de la Scapêche.

3 Des vols sanitaires

Ils sont rares, mais vitaux. Les vols sanitaires (pour l’évacuation de personnes ou le don d’organes) se multiplient. Moins d’une dizaine en 2019, douze en 2021 et déjà 34 mouvements depuis le début de l’année. « C’est un axe de travail pour assurer une meilleure accessibilité du territoire quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit. » L’aéroport ne fournissait une salle de repos qu’au personnel de ces vols. A l’inverse, l’aéroport ne reçoit pas de fret ni de vols de La Poste.

4 L’aviation militaire

C’est la mission première de l’aéroport. La base aéronavale de Lann-Bihoué a fêté ses 75 ans en 2021, tandis que l’aéroport civil n’a été inauguré qu’en 1992. Pendant plusieurs décennies, l’activité militaire est restée constante. Il représente près de la moitié des mouvements de l’aéroport. En 2021, 11 686 mouvements militaires ont été effectués, tandis que le trafic de l’aviation civile (avec le Fliegende Club) représentait 13 768 mouvements. Plusieurs flottilles navales françaises y sont basées, avec des appareils comme l’Atlantique 2 ou le E2-C Hawkeye. Des Rafale de la base de Landivisiau viennent aussi s’y entraîner régulièrement.

À LIRE  Parachutisme : où le faire à La Baule ?

5 Aéroclub et parachutisme

Avec huit appareils et 190 adhérents dont certains possèdent leur propre appareil, l’aéroclub de la région de Lorient représente environ un tiers des vols effectués à Lann-Bihoué (environ 8 000 mouvements par an et près de 2 200 heures de vol). L’association forme de nombreux pilotes avec ses onze instructeurs. Il propose également des baptêmes de l’air, avec des vols de découverte (environ 150 par an). La compagnie Speedair vous permet de sauter en parachute en tandem. L’activité se développe et se concentre d’avril à octobre, aux beaux jours. Il effectue jusqu’à dix-sept lancements par jour, trois week-ends par mois, pour un total d’environ 500 mouvements par an.