Consommation de CBD : Y a-t-il un risque de perdre son permis de conduire après un contrôle ?

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

De plus en plus de contrôles avec un test de salive sont effectués par la police pour évaluer si les conducteurs ont consommé du cannabis. Cependant, consommer du CBD rend le test positif…

De nombreux conducteurs ont vu leur permis révoqué après avoir été testés positifs au cannabis alors qu’ils n’en consommaient pas. En revanche, ils ont consommé du CBD, du cannabidiol, qui est la substance active présente dans la plante de chanvre.

En France, la consommation de cette substance est légale. De plus, de nombreux magasins dédiés ouvrent un peu partout depuis quelques temps déjà.

Mais le CBD vendu en France est issu d’un type de cannabis bien particulier et contient moins de 0,3% de THC, le tétrahydrocannabinol qui est la principale substance active du cannabis. Autant le cannabis est considéré comme un stupéfiant, autant le CBD ne l’est pas.

Pris via des fleurs en infusion, en gouttes, en huile… Le CBD peut être utilisé pour sevrer le cannabis pour certains ou simplement pour se détendre pour d’autres, les vertus vantées par les adeptes sont nombreuses.

Un test sensible

Alors pourquoi certains consommateurs voient-ils leurs licences révoquées alors que la substance est légale, comme le rapporte Libération.

Tout simplement parce que le test salivaire anti-drogue qui détecte la consommation de stupéfiants chez les conducteurs donne un résultat positif au contact du THC et comme le CBD en contient très peu, mais il est là, il n’y a pas de demi-mesure à l’écran.

À LIRE  Film moto : Héros

Un flou dans la loi

Et la loi précise : « La consommation de stupéfiants est illégale, elle peut être mortelle au volant. Il est interdit de conduire ou d’accompagner un apprenti conducteur après avoir consommé des substances ou des plantes classées comme stupéfiants, quelle que soit la quantité absorbée. rapporte le site du gouvernement sur la sécurité routière.

Cependant, le CBD n’est pas considéré comme un stupéfiant, mais il contient une petite quantité d’une substance considérée comme un stupéfiant.

Mais les sanctions peuvent être sévères. Et comme le précise le gouvernement : « Toute sanction pénale pour cette infraction comprend également la perte automatique de 6 points du permis de conduire (ce qui signifie, pour les titulaires d’un permis probatoire de moins d’un an, l’annulation administrative et la perte du droit de conduire ) ».

Quels recours ? 

Pour les conducteurs, même si la consommation de CBD est légale, elle peut les conduire à l’illégalité.

Il est donc recommandé aux conducteurs ayant consommé du CBD, et non du cannabis, en cas de contrôle de police ou de gendarmerie, de déclarer la consommation, mais aussi de demander un échantillon de sang et d’urine pour un éventuel contre-interrogatoire, et de tenir leur comptabilité. de CBD et au final de ne pas admettre la consommation de stupéfiants (s’il n’y a pas de consommation de stupéfiants bien sûr.)

Une pratique déconseillée

Cependant, la Sécurité routière préfère préciser que comme pour l’alcool, qui est une substance légale en France, une consommation excessive avant de conduire peut être dangereuse (et dans ce cas devient illégale), comme le rapporte Le Parisien.

À LIRE  Mondial de l'Automobile de Paris 2022 : Microletta, une moto électrique à trois roues venue de Suisse

La sécurité routière préfère simplement déconseiller de consommer du CBD avant de conduire.