Crise hospitalière : face à une catastrophe déclarée, comment sauver les urgences ?

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

La ministre de la Santé du pays, Brigitte Bourguignon, a passé dix jours à rencontrer les responsables de la santé, qui appellent à agir sans délai. Si certaines mesures ont été convenues, comme l’extension du travail de nuit, d’autres ont déjà suscité des débats houleux.

Est-ce parce que la mission de sauvetage s’annonce si compliquée que la réponse du gouvernement est toujours aussi confuse ? Alors qu’une crise majeure secoue l’hôpital, et les services de première et d’urgence, la voie exécutive reste incertaine.

Brigitte Bourguignon, la nouvelle ministre de la Santé, a annoncé, lors de sa première allocution le 25 mai, l’ouverture d’une série d’échanges entre les deux parties avec des experts de la santé pendant « quinze jours », qui devrait déboucher sur des mesures à prendre l’été à l’hôpital. . Mais combien a vraiment le nouveau locataire de l’avenue de Ségur ?

En attendant, le président a lancé une « opération éclair » d’un mois sur les soins d’urgence non programmés, que le président de la République a confiés au docteur François Braun, de l’équipe des urgences du Samu en France, dont il ne fera que signaler ses résultats. fin juin. Sans oublier la grande « concertation » sur la santé avec les professionnels et les citoyens, qui a été promise lors de la campagne présidentielle, et qui est prête pour l’été.

Au fond pourtant, le cri d’alarme est courant : il est impossible d’attendre ! Dans le cabinet du ministre, les représentants des urgentistes, de l’hôpital ou encore des médecins libéraux se sont affrontés pendant une dizaine de jours. Avec la grande question : comment passer l’été, montée normale des hôpitaux ? Cette année, les problèmes se multiplient de toutes parts depuis plusieurs semaines déjà, et beaucoup prédisent une catastrophe.

Un sujet présidentiel

Le conflit règne toujours au sujet des chants que le gouvernement a organisés, et même de son calendrier, selon le premier rue de Ségur. Ils comparent le ministre « intelligent » et « à l’écoute ». « Bien sûr, elle n’a toujours pas de feuille de route complète, ni de règlement, a conclu le représentant de l’hôpital. Depuis qu’Emmanuel Macron a annoncé une assemblée générale sur la santé, ce sera forcément un enjeu présidentiel, ce qui peut expliquer sa prudence. »

À LIRE  Quel dispositif pour les urgences au centre hospitalier Sud-Gironde de Langon cet été ?

Au ministère de la Santé, on est lent, on signale « certains propos », « sans tache », « sans aucun outil politique ». « La discussion va se poursuivre dans les prochains jours, pour construire les bonnes routes pour l’été, le plus possible pour les régions, mais aussi pour le système », a-t-il précisé.

Sauvetage que les acteurs ont aussi décrit par le terrain brûlant : après deux ans de crise épidémique, les urgences font face à une crise sans précédent, alors que les fermetures de lits d’hôpitaux ont doublé chaque année. Avant même le début de l’été, de nombreux services – au moins 120 selon le SAMU-Urgences de France, au 20 mai – étaient contraints de travailler dans un état de délabrement avancé.

Il vous reste 76,07% de cet article à lire. Le contenu suivant est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur un autre appareil.

Parce que quelqu’un (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes le seul à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur un autre appareil. Ce dernier continuera à être connecté à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais les utiliser à des moments différents.

À LIRE  Comment s'appelle Julien Assange ?

Vous ne savez pas qui est l’autre ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.