Critique de Primal Gods in the Ancient Era Volume 2 – Manga

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 21 Décembre 2022

Miyo continue son voyage avec son nouveau maître et Zen, son nouvel ami. Ils arrivent enfin dans la capitale, le rêve de la jeune fille ! Mais une mauvaise l’attend à son arrivée. Sa nouvelle vie, qu’elle voyait menaçante, va bientôt prendre fin…

Ce manga est vraiment un OVNI. L’histoire est sur papier : trois personnages sont à la recherche d’une divinité, ils vont devoir trouver des reliques pour retrouver cette dernière. En soi un scénario simple. Le truc, dit l’auteur, c’est : hé, et si j’ajoutais tous les concepts un peu excentriques de la littérature imaginaire à chaque rencontre avec une divinité ? On avait droit au voyage dans le temps, à l’horreur, à l’anticipation… qu’est-ce que c’est ? Et le pire c’est que ça marche ! Il est vraiment difficile de comprendre où tout cela mène. Par contre, qu’est-ce que c’est excitant ! On est toujours surpris et actuellement l’exercice qui paraissait dangereux se fait de main de maître. Les relations entre les personnages s’approfondissent, tout comme l’univers qui prend de plus en plus d’ampleur.

Niveau dessin, on a quelque chose de vraiment qualitatif. Notamment au niveau de la création des décors. Le chara design des personnages est simple et malléable, parfait pour correspondre aux choix graphiques du mangaka ie. tout miser sur l’ambiance. Un point essentiel quand on a presque envie de changer de genre à chaque chapitre. Quant à l’édition, elle est de grande qualité. C’est, je pense, l’un des plus « beaux » mangas que les éditions Vega aient publiés. Quand je dis « beau », je veux dire l’objet. La couverture est en relief et semble un peu plus épaisse, et donc plus robuste, que certaines autres couvertures de manga. Et la traduction est également de haute qualité.

À LIRE  Et le meilleur endroit en Europe en 2022 est...

Ce second volume ne fait que confirmer qu’il s’agit ici d’une petite pépite d’or. Une sorte de manga indéfinissable, qui nous réserve sans doute encore bien des surprises. J’ai hâte de voir ce que Kenji Tsurubuchi nous réserve ensuite !