Deux créations, une extension : quoi de neuf sur le parc d’activités de La Croisière, entre Creuse et Haute-Vienne ?

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

La voile n’est pas amusante. Au contraire, le Smipac (*) poursuit son projet d’extension vers la Haute-Vienne, et avec l’optimisation du parc existant. Sur le premier fichier qui s’ouvre la section contrôle peut être difficile (voir l’encadré ci-dessous).

Pour la deuxième partie, en revanche, le site historique est en bon état avec deux nouvelles installations et ajouts. Et si ce n’est pas pour des nouveautés, au sens des nouvelles technologies parfois il est demandé d’appeler le site, ils parlent tous de l’atout géographique, de la position du carrefour, souvent mis en avant par les promoteurs du Smipac.

Naudon et LMat sortent de terre

Bien connue dans la région, l’entreprise Naudon (menuiserie) est en train de déménager une partie de son activité à Cruise.

Investissement de 4 millions d’euros (3 millions en fonds propres), sur 20 000 m² dont 4 500 à bâtir. Les terrains ont commencé cet été.

« Nous travaillons dans la Creuse et la Haute-Vienne, nous avons aussi une agence à Neuville-de-Poitou (Vienne) alors que notre bête est dans le Nord (Creuse). Venir à La Croisière nous permet de recentrer les choses et d’améliorer le territoire », résume Mathieu Naudon.

Au fil des années, l’entreprise se retrouve à l’étroit dans son quartier historique du Nord, d’autant plus que dans cette ville, les lois d’urbanisme ne lui permettent plus de s’étendre.

La solution clé en main de Cruise était donc séduisante : « Ici au moins, on passe ce premier pas car c’est une zone industrielle dédiée. Le minage de protection a déjà été promis par le syndicat, on sait qu’il y a déjà la fibre… »

Le package business offre une solution clé en main attractive pour les entreprises

Tout en veillant à conserver ses racines originelles, l’entreprise familiale prévoit d’employer une trentaine de personnes à La Croisière.

Cela inclut la partie sculpture en aluminium, qui a plus de travail et demande plus d’espace : « les machines sont longues et longues, à Noth on a failli faire un trou dans le gainage pour faire une chaîne pour sortir le démontage… ».

À LIRE  Voyages : voici les 15 plus beaux endroits du monde en 2021 selon Times Magazine

Recevez notre newsletter éco par mail et retrouvez les dernières actualités des acteurs économiques de votre région.

LMat est une autre société qui s’annonce prochainement dans le domaine d’activité, avec la création d’un magasin de matériel BTP et location de matériel.

Les premières pelletées de terre ont été données (mais retardées en raison du terrain rocheux sur le projet actuel) et l’ouverture est prévue dans le courant de 2023.

LMat est membre du groupe LTP (Limousin Travaux Publics) situé à Bonnac-la-Côte, au nord de Limoges, et son dirigeant est originaire de Saint-Goussaud (Creuse).

Le choix de Cruise est donc aussi le signe d’une entreprise qui voyage avec deux départements. Julien Lachaize, directeur technique et commercial chez LTt explique que son groupe a déjà un pied en ce lieu depuis quelques mois : il a repris la centrale à béton, depuis mai dernier, et détient également des parts dans 3D Protec (dératisation, désinsectisation , désinfection).

Le projet d’expansion tel qu’illustré depuis 2021 (novembre 2021)

Pour LTP, la Croisière offre donc l’opportunité de combiner les différentes branches de ses activités. Il y a un aspect d’intégration, mais aussi de croissance, souligne Julien Lachaize : à partir de 4,5 emplois au lieu de maintenant, il y en aura entre quinze, calcule-t-il.

La centrale à béton sera principalement axée sur la bonne production, c’est-à-dire regrouper tout ou partie des déchets issus des chantiers de concassage réalisés par LTP.

La gare Croisière a là aussi le choix, explique le gérant : entre une station de collecte des ordures, et un espace blanc pour la livraison du béton.

« Les lieux de production les plus proches sont Limoges, Argenton… Mais nous savons qu’il ne faut pas dépasser les trois quarts d’heure lors de la livraison de ce produit… »

Le Relais : enfin du tri sur place

Le Relais est la troisième entreprise qui fait l’actualité Croisière.

À LIRE  Les dix meilleures destinations pour prolonger l'été

Avec une vingtaine d’employés, un bâtiment impressionnant et de nombreuses camionnettes accrochées comme des abeilles à une ruche, c’est l’une des activités les plus importantes du parc d’activités.

D’ici, l’entreprise sociale rassemble les fruits de la collecte menée dans huit départements du centre de la France. Mais jusque-là, il l’envoyait dans d’autres parties du monde, même en Afrique, pour être valorisé. Maintenant, ce sera là.

« Nous sommes à 3 600 tonnes de collecte annuelle, nous avons dépassé le seuil requis de 3 500 t pour ouvrir les travaux de réparation, constate le chef de chantier Lionel Lefort. Nous avons déjà une partie de la chaîne, qui reste le cœur de l’équipement, un machine pour faire de grosses balles de 500kg, qui est fabriquée en Belgique, mais le reste plus tard ».

Une première boutique à Limoges

Lionel Lefort table cependant sur le démarrage au premier semestre 2023. Plus précisément, il annonce l’ouverture prochaine à Limoges du magasin Ding Fring (dit « fou »…), symbole qui correspond au Relais et cela forme la fin de la belle boucle que l’entreprise améliore partout.

Fonctionnement du Relais à La Croisière (mars 2019)

« Les tissus entre 3 et 4% des tissus que nous prévoyons ont été remis en vente dans ces magasins. Ce sont des vêtements d’occasion, mais leur état est garanti, la marque se place dans la catégorie des chaînes de prêt-à-porter. Il y a même une rubrique « choix » faite par des marques ou même des vêtements haut de gamme… On en trouve plus qu’on ne le pense à certains endroits ! « , explique Lionel Lefort.

Le gérant recherche actuellement des locaux adaptés (350m2) à Limoges nord ou sud, sachant qu’il est prévu d’ouvrir un magasin dans chacun des deux quartiers à moyen terme.

Au total, ces nouveaux développements au Relais de La Croisière représentent un investissement de 1,2 million d’euros et jusqu’à 30 nouveaux versements.

Floris Bressy floris.bressy@centrefrance.com