Electricité : Bercy revoit le plafond d’Arenhe, un geste en faveur d’EDF

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

INFORMATIONS SUR LES POINTS. Le plafond électrique qu’EDF doit vendre à prix cassé à ses concurrents devrait descendre à 100 TWh d’ici 2023, après avoir été porté à 120 TWh cette année.

Bercy trancherait aujourd’hui, face à la situation financière désastreuse d’EDF. Alors que les prix de l’électricité sur le marché de gros restent au plus haut, le dispositif qui permet de libérer cette année les fournisseurs et entreprises alternatifs ne devrait pas être reconduit : le plafond d’Arenh, relevé en 2022 à 120 TWh, passera à 100 TWh d’ici 2023. » compte tenu des contraintes liées à la hausse. Les contraintes de capital et de budget d’EDF », a déclaré l’électricien à une source proche du dossier.

En France, les fournisseurs alternatifs et leurs clients sont en partie protégés des explosions de prix grâce à l’Arenh, un dispositif mis en place en 2011 et qui a obligé EDF à vendre 100 TWh de production de son parc nucléaire historique (soit un tiers de la production d’EDF aujourd’hui) à des prix très compétitifs 42 euros/MWh, hors marché. En février dernier, le gouvernement a décidé de relever ce plafond à 120 TWh, pour permettre au concurrent EDF, étouffé par la flambée des prix de l’énergie liée au gaz, de riposter, tout en augmentant le prix de vente de cette portion unique à 46,50 euros le MWh.

LIRE AUSSI Le gouvernement lance la « garantie d’électricité pour les entreprises »

En juin, la Commission de régulation de l’énergie a proposé de pérenniser la mesure, pour limiter les hausses tarifaires – une solution également défendue par la ministre de transition de l’Energie, Agnès Pannier-Runacher, qui s’était engagée dès l’été à augmenter les tarifs. et fixer en contrepartie un plafond à 120 TWh en 2023, puis à 135 TWh en 2024 et 2025, dernière année d’existence du système. « Arenh n’est pas un système satisfaisant pour EDF, mais c’est ce qu’il faut pour protéger les consommateurs », a ensuite plaidé Agnès Pannier-Runacher… Pour protéger l’entreprise avant tout, qui a jusqu’au 15 novembre pour réserver des volumes d’électricité nucléaire. à prix réduits. « Si nous ne prenons pas des mesures massives pour assurer au moins l’absorption des chocs de prix qui se produiront en début d’année pour les entreprises, nous allons faire face à de très graves difficultés économiques », s’est inquiété l’entourage ministériel.

À LIRE  Uber Eats continue de tisser sa toile

Un dispositif qui coûte « une fortune » à EDF

LIRE AUSSI DF réclame 8,34 milliards d’euros à l’Etat après action électrique

Mais la FED, déjà grevée d’une dette record qui pourrait atteindre 60 milliards d’euros d’ici fin 2022, a dénoncé le dispositif, qui a coûté une fortune au fil des années, mettant à rude épreuve sa capacité d’investissement et limitant sa capacité à redresser ses finances en le vendant. . TWh vaut le prix de l’or. Le nouveau patron de l’entreprise renationalisée, Luc Rémond, qui aura la lourde tâche de dérouler un renouvellement de parc, évitera de débuter son mandat avec une balle dans les pieds si le plafond tombe à 100 TWh d’ici 2023.

Je souscris

Contenu de points illimité

Vous lisez : Électricité : Bercy revoit le plafond d’Arenh, un geste en faveur d’EDF