Elisabeth Borne, en mode President Shield

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Et si Emmanuel Macron avait retrouvé sa Margaret Thatcher ? Autorité, détermination, sérénité, ironie parfois : ce que l’on avait perçu comme de la pure techno, ennuyeuse et froide, s’est révélé lors de son discours de politique générale, ce mercredi 6 juillet, à l’Assemblée nationale.

Sur le fond, il a d’abord présenté une défense grossière du premier quinquennat de Macron, sans trop le citer, dans un esprit d’émancipation tranquille. La bonne élève, la fonctionnaire, a brisé l’armure, rappelant son parcours de pupille du pays, son amour pour la République, mais aussi apparaissant sous un jour nouveau, presque surprenant, notamment dans le domaine où on ne l’attendait pas : celui de la rhétorique. Elisabeth Borne a choisi le mode guerrière pour se présenter devant les députés presque surprise par l’art oratoire de l’ancienne polytechnique.

Deux mots revenaient régulièrement dans sa bouche : construire et combattre. Outre les déchaînements bruyants et désordonnés des berges de La France insoumise, le Palais-Bourbon s’est découvert un personnage qui pourrait bien protéger le président de la République. A l’évidence, la dame est prête à jouer les boucliers, pas à se sauver au premier plan des dossiers parlementaires, les petites guérillas qui vont forcément surgir dans les jours à venir.

La stratégie « projet par projet » qui vous attend ne sera évidemment pas de tout repos. Cela pourrait même devenir un cataclysme. Mais la locataire de Matignon a réussi son premier grand défi : rassurer sa famille. Quiconque doutait de sa capacité à occuper le poste, ou qui rêvait de prendre sa place, était convaincu que la « collaboratrice » avait la voie. Sainte-Blandine, jetée dans l’arène, n’a pas été dévorée par les lions. Derrière son côté un peu raide de patronne, la Première ministre a révélé une indéniable force intérieure. Cette femme est une battante et semble équipée pour naviguer par mauvais temps. Ce n’est pas une petite leçon pour l’Elysée.

À LIRE  Juana Martín : "Vous verrez l'Andalousie dans toute sa beauté"

Le clin d’oeil de Serge Raffy

Le clin d’oeil de Serge Raffy

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d’entraîner le dépôt de cookies par l’opérateur de la plateforme vidéo vers laquelle elle sera dirigée. Compte tenu du refus de dépôt de cookies que vous avez manifesté, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la reproduction de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre consentement en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Côté programme, il faudra patienter encore un peu pour y voir clair. On pourrait presque résumer le contenu de son texte par une formule : la saison « Macron 2 » est la saison « Macron 1 », plus résolue, plus offensive, encore moins retenue, avec deux idées centrales voulues par le président de la République :

Ce mantra macronien, Elisabeth Borne l’a manié avec passion pendant près d’une heure et demie en galerie, à peine interrompue par les rares moqueries des « rebelles », sans conviction d’ailleurs, comme si l’heure n’était pas venue du lynchage public. Venez encore.

François Ruffin : « Je demande à la gauche : veut-on abandonner les classes populaires des peuples au RN ? »

Ainsi, comme toujours en politique, ceux qui peuvent passer pour des gardiens durent beaucoup plus longtemps que prévu. Il y a quelques jours, les sinistres oiseaux l’avaient déjà enterrée et renvoyée au cimetière des occupants de l’hôtel flash de Matignon. Elisabeth Borne a bien l’intention de ne pas jouer aux météorites. On lui prédisait un destin à la Edith Cresson, tombée dans le champ du déshonneur chauvin. Il y a fort à parier que l’avenir de Madame Borne, si elle parvient à déjouer les pièges des débandeurs, comme en rêvent les amis de Jean-Luc Mélenchon, pourrait durer longtemps. La « mère dure », comme certains l’appellent, a la peau dure. Dans les jours à venir, cela ne sera pas inutile.

À LIRE  L'instant mode : Anja et Septe imaginent le maillot de bain d'été