Escapade : été indien à Zurich

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Paddle sur le lac, promenades architecturales et découverte du yacht club imaginé par Philippe Starck pour Michel Reybier.

Il y a deux ans, je me promenais au bord du lac de Zurich, à Seefeld. Nous avons dû faire grincer les freins de la voiture, manœuvre obligatoire, pour ne pas écraser Apollon en maillot de bain qui traversait le bitume pieds nus.

Ce Dieu tombé de l’Olympe plaça dans sa main une rame gonflable, tandis que l’eau du lac continuait de couler sur sa poitrine gonflée. Longtemps, j’ai regretté de ne pas l’avoir renversé, cela m’aurait permis de l’accompagner aux urgences et de se retrouver entre les deux consultations…

Cet automne, c’est à mon tour de traverser le Quai Uto qui longe le lac en maillot de bain. A la différence que ma pagaie est gentiment portée par le portier de La Réserve Eden au Lac Zurich, qui se situe en face de la promenade, entre Bellevue et Zürichhorn. N’est-ce pas drôle de traverser le front de mer de Sarina en bikini en pleine heure de pointe ? Je profite de l’étirement de l’été indien pour passer une heure au bord du lac avant qu’il ne soit 9h.

Bains Utoquai vus de la rue.

Durant cette escapade, je profiterai également du Seebad Utoquai. En tant qu’invité cinq étoiles, vous bénéficiez d’un accès illimité à ces bains publics vieux de 120 ans. Ce « palais des bains », ainsi nommé en raison de deux tours à dômes, supprimées lors de la rénovation de 1942, est situé à une minute à pied des 40 chambres et suites de l’hôtel.

On doit la construction en bois et le style mauresque de la piscine et des terrasses à William Henri Marti. Si les crawlers les moins prudents rejoignent les radeaux fixes dans le lac, les salariés des entreprises voisines profitent des rayons du soleil à midi, le temps d’une collation.

Promenade architecturale

Nous poursuivons ce séjour en mer par une visite de la ville sur la petite reine. Vous pouvez emprunter les nouveaux vélos électriques de Milo à la réception. Les gros pneus bêtes feraient pâlir d’envie une Harley-Davidson. Nous traversons les voies du tram sans crainte. De quoi se déplacer en zigzag parmi les 70 espaces verts de la ville. Vous traversez le jardin botanique et ses serres tropicales pour verrouiller votre vélo devant le pavillon Le Corbusier, à quelques coups de pédale de l’hôtel.

À LIRE  Top 20 des destinations les plus populaires à visiter

Ausstellung des Museum für Gestalting Zürich

Situé dans un écrin de verdure, ce dernier bâtiment d’acier et de verre entièrement conçu par l’architecte franco-suisse a été achevé en 1967. L’initiatrice de ce monument aujourd’hui classé, Heidi Weber, également mécène et propriétaire de la galerie, en était la présidente et la conservatrice. de ce centre aux allures de musée pendant un demi-siècle. Depuis 2019, le pavillon est géré par le Museum für Gestaltung Zürich en tant que musée public au nom de la ville.

Dans cette œuvre d’art totale, Le Corbusier montre la synthèse de l’art : l’interaction de l’architecture et du mobilier, de la peinture, de la tapisserie, du plastique et du graphisme, et de la photographie, au gré d’expositions ponctuelles. A 50 mètres, dans le jardin chinois, le jardin chinois avec son bassin et son petit palais rend hommage à Kunming, la ville jumelle de Zurich. Dépaysement garanti !

Voile et méditation

Comme le week-end est conçu comme sportif, on pousse les exercices physiques à la limite, donc presque… En chatouillant le rapport 5 de notre vélo, on atteint l’antre à 25 km/h. par Carl Gustav Jung. La résidence familiale du psychanalyste donne sur un jardin et une plage privée à Küsnacht et est ouverte trois jours par semaine au public. Il se précipite vers l’entrée pour ne pas rater la visite.

Résidence familiale de C. G. Jung.

Téléphone intérieur, chauffage central, voiture personnelle, la famille Jung se veut à la pointe de la technologie de l’époque. La famille s’y installe en 1909. Si Jung travaillait à la clinique, il a maintenant ouvert son bureau à l’étage. La règle est simple : il ne faut pas la déranger sauf s’il s’agit d’un incendie ou d’une guerre. La séance avec le pionnier de la psychologie des profondeurs sera changée le 3 août 1914 sous prétexte que l’Allemagne vient de déclarer la guerre à la France…

On apprend aussi qu’Einstein et Freud l’ont visité. Grand-père, comme Jung était surnommé, lisait des thrillers assis dans sa bibliothèque. Au premier étage, il y a encore 5 000 livres classés par thème : spiritualité, philosophie, anthropologie, histoire, science, psychiatrie, etc.

Ses patients venaient du monde entier. Il les recevait deux fois par semaine en séances de 50 minutes. Enraciné dans la spiritualité et la religion, le scientifique a développé une nouvelle vision du message chrétien à travers la psychanalyse. Et pour se laver l’esprit, il disparut au loin, seul sur son voilier à méditer sur les flots.

Nous entrons avec une de ses phrases en tête : « La clarté ne naît pas de ce que nous imaginons avec la lumière, mais de ce que nous prenons conscience des ténèbres. »

À LIRE  Comment sont attribués les labels touristiques ?

Le Yacht club imaginaire

Le reste de la soirée se passera à l’hôtel, entre le rez-de-chaussée et le toit. Dj Sophie mixe un nouveau live disco de 18h00 à 22h00 pour Eden Kitchen & Bar. Ce sont trois DJ résidents qui se partagent la semaine. Son crédo ? « Bonne musique et ambiance cool ! »

La taverne et son chef Marco Ortolani viennent d’être récompensés d’une étoile Michelin. La cuisine ouverte permet de suivre en direct l’évolution de la cuisine italienne classique aux influences françaises et internationales. Mais ce soir, après avoir bu son cocktail, nous prenons l’ascenseur jusqu’au deuxième restaurant de l’établissement, La Muña.

DJ à Eden Kitchen & Bar.

La douceur du temps nous a permis de dîner sur le toit et de profiter d’une vue à 360° sur le centre historique, les Alpes au loin et le lac. A l’intérieur, les tables sont disposées sous la charpente de l’ancien grenier aménagé. Ouverte en 2020, l’adresse est rapidement devenue un lieu de sa gastronomie.

Les spécialités du chef Tomoko Gunji Hangartner (Miya) se partagent comme des tapas et mêlent les saveurs péruviennes à l’Umami japonais : miso aux jalapeños, Gyu maki et son tataki de bœuf au ceviche Suzuki sur fond de ballet de bateaux glissant sur un lac endormi.

L’hôtel a été repensé par Philippe Starck, marin à ses heures perdues. Le designer propose ici une expérience hors du temps dans un yacht club imaginaire. Et de l’imagination, il en faut peu pour croiser Carl et Yaya, ce duo de mannequins et d’influenceurs que Ruben Östlund a mis en scène dans sa deuxième Palme d’Or « No Filter » présentée cette année à Cannes. Ne viennent-ils pas d’être invités sur un yacht pour une croisière de luxe après la Fashion Week dans ce film sur les écrans francophones ?

Si le bâtiment témoigne de l’esprit villégiature du début du XXe siècle, l’intérieur a été repensé grâce à des murs en briques, des soubassements en marbre et des parquets en bois massif révélés sous des couches de tapisseries anciennes et de vieux papiers peints. La matière brute sculptée par les jeux de lumière qui, associée au choix du mobilier, évoque cet univers nautique. Bref, plus besoin de prendre la mer ni de risquer le naufrage, salut à ceux qui verront « No Filter ».

Plus d’informations sur www.lareserve-zurich.com et zuerich.com.

Vous avez trouvé une erreur ? Faites le nous savoir.