Essai Delphia 11 : électrique vs diesel

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Aujourd’hui le chantier naval du groupe Bénéteau renouvelle toute sa gamme. Le Delphia 11 est le premier d’une série basée sur l’électricité… mais pas que ! Un concept très réussi qui a tout pour séduire les plaisanciers à la recherche d’un maximum de confort. Photos : Virginie Pélagalli.

Confort et espace, silence, sorties entre amis et en famille, le tout dans le train d’un sénateur… Voici en quelques mots le dernier programme du chantier Delphia 11. Il est né en Pologne il y a une trentaine d’années. 2018 a été une étape importante puisque le groupe Bénéteau l’a racheté.

Au passage, l’équipe de France a profité de cette opération stratégique pour ajouter une nouvelle corde à son arc. En effet, avec Delphi, Bénéteau s’attaque au marché des lacs, rivières et plans d’eau intérieurs, ainsi qu’au marché de l’électricité. La coque du Delphia 11 a également été conçue par Tony Castro pour ce type de propulsion.

Sommaire

Avec le motoriste Torqeedo

Mais un moteur chaud peut aussi entrer pendant la cale. Car, comme l’a déclaré le directeur de la marque Delphia, Martin Schemkes : « Nous ne luttons pas contre le diesel, nous faisons la promotion de l’électrique. Tout est dans la nuance… Pour la propulsion électrique, Delphia s’est associée au motoriste allemand Torqeedo, leader dans ce domaine depuis de nombreuses années. Le Torqeedo Deep Blue 50i (équivalent vapeur de 80 ch) et son banc de batteries BMW i3 sont disponibles avec trois packages : Life, Cruise et Rapid, choisis en fonction de l’utilisation et des habitudes de l’équipage.

Ainsi, le pack Life n’a qu’une seule batterie, alors que le pack Cruise en a trois, et il sera conçu pour ceux qui font de longues navigations sans s’arrêter. Quant au pack Rapid, il est équipé d’un chargeur qui sera plus adapté aux loueurs pour gagner du temps lors de la recharge. Concernant l’aspect thermique, le patio a opté pour trois motorisations diesel du motoriste Yanmar : 57, 110 ou 150 chevaux. On comprend aisément que les amateurs de grosses cylindrées devront passer leur chemin… La forme de la carène a également été pensée pour les petites vitesses.

La stabilité à la fois en croisière et à l’arrêt est un argument facultatif, et nous ne pouvons pas omettre les performances nécessaires pour pouvoir parcourir des kilomètres avec la consommation de carburant la plus faible possible. Les chiffres communiqués par le chantier Delphia montrent cette direction. Ainsi, la vitesse maximale annoncée est de 10 nœuds. Ces performances sont parfaitement en ligne avec les limites fixées par la réglementation de la plupart des chaînes européennes.

À LIRE  Quand partir au Bélize ? Météo, climat, plongée... Le meilleur...

Avec un Yanmar de 150 ch, le Delphia 11 ne consomme que 2,5 l/h à 4,3 nœuds (vitesse de croisière économique), ce qui lui donne une autonomie de 690 milles nautiques !

Mais au-delà de la simple performance, Delphia a voulu inventer tout un environnement qui corresponde à ce mode de croisière, comme des bains de soleil à profusion, lire ou boire un verre, des supports à vélos avec serrures sur le pont arrière pour profiter des haltes gourmandes à vélo, etc. .

Bref, calme, espace, volume et confort. De ce point de vue, Delphia 11 ne manque pas, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Le carré en U bénéficie d’une belle luminosité et donne sur une cuisine en L, elle-même située à tribord, dans le prolongement de la cabine. Trois niveaux plus bas se trouve l’espace réservé aux cabines et aux toilettes.

Le jardin offre des configurations variées, là encore pour répondre au mieux aux attentes des futurs propriétaires, particuliers ou loueurs. Ainsi, il existe une version monocabine avec une pièce attenante en face, où se trouvent le bureau, la buanderie, les rangements, etc.

Plusieurs versions d’aménagement

Des versions à deux ou trois cabines sont également disponibles. Des salles de bains sont également disponibles avec différentes configurations (deux toilettes ou une toilette avec une grande cabine de douche).

A l’extérieur, le plan de pont reste commun à tous les modèles, avec un ride très bien protégé et donc pensé pour les familles naviguant avec de jeunes enfants. La face avant est conçue pour le repos grâce aux bains de soleil qui occupent la quasi-totalité de l’espace. Des étagères peuvent être fixées pour contenir vos boissons ou votre plateau de petits fours…

A l’extérieur, la grande différence est la superstructure. Delphia a développé la version Sedan et la version Flylounge, cette dernière faisant passer le tirant d’air de 2,75 mètres à 2,95 mètres, un détail à prendre en compte pour ceux qui naviguent dans des secteurs manquant de hauteur de pont. . La version berline affiche un profil très dynamique, avec une casquette de toit qui remonte loin et apporte une esthétique très réussie.

Il en va de même pour la version Flylounge, qui est assez équilibrée. L’inconvénient de ce dernier vient des dossiers des sièges du flybridge, qui peuvent être rabattus pour gagner quelques centimètres sous le pont, mais sont trop souples pour tenir sur le pont. Le jardin annonce un changement au profit de motifs plus rigides. De plus, une main courante supplémentaire pourrait être ajoutée au niveau des escaliers menant au flybridge.

À LIRE  Voyage en solo : J'ai testé la voile en solitaire pendant une semaine et voici pourquoi c'est le meilleur moyen de voyager seul, en toute sécurité - Grazia

Les atouts de l’électrique

Il existe une option de cuisine extérieure pour ceux qui souhaitent préparer leurs collations à l’extérieur. Il se trouve derrière le dossier du siège extérieur en forme de U du cockpit. Que l’option soit choisie par le propriétaire ou non, deux casiers sont placés au bas de cette banquette arrière et seront parfaits pour ranger coffres et garde-boue.

Si la propulsion électrique est choisie, les prises sont situées dans le coffre bâbord. Toujours à l’arrière, le patio offre également un cerceau pour taquiner et verrouiller deux vélos électriques. Le patio a développé un système intelligent pour couvrir les espaces.

Monté sur un rail et disparaissant dans la colonne du conducteur lorsqu’il n’est pas utilisé, cet auvent peut être fixé et retiré en moins d’une minute. En navigation, l’expérience électrique est captivante. Le bateau ne fait aucun bruit. Seul le gargouillement de l’eau à l’arrière de la plateforme de bain est perceptible. Il y a fort à parier que la plupart des propriétaires bénéficieront de ce type de propulsion.

De plus, pour confirmer cette prédiction, le chantier annonce que les deux versions sont déjà à égalité en termes de demandes. La stabilité annoncée n’est pas un vain mot et les verres sur leur étagère le prouvent : ils n’ont pas bougé de la journée !

Avec l’aide des propulseurs

Aucune vibration n’a été détectée à bord de Delphia 11 avec le moteur électrique. Les propulseurs de poupe et d’étrave sont là pour soutenir la ligne mono-essieu et seront les bienvenus, notamment en marche arrière. La visibilité de l’intérieur est bonne, même si un bateau se penche vers l’avant et réduit légèrement la largeur de la vitre centrale.

C’est super depuis le flybridge. De son côté, Delphia 11 en version thermique montre le même comportement en navigation et en manœuvres. La principale différence réside dans le niveau sonore, qui est forcément plus présent avec un moteur thermique en sous-sol inférieur. Mais cela reste tout à fait acceptable, compte tenu des vitesses relativement faibles que vise ce bateau.

Les caractéristiques du Delphia 11

PRIX du Delphia 11

Les performances du Delphia 11 avec un Yanmar 150 ch 4LV 150

Type d’hélice : 22 x 14 »

Nos appréciations

Les plus

Les moins

Découvrez tous nos tests en cliquant ici !

Rédacteur en chef de L’Argus du Bateau et rédacteur en chef adjoint de Moteur Boat, ce spécialiste du secteur de l’occasion a toujours été impliqué dans la voile, notamment sur la côte nord de la Bretagne, dont il est originaire.

Voir tous les articles de François Paris