Essonne : Athis-Mons veut transformer une ancienne friche en lieu de sport et de détente

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Publié le 21 octobre 2022 11 h 33

Quel projet pour stopper les 25 000 m2 de friches le long de la nationale 7, à l’entrée d’Athis-Mons ? Précisément pour répondre à cette question, la collectivité de l’Essonne vient de lancer un vaste appel à manifestation d’intérêt, inspiré de concours tels que « Inventons la Métropole du Grand Paris ». Depuis 2010, date du départ du club de rugby, la salle est inactive. Plusieurs projets ont été couronnés de succès, mais aucun n’a abouti jusqu’à présent.

Les opérateurs (architectes, promoteurs, etc.) qui répondent à la consultation doivent respecter les consignes de la commune. Celui-ci veut l’installation de nouveaux services en matière de sport, de loisirs sains et de restauration mais pas de logements, pas de centre commercial, pas de cinéma ou d’entrepôt logistique. « Il faut innover et ne pas proposer ce qui existe déjà. Un grand Carrefour et de nombreux multiplexes de cinémas, notamment celui de Belle Epine sont déjà installés à proximité. Il faut imaginer un projet pour les années futures pour améliorer notre cadre de vie à cet endroit stratégique, à l’entrée de l’Essonne et de la ville », insiste Jean-Jacques Grousseau, maire (PS) d’Athis-Mons.

Transparence totale

La concertation organisée par la collectivité s’inscrit dans le cadre des travaux de requalification de la nationale 7 en boulevard urbain. Ces rénovations accompagnent le prolongement à venir du tramway T7, qui devrait rendre le quartier plus attractif. La municipalité se donne désormais un mois pour recevoir les offres et faire un premier choix en gardant quatre opérateurs.

À LIRE  Quel est le régime alimentaire pour reprendre le sport ?

« J’ai reçu de nombreuses propositions et demandes de divers acteurs économiques qui sont venus me voir après mon élection à la mairie. Le processus que nous mettons en place permettra une saine imitation », a déclaré le maire. Concernant la partie sports et remise en forme, la ville est déjà en contact avec l’exploitant des centres sportifs et gymnases « Five » (qui permettent notamment la pratique du football à cinq, du padel, de l’escalade, etc.). Cinq pourraient occuper 5 à 10 000 mètres carrés du site.

Il faut imaginer un projet pour les années futures pour améliorer notre cadre de vie dans cet emplacement stratégique, à l’entrée de l’Essonne et de la ville.

Les quatre candidats sélectionnés disposeront alors de trois à quatre mois pour affiner leur projet. Le choix final sera ensuite établi, avec un processus de consultation publique. « Si aucun projet n’était satisfaisant, nous n’hésitons pas à reporter la concertation. Nous insistons sur la nécessité pour les opérateurs d’être innovants », a déclaré Gautier Conan, adjoint au maire chargé de l’Urbanisme et du Cadre de vie.

Polémique

La transparence du maire s’explique surtout par l’échec des projets portés par ses prédécesseurs. En 2018, la maire de l’époque (LR), Christine Rodier, présentait un vaste projet futuriste de centre commercial et de multiplexe cinématographique. Ce dernier a surtout pesé dans la balance, lors des élections locales de 2020, face à l’équipe en place. La liste conduite par Jean-Jacques Grousseau a finalement gagné. « Nous avons rapidement stoppé ce projet qui constituait une réelle menace pour nos entreprises et nos structures culturelles actuelles », rapporte Gautier Conan.

À LIRE  La collection Curio by Hilton fait ses débuts en Pologne

Une opinion qui n’est bien sûr pas celle de l’opposition d’aujourd’hui menée par Christine Rodier. Les élus de l’opposition n’ont pas hésité, lors de la présentation de l’appel à manifestation d’intérêt, à affirmer que le nouveau projet de la ville n’est pas si éloigné de celui de l’ancienne commune. Jean-Jacques Grousseau n’est pas d’accord avec cette affirmation mais il admet que la transformation de la friche devra générer des revenus financiers pour la ville. Il compte notamment sur la vente des friches pour financer une partie du coût de la future école de douze à quinze salles de classe qui sera construite à proximité. Les coûts de construction de l’établissement sont estimés à plusieurs dizaines de millions d’euros.

Comment décrypter les évolutions de notre époque ?

Transition écologique, inflation, crises politiques, entreprises innovantes… L’actualité, parfois brutale ou stimulante, est à l’image de nos sociétés en devenir. Pour comprendre ces changements, « Les Echos » est un outil de travail au quotidien. Grâce à nos 200 journalistes spécialisés, nous vous accompagnons au quotidien pour éclairer l’actualité économique, politique et internationale. Nos enquêtes, analyses, chroniques et éditoriaux sont autant de ressources à disposition de nos abonnés pour alimenter leur réflexion stratégique et les aider à décrypter la complexité de notre époque.