Eysines : une exposition consacrée au peintre Claude Lagunte proposée au Château Lescombes

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Par Didier Lafargue Publié le 12/10/2022 sur 15:10

Le jeudi 6 octobre à 18h30, le Château Lescombe a été le théâtre du vernissage de l’exposition consacrée au peintre Claude Lagoutte (1935-1990). La vie artistique de ce dernier a duré presque…

Le jeudi 6 octobre à 18h30, le Château Lescombe a été le théâtre du vernissage de l’exposition consacrée au peintre Claude Lagoutte (1935-1990). Sa vie artistique s’étend sur près de trente ans. L’exposition qui a eu lieu en 2008 au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux ne traitait que des 15 dernières années, celles de ses œuvres les plus célèbres. La première partie de sa carrière, qui n’est pas dénuée d’intérêt, a cette fois été envisagée.

Inspiré par ses voyages

Dans ses premières années, Claude Lagoutte réalise des peintures figuratives, notamment lors de ses voyages. Il se rend au Laos (« Vientiane », 1960), puis en Algérie (« Paysage d’Algérie », 1967). Ses peintures le révèlent comme un bon coloriste, un bon dessinateur. Il se rend alors à Brazzaville et commence à s’interroger sur son travail. Après avoir oscillé entre figuration et abstraction, il choisit de se consacrer à cette dernière.

Ainsi, en 1976, il marque le monde de l’art en inventant le « système Lagoutte », fruit d’un cheminement intellectuel, sans renier ses racines de la première période. Plus qu’abstraites, ses œuvres sont donc subjectives et présentent ce qu’il ressent. Il mélange des bandes de tissu ou de papier collées entre elles à l’aide d’une machine à coudre. Il imbibe de pigments des bandes qu’il relie au gré de ses souvenirs du passé. A travers les couleurs et les formes, il traduit ses impressions sur les pays qu’il visite. Trois d’entre eux le fascinent particulièrement : l’Inde, le Népal et le Tibet. Outre les paysages qui l’ont influencé, il exprime ses sentiments personnels (« Voyage d’été (Inde) », 1978). Il se révèle être un écologiste avant l’heure.

À LIRE  Nos dix incontournables à Belle-Île-en-Mer, du port de Sauzon à la ville de Locmaria

Parallèlement, il écrit beaucoup sur l’art, ses voyages, la philosophie. Certaines de ses créations sont ponctuées de nombreuses annotations.