Face à une éventuelle coupure de courant, les Varois et les Azuriens sont…

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Le gouvernement prévient : des coupures d’électricité pourraient être nécessaires en janvier pour éviter les pannes d’électricité. S’ils ne devaient pas durer plus de deux heures, une fois par jour, entreprises et particuliers ont décidé de s’équiper pour maintenir leur activité ou leur confort.

Publié le 16/12/2022 à 07:00, mis à jour le 15/12/2022 à 20:04

A grandes maladies, grands médicaments. Par peur des délestages et des coupures de courant cet hiver, c’est probablement ce proverbe qui fait courir les Varois et les Azuriens aux groupes électrogènes. Dans ce grand magasin de bricolage de l’ouest varois, on lâche que « on n’en a plus ! ».

Le comparateur de prix Idealo, qui a analysé l’évolution de la demande, estime ainsi une augmentation de plus de 1 400 % de la demande de granulats électriques entre septembre et décembre 2022 par rapport à la même période en 2021.

« Depuis fin août, début septembre, notre activité a augmenté d’une vingtaine », confirme Anthony Bossalini, gérant de SE2M Industrie, le plus grand spécialiste des groupes électrogènes varois, implanté depuis vingt ans à La Farlède et dont l’activité rayonne sur le large quart sud-est de la France.

Idem dans le département voisin : « En trois, quatre mois, nous avons réalisé la moitié du chiffre d’affaires de l’année », clame Sébastien Humbert, directeur de Sud Énergie, basée à Valbonne et Monaco.

Sommaire

« Ça vient de partout »

Quant à la demande, « elle est multipliée par quarante ! », estime Didier Ceccarelli, patron de Diesel Electric, autre spécialiste de la région, basé à Aix-en-Provence.

« Ça vient de partout ! De toutes sortes d’entreprises, d’industries, mais aussi du bureau, pour les ordinateurs ou les téléphones. » Chacun s’équipe pour assurer la continuité de son activité, et ceux qui ont besoin de beaucoup de puissance ouvrent la voie.

À LIRE  Logement : de combien mon bailleur peut-il augmenter le loyer ?

« Les Ehpad sont aussi assez paniqués », souligne l’expert varois. Ces établissements pour personnes âgées dépendantes ne font pas partie des emplacements prioritaires en cas de coupure de courant. « Nous ne sommes pas sûrs de pouvoir répondre à ce besoin. »

Confort des particuliers

Tous les domaines sont concernés, insiste l’Azuréen Sébastien Humbert : « De nombreuses grandes surfaces, des grandes surfaces ont demandé des aménagements. Des casinos de jeux ou encore des laboratoires pharmaceutiques ont rejoint notre clientèle. »

Et puis il y a les particuliers. Ils ont particulièrement fait leurs preuves ces deux derniers mois, note Anthony Bossalini, pour les petites installations électriques.

« Ils sont préoccupés par les coupures et veulent maintenir le confort. » Et d’illustrer : « Hier j’étais avec une dame qui veut être sûre qu’elle pourra être éclairée, chauffée, mais aussi capable de cuisiner ou de regarder la télé. »

La demande augmente et, raconte l’entrepreneur varois, ceux qui se présentent arrivent désormais trop tard.

Pas de stock avant le printemps

Bien sûr, les chiffres de fin d’année de ces entreprises, peu nombreuses dans le secteur, devraient augmenter significativement.

Mais, « on ne peut plus suivre », déplore Anthony Bossalini. Même pas en termes d’équipements – Diesel Electric ne dispose que d’une vingtaine d’unités disponibles : « Je devrais en avoir quelques-unes en début d’année, mais la plus grosse devrait arriver en mai », précise Didier Ceccarelli. Ni en termes d’installation.

« Le plus compliqué à gérer », pour son collègue du Var. « Nous allons dans une longue ligne droite pour installer tous les dispositifs personnalisés avant Noël », confirme Sébastien Humbert, également en course.

À LIRE  Vous craignez des coupures d'électricité dans les semaines à venir ?

L’Ukraine prioritaire

Outre l’explosion de la demande de groupes électrogènes pour faire face à d’éventuels délestages en janvier, la pénurie vient aussi des besoins ukrainiens.

En pleine guerre d’agression menée par la Russie, le pays fait face à des attaques qui visent délibérément des infrastructures civiles, affectant notamment l’approvisionnement en électricité des habitations et alors que l’hiver s’annonce rigoureux.

« Tous les groupes sont allés en Ukraine, raconte Anthony Bossalini, apparemment compréhensif. Mes commandes ont été modifiées et des approvisionnements y ont été envoyés. » Même son de cloche du côté de Didier Ceccarelli, qui évoque une « rupture européenne ».

Ainsi, ces dernières semaines, la France a transporté une centaine de groupes électrogènes d’une puissance de 50 à 100 kilowatts vers l’Ukraine.

Dans le Var, l’association de marins Aidocéan de Sébastien Destremau a reçu quatre groupes électrogènes du magasin Castorama de La Seyne-sur-Mer. Et ils seront bientôt livrés en Ukraine.