France-Maroc : Revivez la qualification des Bleus pour la finale de la Coupe du monde, réactions et scènes de joie

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

L’équipe de France a battu le Maroc 2 à 0 mercredi à Al-Khor pour atteindre la finale de la Coupe du monde pour la deuxième fois consécutive. Kylian Mbappé et ses partenaires affronteront l’Argentine dimanche à 16h00.

Sommaire

LIVE

PROGRAMME

Il est temps de fermer ce direct

Après une belle journée et un après-midi encore plus agréable, nous allons clôturer ce direct consacré à cette demi-finale de Coupe du monde remportée par l’équipe de France contre le Maroc.

Nous vous remercions pour votre fidélité et vos contributions tout au long de l’événement.

Et évidemment on vous donne rendez-vous dimanche pour un live consacré à la finale des Bleus face à l’Argentine, en espérant revivre de belles scènes de joie !

Soirée de liesse en France

Sur les Champs Elysées de Paris, Bordeaux, Lyon ou encore Marseille, la qualification des Bleus pour la finale de la Coupe du monde a été fêtée mercredi soir par des milliers de supporters dans une ambiance majoritairement affable, toutefois en marge, des incidents. et des arrestations et un accident mortel.

« Nous sommes en finale, nous sommes en finale ! Malgré le froid mordant, avant même la fin du match, des centaines de supporters s’étaient spontanément rassemblés sur les Champs-Elysées, sillonnés par des voitures klaxonnant et des scooters virevoltant autour de l’Arc de Triomphe, agitant le drapeau rouge blanc bleu « C’est la fête ». , nous avons gagné, nous sommes en finale. Pour moi, nous avons gagné sans aucun doute [dimanche], cette star est à nous, je voulais la vivre aux « Champs », a déclaré à l’Agence un fan français de 18 ans. France-Presse (AFP) Rencontre à Paris « à défaut d’aller au Qatar ».

Plus tôt dans le match, quelques dizaines de supporters marocains s’étaient rassemblés sur l’avenue, portant sur le dos le drapeau rouge étoilé de leur pays, pour suivre le match sur leurs téléphones portables. « Nous avons perdu, mais ce n’est que du football. Nous sommes entrés dans l’histoire en atteignant les demi-finales (…) Nous sommes fiers de notre pays et heureux pour la France », a insisté un étudiant marocain de 22 ans.

Lorsque la France a doublé en fin de match, le but a été accueilli par un bus CRS qui a activé sa sirène. Quelque 10 000 policiers et gendarmes en France ont été mobilisés pour encadrer les supporters des deux équipes, dont 5 000 à Paris et en région parisienne. Au total, 115 interpellations ont été opérées dans l’agglomération parisienne, dont 101 à Paris, a indiqué la préfecture de police peu avant 01h00. du jeudi.

A Bordeaux, la place de la Victoire a fait le plein de monde dès le coup de sifflet final. Selon la préfecture, vers 22h30, il y avait 2 500 personnes, sans débordement apparent. A Marseille, 3 000 personnes se sont présentées sur le Vieux-Port, sans incident notable, et plusieurs milliers de supporters se sont rassemblés dans le centre de Nice.

Le préfet de l’Hérault a annoncé à Montpellier le décès d’un enfant, « violemment renversé par un chauffard après le match » et « décédé peu après son traitement médical ».

La ville de Lyon fut le théâtre de scènes jubilatoires et de concerts de trompettes. Mais, peu après la fin du match, « un groupe de jeunes d’extrême droite s’est approché des supporters réunis place Bellecour. Il y a eu une bagarre et la police est rapidement intervenue pour repousser le groupe et les suivre », selon une source préfectorale. La préfecture a fait état de sept interpellations au total, dont deux parmi des militants d’extrême droite.

A Annecy, une interpellation a été opérée après des jets de projectiles sur des policiers et un homme a été évacué à l’hôpital, blessé lors d’une bagarre, selon la préfecture de Haute-Savoie. Des interpellations ont également été signalées à Avignon : 14, dont huit pour des tirs de mortier, selon un rapport de police transmis à l’AFP.

Aucun incident n’a été enregistré à Strasbourg. Lors d’un rassemblement place Kléber, au pied de l’emblématique sapin de Noël, les fans, sous la neige, ont entonné la Marseillaise.

Les Bleus en finale, à la force de l’habitude

Le football français a trop longtemps joui du rôle de magnifique outsider pour oser être exigeant. L’équipe de France n’a pas joué son meilleur score en Coupe du monde ce mercredi soir contre le Maroc mais elle a évité les fausses notes.

Pour ces Bleus, se qualifier pour la finale évoque un train arrivé à l’heure. C’est pourtant une difficulté rare : avant 1998, date du premier sacre tricolore, les Français n’avaient jamais atteint la finale alors que la première édition du concours date de 1930. Et en cas de titre – ce serait le troisième – Dimanche, face à l’Argentine de Lionel Messi (à 16 heures, heure de Paris), les Bleus réuniraient dans l’histoire l’Italie (1934 et 1938) et le Brésil de Pelé (1958 et 1962), seules équipes à avoir remporté successivement deux trophées mondiaux .

Un adolescent mortellement fauché à Montpellier

La fête est dramatiquement gâchée à Montpellier où un adolescent décède après avoir été renversé par « un chauffeur », selon le terme de la préfecture. Le conducteur a pris la fuite et « le véhicule a été retrouvé à proximité des lieux de l’accident et placé en garde à vue », précise le communiqué, qui ajoute que « l’enquête policière avance rapidement sous la direction du parquet ».

La victime, transférée à l’hôpital en urgence absolue, est décédée peu après son traitement médical.

Le roi Mohammed VI félicite Emmanuel Macron

A l’issue du match, le roi Mohammed VI a adressé « ses félicitations » au président Emmanuel Macron, présent à Doha, dans un entretien téléphonique, a rapporté l’agence de presse MAP.

Cette demi-finale s’est jouée dans un contexte de crise diplomatique entre le Maroc et la France sur l’épineuse question des visas et du Sahara Occidental. Après des mois de tensions, la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, se rendra jeudi à Rabat. Macron devrait être au Maroc pour une visite d’État début 2023.

Mohammed VI a également transmis par téléphone ses « vives félicitations » à toute l’équipe marocaine pour avoir « honoré le peuple marocain et le public international ».

À LIRE  District 30 a ouvert deux courts de tennis muraux

« Après son parcours exceptionnel (…), l’équipe marocaine peut désormais envisager l’avenir avec sérénité et continuer à rêver et à écrire de nouveaux et glorieux chapitres de son histoire », rapporte la MAP.

La question de Bento concernait les deux finalistes, ce qui n’est arrivé qu’une seule fois.

L’Espagne a bien connu ce sort en 2010, mais elle n’est pas la première équipe championne du monde à perdre au premier tour (la RFA en 1974 puis l’Argentine en 1978).

De nombreux autres finalistes ont perdu un match au premier tour : Brésil 1998, Italie 1994, Argentine 1990, Allemagne de l’Ouest 1986, Allemagne de l’Ouest 1982, Tchécoslovaquie 1962 et Allemagne de l’Ouest 1954.

115 interpellations dans l’agglomération parisienne dont 101 à Paris

Ces chiffres ont été fournis par la préfecture de police de Paris peu après 1h du matin.

C’était déjà arrivé en 1978 lorsque l’Argentine (future championne du monde à domicile cette année-là) et les Pays-Bas avaient perdu lors de leur troisième match du premier tour.

A noter qu’en 1990, l’Argentine atteint également la finale (en s’inclinant cette fois contre l’Allemagne) après avoir perdu au premier tour : l’Albiceleste était alors championne du monde et avait perdu lors du match d’ouverture contre le Cameroun sur une tête légendaire de François. Omam-Bijik.

Impossible de rouler sur les Champs Elysées

Didier Deschamps espère récupérer Adrien Rabiot pour la finale

Le sélectionneur français est revenu après le match sur les forfaits de Dayot Upamecano et Adrien Rabiot contre le Maroc.

« Dayot était là, il était disponible mais pas à 100% complètement, c’est pour ça qu’il n’a pas commencé. Depuis le dernier match, il a eu trois jours difficiles, il était dans un état fébrile avec un impact sur son apparence musclée. (…) Adrien est tombé malade un peu plus tard, il est resté à l’hôtel pour ne pas prendre de risques. Le prochain jeu est dans quatre jours, il devrait logiquement être disponible. »

La fête continue sur les Champs Elysées

« Mon frère m’a appelé juste après le match », partage Théo Hernandez

« Je suis fier de gagner le match, et je suis très fier de marquer le but, je suis très heureux. Mon frère [Lucas] à Munich, en regardant le match, m’a appelé juste après », a révélé Théo Hernandez, l’un des buteurs français de la soirée.

L’arrière latéral français est devenu partant après que son frère Lucas s’est blessé lors du premier match des Blues contre l’Australie. Avec le but de cet après-midi contre le Maroc, il a prolongé cette coutume qui oblige un défenseur français à marquer régulièrement en demi-finale de Coupe du monde (Samuel Umtiti en 2018 contre la Belgique, le doublé de Lilian Thuram en 1998 contre la Croatie, Marius Trésor en 1982 contre la FRA ; mais pas en 1986 lors de la défaite contre la RFA à nouveau, ni en 2006 lors de la victoire contre le Portugal).

« J’étais seul. J’ai vu que Kylian voulait frapper. Il y a eu un rebond. Je me suis lancé pour mettre ce but », a-t-il expliqué.

Contrairement à son frère Lucas, Théo n’est pas le champion du monde 2018. Il s’apprête donc à disputer dimanche sa première finale de Coupe du monde. « L’Argentine, ce n’est pas que Messi, il y a beaucoup de joueurs, c’est une grande équipe. Défendre contre Messi ? (…) On sait que c’est un grand joueur, mais on a aussi de grands joueurs. Ce sera un match difficile comme tous ceux que nous avons ». ai joué », a échappé le joueur de l’AC Milan.

Toujours près d’un millier de personnes sur la Grand Place de Lille à minuit

Parmi ces personnes, Marie et Mélo, 21 ans, sont venues de Seclin « pour voir l’environnement ». Les deux amis ne regardent le foot que « quand c’est la France et la Coupe du monde ». Entre deux explosions de pétards qui les obligent à se boucher les oreilles, ils observent avec amusement le petit public danser sur le balcon du Théâtre du Nord. Deux drapeaux se côtoient sur la rambarde de l’immeuble, le français et le marocain. C’est Hamza, 21 ans, un Marocain de Bruxelles, qui tient le drapeau rouge à l’étoile verte : « On est en demi-finale, c’est une victoire ! Et on est encore en Coupe du monde, on va démolir la Croatie. »

De son côté, Dylan, 28 ans, ne boit visiblement pas son premier, ni peut-être son dernier verre de bière. Drapeau bleu-blanc-rouge autour du cou, il affiche un maillot du PSG sous son pull… avant d’être boudé par ses amis lillois. Ce soir, Dylan est doublement heureux : la France n’est pas la seule à avoir gagné. Il avait misé sur un but de la France en première et seconde mi-temps. Montant gagnant : 179 € ! « J’ai tout rendu à la France en finale. »

Joe Biden a regardé une partie du match aux côtés du premier ministre marocain

Le président américain Joe Biden a jonglé entre football et diplomatie pendant le match.

« Ce fut un grand honneur de regarder le match avec le Premier ministre marocain Akhannouch. Quelle que soit l’équipe que vous soutenez, ce que cette équipe a accompli est remarquable », a-t-il tweeté après la réunion alors qu’un sommet majeur avec des dirigeants africains se tient à Washington.

Son message est illustré d’une photo qui le montre assis dans un fauteuil et entouré d’autres dirigeants, les yeux rivés sur un écran qui retransmettait le match, alors que le score était de 1-0 en faveur des Français.

Avant de prendre cette pause « soccer » comme on dit aux Etats-Unis, le président nord-américain s’était chargé de lancer un discours devant une salle qu’on imagine en grande partie gagnée à la cause de la première équipe africaine à atteindre ce stade de la compétition.

Joe Biden, devant une cinquantaine de chefs d’État, dont celui du Libéria, l’ancienne star du football George Weah, dont le fils Tim joue pour l’équipe américaine, a ironisé dans l’introduction : « Je suis sûr que vous dites ‘Faites-le court Biden' » (…) une demi-finale arrive. »

À LIRE  Aviron santé : remise en forme douce à Brest

En fait, son discours a duré un peu plus d’un quart d’heure et s’est terminé quatre minutes après le coup d’envoi et juste à temps pour la première française. Joe Biden a quitté la salle où se déroulent les pourparlers peu après la mi-temps.

La célébration jusque dans le métro parisien

Hugo Lloris : « Il y a tout pour une grande finale »

Le gardien, capitaine et joueur le plus capé de l’histoire des Blues s’est exprimé au micro de BeIN Sports. « Nous sommes très satisfaits du travail effectué. On se donne l’opportunité de faire entrer l’équipe de France dans l’histoire du football avec une deuxième finale en quatre ans », a-t-il déclaré.

« Il y a tout pour une grande finale, l’Argentine est une grande équipe. Ils ont montré à quel point ils étaient compétitifs tout au long de cette compétition et en plus ils ont ce joueur, Messi, qui a marqué l’histoire de notre sport », souligne Hugo Lloris .

Jules Koundé : « C’est un rêve »

« Jouer la finale ? C’est un rêve ! », s’est enthousiasmé le défenseur français Jules Koundé.

« Le Maroc nous a posé des problèmes, ils ont joué un grand match et nous avons pu relever le défi physique. (…) On est une équipe qui sait souffrir, dans tous les matchs on a eu des moments où on était moins bien mais on n’a pas baissé les bras, on est quand même très intenses, à se battre pour l’acolyte », a ajouté l’ancien Bordelais. . .

Antoine Griezmann, homme du match

Le milieu de terrain français, désigné homme du match à l’issue de cette demi-finale, s’est exprimé après le classement des Bleus et a évoqué le match qui attend son équipe, dimanche face à l’Argentine.

« Une équipe qui a Leo Messi, c’est différent. On sait comment ils jouent, c’est une équipe très difficile, en pleine forme. Il y a Leo, mais il y a aussi une équipe derrière, un groupe qui vit très bien, et ils ont aussi à leurs fans avec eux. Demain, nous nous demanderons comment leur faire du mal, nous défendre contre eux et préparer cette finale. »

Les Champs-Elysées commencent à se remplir

Là, en haut des Champs, la circulation est presque paralysée.

« Je suis dégoûté, mais content »

« On est trop énervés. Ils ont trop bien joué, mais le ballon n’est pas rentré. A la sortie de Vogue, un bar à chicha de la rue des Postes à Lille, les trois amies, Inès, Sokaïna et Salma, s’apprêtent à rentrer chez elles. Ils auraient aimé faire la fête, mais le cœur n’y est pas. « Je suis bouleversé, mais heureux », a déclaré Wassid, né à Lille il y a 17 ans de parents d’origine marocaine : « Nous sommes entrés dans l’histoire en devenant la première équipe africaine en les demi-finales d’une Coupe du monde. Wassid avait prévu d’arriver tôt à la maison de toute façon : « Demain j’ai le bac blanc. »

Le programme

Live animé par Walid Kachour, Florian Lefèvre, Grégor Brandy, Gabriel Richalot et Romain Del Bello

Bienvenue dans ce live consacré au match entre la France et le Maroc, pour la Coupe du monde 2022.

De quoi s’agit-il ? De la deuxième demi-finale de la Coupe du monde, qui affrontera la France, qui a battu l’Angleterre en quart de finale, au Maroc, qui a éliminé le Portugal.

Où ? Au stade Al-Bayt, à Al-Khor (Qatar).

Sur quelle chaîne ? TF1 et BeIN Sports 1.

Qui vit? Walid Kachour, Florian Lefèvre et Grégor Brandy du chaudron d’Austerlitz. Clément Martel et Anthony Hernandez de la tribune de presse du stade.

La composition officielle des équipes :

Lloris (cap.) – Koundé, Varane, Konaté, T. Hernández – Griezmann, Tchouaméni, Fofana – Dembélé, Giroud, Mbappé.

Entraîneur : Didier Deschamps.

Bounou – Hakimi, El Yamiq, Aguerd, Saïss (cap.), Mazraoui – Ziyech, Ounahi, Amrabat, Boufal – En-Nesyri.

Entraîneur : Walid Regragui.

Qui arbitre ? César Ramos (Mexique).

De quoi ne parlerons-nous pas ? De la faillite de FTX et du chef par intérim qui tire le premier bilan d’un « échec total » devant le Congrès.

Didier Deschamps, la bande des partants et relais heureux

Comment jouer la défense de fer des Lions de l’Atlas ?

La sélection du Maroc, l’imprenable Tour de Babel de Walid Regragui

Yassine Bounou, un dernier mur infranchissable

Avant le match contre la France, le Maroc « vit un rêve et ne veut pas se réveiller »

France-Maroc au-delà du football

Le dossier « non officiel » de l’équipe de France

Le bilan « non officiel » de l’équipe marocaine

Tous nos articles sur la Coupe du monde 2022 sont ici

Le Monde couvre la Coupe du monde de football au Qatar, car notre rôle en tant que média d’information généraliste n’est pas de cacher l’information mais de l’apporter à nos lecteurs, qui choisissent de lire des articles dédiés ou non à la compétition sportive. Nous couvrons tous les aspects de l’événement, qu’ils soient sportifs, géopolitiques, sociaux ou environnementaux… Cet article résume notre choix éditorial.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce que quelqu’un d’autre (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur  »  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous recommandons de changer votre mot de passe.

Votre abonnement ne vous permet pas de lire cet article

Pour plus d’informations, veuillez contacter notre service commercial.