Gaz et électricité : comment choisir un fournisseur d’énergie et lesquels éviter ?

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Le thermomètre commence à baisser et c’est une inquiétude pour beaucoup de Français. A combien s’élèvera votre prochaine facture d’électricité et/ou de gaz ? Que souhaitez-vous savoir.

Par Briac Trébert

Publié le 6 octobre 22 à 19:08

Quelles sont les différentes offres ?

C’est la « jungle ». Les fournisseurs d’énergie se sont multipliés depuis la libéralisation du marché. Ce n’est pas nouveau, en France, le marché de l’électricité et du gaz est ouvert à la concurrence depuis le 1er juillet 2007 pour les particuliers. Mais, en ce moment, avec la crise de l’énergie, c’est une préoccupation pour beaucoup de Français. Et la fidélité à votre fournisseur d’énergie peut être un luxe.

De nombreux fournisseurs vous proposent différents tarifs plus ou moins avantageux. Mais comment s’y retrouver et éviter les dangers ? Actu.fr s’occupe de vous.

Les tarifs réglementés de vente d’énergie sont fixés par les pouvoirs publics. En électricité, ils changent une à deux fois par an (généralement le 1er août et parfois aussi en début d’année). Les prix du gaz changent tous les mois.

Pour ceux au forfait, le montant est fixé pour une durée déterminée contractuellement : un, deux ans ou trois ans. Les fournisseurs s’engagent sur le prix pendant cette période, mais vous pouvez, si vous le souhaitez, changer d’offre ou de fournisseur à tout moment, sans frais.

Dans la plupart des offres au forfait, les fournisseurs ne s’engagent que sur le prix de l’énergie (en kWh). En revanche, l’abonnement et les taxes peuvent évoluer (et parfois même la part transport du prix de l’énergie).

Leur prix évolue par rapport au tarif réglementé, à la même fréquence et conformément au niveau d’indexation défini dans le contrat. Exemple : -10% sur le prix du kWh HT par rapport au tarif réglementé.

L’évolution du prix est définie dans le contrat. Il existe par exemple des offres indexées sur les marchés de gros de l’électricité ou du gaz naturel.

Les propositions qui sont indexées sur les marchés présentent des risques, car leur prix varie fortement en fonction de l’offre et de la demande, de la saisonnalité et du contexte géopolitique, insiste le médiateur national de l’énergie.

La Première ministre, Élisabeth Borne, a annoncé des mesures pour limiter cette hausse des prix de l’énergie en prolongeant le bouclier tarifaire (limitation de la hausse à 15 %) et en mettant en place un chèque énergie exceptionnel.

Selon le Premier ministre, cette augmentation représentera environ 25 euros de plus par mois pour une cheminée à gaz contre 200 euros sans le bouclier. Pour un logement qui utilise le chauffage électrique, la majoration sera de 20 euros par mois contre 180 sans bouclier.

À LIRE  Tarifs de l'électricité : de combien ma facture va-t-elle augmenter en 2023 ?

Il ne faut pas résilier votre ancien abonnement

Mais selon votre fournisseur, tout le monde n’est pas dans le même bateau, et certains clients pourraient voir leur facture grimper plus que d’autres.

Ce qu’il faut donc retenir, c’est que ces tarifs réglementés ne protègent pas tous les abonnés. Plusieurs millions de Français ont souscrit à une offre « de marché » (qui n’est pas réglementée par les pouvoirs publics) et là, l’ardoise pourrait être salée.

Il est (élevé) temps de vous replonger dans votre contrat actuel, en électricité comme en gaz, afin d’éviter les mauvaises surprises.

Les tarifs réglementés d’EDF et d’Engie, une valeur sûre, mais pas que…

Les prix de vos fournisseurs d’énergie montent en flèche ? Il suffit de signer un nouveau contrat qui annule automatiquement l’ancien sous deux ou trois semaines, informe l’intermédiaire national de l’énergie à actu.fr. Détail de procédure très important : vous ne devez pas résilier votre ancien abonnement, sinon « vous risquez des frais de commission, comme si vous déménagiez ».

Être vigilant sur les mails et courriers du fournisseur

Actuellement, le tarif réglementé de vente d’électricité (TRV) d’EDF, également appelé tarif bleu, est la meilleure protection pour les consommateurs, notamment en raison du bouclier tarifaire qui a limité sa hausse à 4 % cette année. Le bouclier tarifaire a été étendu en 2023 (même si l’augmentation sera plus substantielle) et cela restera la meilleure option.

L’augmentation est limitée par les décisions du gouvernement de freiner la hausse des tarifs sur le marché de l’énergie. Les TRV à gaz sont également les plus protecteurs aujourd’hui. Pour votre contrat d’électricité, si vous avez quitté la TRV pour une offre de marché, vous pouvez aujourd’hui remonter gratuitement et sans interruption. Dans le gaz, ce n’est plus possible puisque les TRV doivent disparaître au 1er juillet 2023.

Mais il n’y a pas qu’Engie et EDF. Si vous avez un contrat arrangé avec un autre fournisseur, mais qu’il est indexé sur la TRV, vous bénéficierez également de l’avantage du bouclier tarifaire, en électricité comme en gaz. Il n’est donc pas nécessaire de toujours changer, en ce moment.

Chaque fournisseur est libre d’augmenter le prix du kWh d’électricité qu’il souhaite, mais ce prix et son évolution doivent être définis contractuellement. Si votre contrat est indexé sur les tarifs réglementés, vous limiterez la baisse pour faire simple. Sinon, manque de confiance.

Attention au contrat transformé

Tous les consommateurs de détail ne sont pas protégés. Les consommateurs au tarif réglementé de vente de gaz ou d’électricité ainsi que ceux bénéficiant d’un contrat au forfait ou indexé sur les tarifs réglementés sont protégés par le bouclier. En revanche, ceux qui ont un contrat indexé sur les prix sur les marchés ne le sont pas.

À LIRE  Tarifs de l'électricité : observer les pratiques des fournisseurs alternatifs, privilégier le retour au tarif réglementé

Et certains fournisseurs ont changé le prix ou la méthode de modification des prix des contrats en cours. Ils ont le droit de le faire, sous certaines conditions, notamment de prévenir au moins un mois à l’avance, de manière claire et compréhensible.

Pour cette raison, il est recommandé aux utilisateurs de se méfier des messages qu’ils reçoivent de leur fournisseur (lettres ou e-mails).

Si « changement de prix ou de contrat » ​​est indiqué, les nouveaux prix sont à comparer avec les offres disponibles à la souscription et il vaut probablement mieux changer de contrat.

Comment bien choisir ?

La forte hausse des prix de l’énergie observée depuis fin 2021 a considérablement ébranlé le paysage du secteur de l’énergie, certains fournisseurs ayant arrêté leur activité ou stoppé la commercialisation d’offres.

« Certains fournisseurs ont tenté, afin de poursuivre leur activité, de recourir à des solutions que je ne considère pas acceptables », a prévenu Olivier Challan Belval, le médiateur national de l’énergie.

Ce dernier renvoie à la pratique de convertir le contrat de ses clients, indexé sur les tarifs réglementés, en un contrat indexé sur les prix des marchés de gros, voire, d’appliquer des hausses de prix pour des contrats et conclus à prix fixe à durée déterminée , en se réfugiant derrière le préavis d’information d’un mois prévu par le Code de la consommation.

E.Leclerc énergies, qui proposait une des offres d’électricité les plus attractives du marché pour ses clients avec une carte de fidélité, a pour sa part fini par les abandonner complètement compte tenu du contexte de prix élevés sur les marchés.

Pensez aux comparateurs

Pour vous aider à choisir, le médiateur national de l’énergie met chaque année en place pour chaque fournisseur un indicateur du « taux de contentieux » qu’il observe sur le marché de l’énergie. Ce tarif est établi en fonction du nombre de litiges qui lui sont soumis, rapporté au nombre de contrats résidentiels pour chacun des fournisseurs de plus de 100 000 clients.

Pour info, en 2021, Ohm Energie a le taux de contentieux le plus élevé du marché, devant GreenYellow et Mint Energie.

Pour être clair, si votre contrat est au tarif réglementé, conservez-le. Les clients titulaires d’un contrat EDF pour l’électricité et Engie pour le gaz bénéficient des tarifs réglementés et donc du bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement.

Il est clairement judicieux de se tourner vers EDF, mais pour le gaz, en revanche, il n’est plus possible de souscrire à un nouveau contrat aux tarifs réglementés par Engie.