Gaz et électricité – que faire si vous…

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Les demandes sont de plus en plus nombreuses de la part des consommateurs qui sont pris par des augmentations parfois vertigineuses de leur facture de gaz ou d’électricité. Si les situations sont différentes selon les contrats, voici nos suggestions pour répondre aux abus.

Les situations sont en effet différentes, et dans certains cas, des hausses de prix spectaculaires respectent parfaitement le contrat. Ensuite, il n’y a pas de contestation à faire, il suffit de changer de fournisseur au plus vite.

Les cas où il est impossible de contester

1. Vous avez souscrit un contrat indexé sur les prix de gros, pas sur le tarif réglementé.

Que Choisir a toujours déconseillé ces contrats, mettant en garde contre l’énorme risque d’explosion des prix. S’ils paraissent attractifs lorsque les prix de gros sont au plus bas, ils deviennent inévitablement inabordables lorsqu’ils augmentent. Compte tenu des plafonds actuellement atteints sur les marchés de gros du gaz et de l’électricité, la facture s’avère même exponentielle. Mais cette règle étant inhérente à ce type de contrat et connue de l’abonné, il est impossible de la remettre en cause.

À LIRE  Lizio (56). Bois et Bûches renaît de ses cendres et s'occupe de la production industrielle

2. Vous avez un contrat indexé sur le tarif réglementé mais le fournisseur vous a annoncé une hausse de prix, conformément à la loi, avant de vous envoyer sa facture prohibitive.

La règle applicable aux fournisseurs est prévue à l’article L. 224-10 du Code de la consommation. Il précise que « tout projet de modification envisagé par le fournisseur des conditions contractuelles est communiqué à l’utilisateur par courrier ou, à sa demande, par voie électronique, au moins un mois avant la date de la demande et prévue ». Si vous avez été averti à temps et que vous êtes resté avec ce fournisseur, vous devez payer sa facture.

Nos conseils

Si vous êtes dans l’une de ces deux situations, changez de fournisseur sans tarder, c’est possible à tout moment, sans préavis et sans frais. Contactez le nouveau, il s’occupe de tout (notre comparatif des offres gaz et électricité). Cependant, vous devez payer le montant dû à l’ancien fournisseur.

À noter. Si vous disposez d’une offre à un prix indexé sur le tarif réglementé, elle évolue au même rythme que celui-ci. Il y a donc toute justification à une augmentation qui intervient en même temps que le tarif réglementé et dans les mêmes proportions. Ce n’est pas discutable.

Les cas où il est possible de contester

Si votre forfait augmente pendant la durée du contrat ou si vous n’avez pas été informé de l’augmentation de prix telle que la loi l’impose dans le prix d’indexation (sauf, répétons-le, si votre contrat doit indexer sur les prix de gros), il est possible pour contester des factures virtuelles.

À LIRE  Le bois de palettes peut-il être utilisé dans un poêle à bois, une cheminée ou un insert ?

1. Vous êtes en contrat à prix fixe et le fournisseur l’augmente.

Que le contrat soit un forfait sur 1, 2 ou 3 ans, le fournisseur n’a pas le droit de modifier le prix du kilowattheure (kWh) hors taxes pendant cette période. S’il le fait, il se rend coupable de pratique commerciale déloyale, voire trompeuse. Sur le fondement de l’article L. 121-1 du Code de la consommation, exiger le retour au prix initial du kilowattheure par lettre recommandée avec accusé de réception.

2. Vous êtes en prix indexé sur le tarif réglementé et pas prévenu du passage à une indexation sur les prix de gros.

Nos conseils

→ Pour vous aider dans cette démarche, UFC-Que Choisir met à votre disposition une lettre type de protestation.

→ En cas de refus du fournisseur, contactez l’association locale UFC-Que Choisir la plus proche de chez vous.