Goodyear France : pourquoi l’investissement de 16,5 millions à Montluçon suscite aussi de nouvelles craintes

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Goodyear France a annoncé le 13 octobre un projet de transformation de son usine de Montluçon en Centre d’excellence européen pour la production de pneus moto haut de gamme. Les pneus moto avancés représentent déjà plus de 50 % des volumes de production du site.

« Ce projet serait financé par un investissement Goodyear de 16,5 millions d’euros, notamment pour l’achat et l’installation de nouvelles machines », a annoncé le porte-parole de Goodyear France.

« Ce projet est une opportunité unique pour le site Goodyear de Montluçon, qui deviendrait la référence européenne du groupe sur un segment particulièrement porteur porté par une forte demande », a déclaré Pierre-Jean Eraud, Président de Goodyear France.

Elle confirme également « la volonté de Goodyear de rester implanté en France en investissant dans la modernisation de ses sites, à Amiens, Riom et aujourd’hui à Montluçon, malgré le contexte difficile d’un marché en pleine mutation ».

En début d’année, le groupe américain annonçait déjà un autre investissement majeur, avec une enveloppe de 150 millions d’euros pour moderniser son usine d’Amiens (Hauts-de-France), dont un tiers est soutenu par l’Etat français. De quoi accompagner à la fois la volonté de réindustrialisation imaginée par le groupe, ainsi que la pérennité des 800 emplois de la place pour une durée de dix ans.

« Je suis heureux que notre savoir-faire montluçonnais puisse être préservé et que Goodyear continue d’écrire son histoire industrielle dans l’Allier », a souligné son président France. L’entreprise emploie 550 salariés et environ 70 intérimaires.

Sommaire

À LIRE  Thermique, électrique : les voitures changent !

« Ça n’est pas une surprise »

Les volumes de production de pneus moto, actuellement produits sur d’autres sites du groupe, pourraient ainsi être réalloués à Montluçon.

Dans le même temps, plusieurs productions, pour lesquelles le site de Montluçon n’est plus assez compétitif, seraient arrêtées et transférées vers d’autres sites Goodyear de la zone EMEA (Europe Moyen-Orient et Afrique), notamment concernant les pneumatiques destinés aux camions légers et aux zone. majorité des pneus de scooter.

« Ce n’est pas une surprise », commente David Guillaume, représentant CGT du site Goodyear-Dunlop. « Pendant plusieurs années, Goodyear a tout fait pour fermer le commerce des vans. Nous étions au seuil de la mort. »

Une décision qui, selon lui, présenterait néanmoins « un problème de stratégie » car Goodyear était jusqu’à présent « le dernier constructeur qui produisait des pneus pour camionnettes en France ».

Et d’ajouter : « La direction dit qu’on serait dans une production trop chère mais parce que les coûts fixes sont les mêmes alors qu’on est passé d’une production de 800 000 à 200 000 pneus produits par an, cela a provoqué l’explosion du coût de production. » Pneus camionnette . seront produits en Turquie et en Pologne. C’est un marché qui a beaucoup progressé en Europe », a déclaré le représentant de la CGT.

Rappelons aussi qu’en janvier 2014, c’est l’usine d’Amiens-Nord, spécialisée dans la fabrication de pneus agricoles, qui a fermé après six ans d’opposition entre son personnel et sa direction, entraînant la suppression de 1 143 postes.

Une information-consultation à venir

Le projet a été présenté aux instances représentatives du personnel de Montluçon et sera discuté dans le cadre d’une procédure d’information-consultation. « Ce projet s’inscrit dans la stratégie de Goodyear à l’échelle européenne visant à protéger sa compétitivité et ses investissements d’avenir, dans un environnement macroéconomique et commercial difficile », précise le porte-parole du constructeur.

À LIRE  Aller au travail avec un scooter : un bon moyen de faire des économies ?

Tous les postes permanents seraient cependant maintenus et les salariés de l’usine se verraient proposer un programme de formation adapté aux besoins de développement du site.

« Cette augmentation de la production de la division moto est simultanée avec la fermeture programmée d’une usine à Melksham en Angleterre, avec la suppression programmée de centaines d’emplois », note cependant David Guillaume. « Nous avons trois mois pour détailler le projet et l’analyser. Nous demanderons des garanties d’emploi sur le site ».

18 mois de mise en œuvre du projet, incluant l’arrivée de nouvelles machines et une transition progressive, devraient aboutir au développement de la nouvelle gamme de pneus moto, à partir de janvier 2023.

En attendant, le manufacturier américain de pneumatiques compte actuellement 57 usines, implantées dans 23 pays et emploie plus de 72 000 salariés.

L’historique du site de Montluçon, en chiffres :

Newsletter – Auvergne-Rhône-Alpes

Du lundi au vendredi, à 19h, recevez l’essentiel de l’actualité du

Inscription à la newsletter Auvergne-Rhône-Alpes

Région Auvergne-Rhône-Alpes

Créer un compte

Merci pour votre inscription !

Du lundi au vendredi, les dernières nouvelles

Dans votre boîte aux lettres à 19h.

Dernière étape : confirmez votre inscription dans le mail que vous venez de recevoir.

Inscription à la newsletter Économie en Rhône-Alpes

Pensez à vérifier vos courriers indésirables.

A bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,

Inscription à la newsletter Auvergne-Rhône-Alpes

La rédaction de La Tribune.

Connexion à mon compte

Tous les jeudis, les dernières nouvelles

Merci pour votre inscription !

Dans votre boîte aux lettres à 9h.

Vous êtes déjà inscrit !

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter?

Réinitialisez votre mot de passe

Du lundi au vendredi, les dernières nouvelles

Email envoyé !

Dans votre boîte aux lettres à 19h.

je n’ai pas encore de compte