Hôpital : la crise continue de croître aux urgences

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Avant même la période estivale, de nombreux services sont contraints de réduire leur activité et parfois même de fermer la nuit. De grands hôpitaux comme le CHU de Bordeaux sont désormais concernés.

Devant une grande tente, des membres de la protection civile… l’accueil est pour le moins surprenant à l’entrée des urgences du CHU Pellegrin (CHU) de Bordeaux. Après 17 h et jusqu’à 8 h, les patients qui arrivent trouveront la porte fermée. Jamais vu. Au lieu de cela, cet avant-poste de volontaires en uniformes bleu marine et orange est chargé de gérer les urgences les plus graves. « Quelqu’un est venu hier, il avait un oedème. On l’a fait venir tout de suite », raconte l’un d’eux posté jeudi 19 mai avec quatre autres secouristes pour bien préciser que les urgences vitales ou aiguës sont toujours prises en charge. » En cas de doute, l’infirmier de garde vient voir ce qui se passe », rassure-t-il également.

Ces bénévoles sont désormais là tous les soirs, jusqu’à 22 heures, pour évaluer l’état d’un patient qui se présente lorsque le public est appelé à faire un appel au SAMU pour sa venue. Passé ce créneau horaire, les citoyens sont invités à se contacter eux-mêmes via un interphone.

Une opération de soir et de nuit très dégradée que le grand centre aquitain a dû résoudre depuis le 18 mai. Et cela inquiète déjà d’autres établissements de santé, dont beaucoup constatent déjà des tensions dans leurs services d’urgence, avant même la période estivale. En cause, le professeur Philippe Revel, chef du service des urgences et du SAMU de Bordeaux, explique la pénurie de personnel médical et paramédical. « Nous avons un manque de personnel de 40% », résume-t-il. Pendant la crise du Covid, tout le monde s’est rallié, mais maintenant tout le monde baisse les bras et le départ s’est accéléré. »

À LIRE  Prévention et traitement des caries dentaires avec des produits qui ne...

Depuis le mois de mai, il n’est plus nécessaire de consulter que deux urgentistes la nuit au lieu de trois. « Les conditions de travail ne sont plus acceptables », poursuit le professeur Revel, d’où cette nouvelle configuration qui doit permettre de minimiser les entrées et d’assurer la sécurité des soins. « Les erreurs médicales nous préoccupent particulièrement », poursuit le médecin urgentiste. Si des problèmes surviennent dans les premiers jours, ce sera très compliqué. Heureusement, la première nuit de fermeture a été assez calme. Les urgences proches de l’hôpital Saint-André ou de la polyclinique Bordeaux Nord restent ouvertes en permanence.

« Complètement étranglé »

La situation dans la région est pourtant critique, selon l’urgentiste Chloé Carruesco : « Le malaise est général, la situation tendue devient dangereuse pour les patients. » Les situations d’urgence de Sarlat (Dordogne), Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques ), Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), Lesparre-Médoc (Gironde), ou encore Jonzac (Charente-Maritime), ferment par intermittence depuis plusieurs semaines.

Il vous reste encore 72,46% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message s’affiche sur l’autre appareil.

Parce qu’une autre personne (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur  »  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passe-t-il si vous continuez à lire ici ?

À LIRE  Love in paradise Voyage d'entraînement de Star Carlos en photos

Ce message s’affiche sur l’autre appareil. Ce dernier reste connecté à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter à autant d’appareils que vous le souhaitez avec votre compte, mais les utiliser à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.

Votre abonnement ne permet pas de lire cet article

Pour plus d’informations, veuillez contacter notre service commercial.