Impact thermique sur les pellets et le bois de chauffage. Les ventes explosent à l’approche de l’automne

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

C’est désormais plus qu’une tendance : de plus en plus de familles se chauffent au bois, aux pellets ou aux bûches. Avec la hausse des prix de l’énergie et le spectre des coupures de gaz et d’électricité, les professionnels du secteur sont débordés de commandes avant l’hiver.

Est-ce la peur des coupures de courant ou la flambée des prix de l’énergie ? Les ventes de bois, de bûches ou de pellets explosent. Quatre à cinq fois plus selon les commerçants par rapport à une année normale et les demandes arrivent beaucoup plus tôt que d’habitude. Les clients doivent s’armer de patience car la production ne suit pas la demande.

A Saint-Méen-le-Grand (Ille-et-Vilaine), chez ce distributeur de pellets et de bois de chauffage, le téléphone n’arrête pas de sonner. Les particuliers, en nombre, recherchent des granulés de bois ou des bûches pour l’hiver. L’entreprise travaillait au printemps et en été ainsi qu’à l’automne.

Séverine Théaud fractionne les commandes ou les refuse. Tous les camions sont réservés jusqu’en novembre ou décembre.

Concernant l’approvisionnement en bûches, nous sommes un peu moins en tension mais pour les pellets, le hangar est vide. Il ne nous reste qu’une seule palette qui est déjà pré-vendue

Séverine Theaud, distributeur de granulés et bois de chauffage

Côté stock, il n’y a plus d’abondance : 140 commandes de palettes de granulés sont en attente. Dans son camion, Fabien Theaud, de son côté, ne chôme pas. Il continue les livraisons. Du Morbihan aux Côtes-d’Armor via l’Ille-et-Vilaine. Comme tous les distributeurs, il peine à répondre à la demande. Les installations de poêles et chaudières à bois ont doublé en un an.

À LIRE  Fournisseurs d'électricité : "EDF est une solution mais loin d'être la seule"

Les installations ont doublé en un an. Le marché a tellement explosé que la production ne suit pas autrement et encore, il y a des méthodes mais ça ne va pas assez vite

Fabien Theaud, distributeur de pellets et bois de chauffage

Certaines personnes l’ont accepté à l’avance. Comme Gildas Guillemot. Il a commandé en juin. A livrer fin août.

Je ne m’attendais pas à une livraison aussi tardive mais j’ai appris que c’était serré pour les stocks et compliqué pour les fournisseurs

Gildas Guillemot, habitant de Bédée

Le surstockage explique aussi l’explosion de la demande. Pour s’approvisionner en bois d’ici l’hiver, il faut être patient.