Jardin bocager : définition et utilité écologique

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Quand on parle de bocage, en général, on parle de Normandie ou de Vendée selon, même si ce paysage se retrouve ailleurs. L’intérêt écologique du bocage ne fait aucun doute, et de plus son histoire va de pair avec le changement des pratiques agricoles : en effet, l’agriculture intensive l’en empêchait avant les méthodes respectueuses de l’environnement. Au niveau local, le jardin bocage dévoile aussi ses propriétés.

Sommaire

Qu’est-ce que le bocage ?

&#xD ;

&#xD ;

Si nous parlons du Dictionnaire historique de la langue

Pourquoi le bocage a reculé ?

Le français dirigé par le linguiste Alain Rey, l’entrée du bocage montre&# xD ;

qu’il s’agit d’un nom masculin écrit avant « boscage (1138) en&#xD ;

Anglo-normand, orthographe désaffectée après 1611″, devenant bocage&# xD ;

de 1538, qui est « un mot de bosc, une forme avec &#xD ;

Quel est l’intérêt du bocage ?

doit avoir précédé bos (v.1155), lui-même fréquent en ancien français (->

bois). »

« Le sens exact de « lieu épais et boisé » n’est plus d’usage courant et existe encore sous forme poétique (à partir de 1704, Trévoux). c’est une prairie entourée de lys d’argile plantée d’arbres (1732, comme le nom d’un « terroir » en Basse-Normandie, dans la région de Lisieux).Ce type de terroir remonte au Haut Moyen Age, dès après les monnaies ou vers 1850, le bocage marque son expansion maximale ; depuis, les progrès techniques et le remembrement des terres a causé la disparition de grosses branches. »

Le mot est sorti : consolidation.

En effet, après la Seconde Guerre mondiale, l’utilisation des engins agricoles ramène les chevaux aux écuries pour ouvrir les tracteurs. C’est le début d’une agriculture intensive qui nécessitera des terres toujours plus vastes pour des machines toujours plus nombreuses, une production toujours plus importante de produits chimiques toxiques, une dette toujours croissante des agriculteurs, une productivité toujours plus grande. Pour ce faire, la suppression des haies devient une solution prônée par les politiques de réforme agraire fondées sur la restructuration foncière : les agriculteurs consolident leurs petits champs pour obtenir de grandes surfaces planes, sans obstacles, qui améliorent le travail.& #xD;

À LIRE  Les Jardiniers des 6 rivières organisent la fête de l'automne, dimanche 9 octobre, à Bannalec

Recréer les clos du bocage au jardin d’ornement et au potager

A partir de la loi sur les pratiques agraires de 1960, pendant plus de 30 ans, le remembrement foncier s’est déroulé sans heurts, malgré des oppositions qui n’ont pas empêché des pressions parfois violentes et des destructions foncières.

De plus, une épidémie de maladie qui a anéanti les ormes au milieu des années 1970 a contribué à la destruction naturelle de la haie créée par cette espèce.

Aujourd’hui encore, les haies disparaissent, bien qu’à un rythme insoutenable, au profit des vieux défenseurs de l’agriculture intensive, d’autre part. D’autre part, les actions de restauration du bocage sont menées par des organismes de protection de l’environnement mais aussi par des Conseils Départementaux. L’accompagnement communautaire pour la replantation et l’entretien des haies contribue à la restauration du bocage. Le contraste entre l’agriculture conventionnelle et l’agriculture paysanne, souvent biologique, est bien visible. Nous espérons que le second gagnera…