Jean Paul Gaultier interprété par Olivier Rousteing : rencontre avec Olivier Rousteing lors de son défilé haute couture

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

vogue. Les hommes qui ouvrent votre show sont Olivier Rousteing. J’ai une obsession pour l’homme Jean Paul Gaultier. Il a brisé les codes de la diversité et de l’inclusion, loin devant nous, bien avant tout le monde. Personne n’a agi comme personne à cette époque. Je voulais rendre un hommage particulier à son émission de 1994, « Les Tatouages », l’une de mes plus passionnantes. J’avais 8 ou 9 ans. Variété d’hommes, de femmes, de genre, de coupes. tatouages, piercings, paréos… C’est oriental, c’est africain. C’est une collection importante qui me touche, moi-même d’origine somalienne et éthiopienne. Je rends hommage à sa beauté. Homme qui porte des jupes, des festivals, des bijoux…

Quand avez-vous vu Gaultier pour la première fois ? Les défilés que j’ai regardés sont diffusés sur TF1. Et il a cassé les codes, s’est contredit dans une époque encore conservatrice. Et aussi ce parfum en canette, Le Male. Le Male est plus qu’un parfum. Je me souviens de ce parfum dans la salle de bain de mon père, de ce buste. Mon père avait un homme nu dans ses bras, c’était excitant. La beauté de Jean Paul fait polémique. Il a la capacité d’envoyer des messages à sa manière. Je lui ai dit « Tu es un pionnier pour moi » et il m’a répondu « Nous avons tous un pionnier, c’était Saint-Laurent pour moi ». La transmission… Dans ce recueil, j’ai voulu aller au-delà de la réflexion sur son travail. La fierté est de lui rendre hommage.

Avec quel Gaultier avez-vous travaillé ? Jean Paul sait tout faire, du sur mesure à l’obscur. C’est la richesse. C’est tellement vaste. Je ne pouvais pas aller dans un sens car Gaultier c’est la générosité des silhouettes.

À LIRE  Mode homme : 7 jeunes marques à suivre

C’est une collection très impressionnante. L’histoire semble penser à vous depuis longtemps. J’ai commencé mon émission dès le mois de mars dernier. Et je voulais que les gens se sentent aimés et respectés. Je me retrouve beaucoup en lui. La certitude de nos startups, venant à son dossier chez Cardin, moi de la même manière chez Cavalli et plus tard chez Balmain. Dans son style aussi. Les épaules, les costumes, la silhouette structurée, les jupes crayon, les bandes de tennis… C’était un guide pour moi. Et puis de cette manière intégrer la culture pop. Peu de créateurs ont intégré la société dans leur mode. Pour moi, Jean Paul, Saint Laurent et Karl…