Kronik : comme à Vincennes un vendredi soir

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Je passais mes vendredis soir sur l’Esplanade du château de Vincennes

avec d’autres motards

Au tournant du siècle, je passais mes vendredis soirs avec d’autres motards sur l’esplanade du château de Vincennes. Je retrouve la même ambiance ici, à ce bout de la place.

Si vous n’y étiez pas, c’était le rendez-vous de 20 (en février) à 600 (en juin) motards de la région parisienne. On a passé de longues heures à taper les semelles, à tailler le bout du gras avec les potes avant de décider d’aller quelque part (chez Mickey, chez Lognes, chez Untel, chez C’est quoi son nom) boire un verre à un rythme largement interdit.

Nous avons parlé de moto, moto, bol, voiture, moto, voiture, chute, moto, police, voiture, moto, pluie, moto, neige, moto. voyez-vous cette chose

Je ne sais pas exactement quand ni pourquoi j’ai arrêté d’y aller. Peut-être l’arrivée des premiers bébés qui a fixé certains couples. Peut-être les téléphones portables, qui rendaient obsolètes un lieu de rencontre commun, puisqu’en quelques textos on pouvait savoir qui allait où – loin de se rapprocher, les téléphones portables creusaient des fossés. Peut-être aussi qu’à la fin j’en ai eu marre de conduire comme un fou pour suivre le groupe.

Bizarrement, je retrouve la même ambiance ici ce soir. Les minorités ont une tendance naturelle à s’unir, qu’elles soient motardes ou non.

A l’époque à Vincennes, je regardais avec incrédulité les motards de la cinquantaine et plus, sur leurs vieilles motos, leurs paneuropéennes, leurs Diversion 900, leurs K100, leurs 1200 FJR. Aujourd’hui, j’ai la cinquantaine et je m’épanouis parmi les enfants qui hésitent un peu à me dire « vous ».

À LIRE  Lidl donne vie au poisson d'avril en créant... trois voitures !

Il crée vélo, vélo et vélo. Voiture, automne, pluie, vélo, pneu, vélo, taureau, bol, vélo. Mais aussi l’autonomie, l’ampérage, le remplacement de la batterie, le firmware, la soudure, les wattheures, les piétons, les poussettes, les voitures, les chiens, etc.

Oui, je suis en rendez-vous avec un e-scooter. Comme à Vincennes, on se demande où on va se balader. Certains proposent des destinations lointaines. Ceux avec les « petits » qui parcourent à peine les 20 milles avant que leurs batteries ne meurent boudent – comme ceux du 125 quand nous avons décidé de descendre l’autoroute jusqu’à Mickey’s. Les « grands » s’en fichent : ils peuvent facilement tenir 80 kilomètres.

Nous partons. Quand « plein » : les 25 km/h légaux. Les « grands » sont revenus en mode discret pour rouler avec le groupe. nous sommes une dizaine Premier dimanche d’octobre : on profite d’un soleil qui se croit encore en été tandis que l’air respire l’humidité de l’automne. Sous nos roues, les feuilles mortes, détrempées par les averses d’hier, deviennent « flush-flush ». Heureusement, un G30 est plus facile à nettoyer qu’un SV.

Comme à Vincennes, certains rouleurs font — oui, oui, ça roule, un trot — et sautent les trottoirs avec des tours. J’ai fait la même chose en rollers, j’ai vu mes amis faire la même chose en rollers au Trocadéro. Après tout, rien n’a changé en quarante ans : il s’agit de se démarquer et de briser quelques tabous pour avoir l’air viril. Quand une société n’a plus de rite de passage, le groupe invente le sien.

À LIRE  Cette sublime Ferrari F40 « Competizione » est à vendre

Au troquet, quand on arrive à destination, ça cause vélo, vélo et vélo : c’est notre dénominateur commun. Comme pour la loi des 100 chevaux, la question du déblocage se pose souvent. Certains ne veulent rien entendre à ce sujet et se sont abstenus sans retenue de l’acheter. D’autres comme moi pensent que 25 km/h c’est bien. L’assemblage comprend deux hackers fous dont les ornières sont régulièrement démantelées : dans BTS of Electricity, ils ont échangé toutes les prises et certains fils qu’ils estimaient être sous-alimentés, puis ont construit leur propre batterie à partir de cellules ; un peu comme celui qui a troqué les arbres à cames de sa sportive de 100 chevaux contre des modèles italiens ou allemands de retour dans son garage après avoir complètement modifié la rampe de carburation. Rien n’a vraiment changé, je vous le dis.

Quelle que soit la bouteille, tant que vous avez… un sentiment d’appartenance à un groupe qui a un centre d’intérêt commun – oui, oui, « Drunkenness » est plus court et plus stylé.

Plus d’infos sur les chroniques

Attention Chroniques ! 100% mauvaise intention ! Ceci n’est pas un article ou une histoire courte (voir l’histoire si nécessaire). Une mauvaise utilisation de Kronik peut être dangereuse pour la santé de certains. N’abusez pas.