La Compagnie du Ponant surfe sur la vague du voyage de luxe

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

C’est sous un ciel bleu azur et un soleil radieux que le « Bougainville » a été baptisé et inauguré ce mardi dans le port de Marseille. Le paquebot, mis en service le 16 avril, est le troisième d’une série de six Ponant Explorer commandés par la Compagnie du Ponant au chantier norvégien Ward, filiale du groupe naval italien Fincantieri. Il a fait escale dans la ville de Marseille, domicile du seul armateur français de croisières, avant de débarquer ses passagers à Barcelone le 6 juin.

« Les croisières de luxe sont un marché de niche », explique aux « Echos » Hervé Bellaïche, directeur général adjoint des ventes et du marketing de la société présidée par son fondateur, Jean-Emmanuel Sauvée, et dont la vice-présidente est Véronique Saadé. Sur les quelque 27 millions de croisiéristes en 2018 (près de 7 % des personnes voyageant), seuls 3 % naviguent sur des bateaux de moins de 1 000 passagers. « Mais c’est un marché où la demande est assez forte », poursuit le patron. C’est ce qui a poussé le nouvel actionnaire à réaliser d’importants investissements pour étoffer la flotte Ponant.

130 millions de dollars l’unité

« Quand je suis arrivé en 2012 avec le nouvel actionnaire d’alors Bridgepoint (qui a succédé à CMA CGM qui est entré en 2005, ndlr) nous avions 3 bateaux. Ils étaient 5 quand Artemis a pris 100% de la société en 2015. Nous en aurons 12 en 2021 », précise Hervé Bellaïche. Les cinq premiers livrés, tous de conception « Bougainville », ont coûté environ 130 millions de dollars pour un, juste en dessous d’un porte-conteneurs géant.

Le dernier arrivera le « Comandante Charcot », un navire conçu pour les expéditions polaires, qui sera propulsé au gaz naturel liquéfié. « Ce sera le premier petit navire de croisière au GNL. Tous nos autres navires roulent au diesel plutôt qu’au fioul », souligne Hervé Bellaïche. La Société Ponant dispose ainsi d’une flotte moderne qui limite son empreinte environnementale.

À LIRE  Le paquebot de luxe "Le Monde" en escale à Nantes

Plus de 100 itinéraires par an

De quoi proposer environ 110 itinéraires différents par an, avec un tiers d’activités autour des pôles, un tiers autour d’expéditions exotiques et de voyages lointains, et un tiers autour de croisières en yacht en Méditerranée, en Europe ou dans les Caraïbes. Le prix moyen d’une croisière est d’environ 500 euros par jour et par personne, hors transport aérien. La série Ponant Explorers, dont l’aménagement intérieur a été conçu par l’architecte Jean-Philippe Nuel, dispose de 92 cabines pour un maximum de 184 passagers et environ 115 membres d’équipage, dont une quinzaine d’officiers de la marine marchande, dont ‘et le jeune (37) commandant du « Bougainville », Thomas McCandless.

Tous les bateaux de la flotte naviguent sous pavillon français dans le registre de Wallis et Futuna, ce qui est particulièrement avantageux pour la gestion du personnel à bord. La Société prévoit de réaliser près de 280 millions d’euros de chiffre d’affaires, en forte hausse de 40% par rapport à 2018. L’entreprise ne précise pas sa rentabilité.

À noter

La Compagnie du Ponant multiplie les partenaires, comme avec Alain Ducasse pour la restauration, la National Geographic Society pour une quarantaine de croisières en 2019, et bientôt avec une chaîne hôtelière.