La hausse du prix des granulés de bois est-elle organisée ?

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Les professionnels souffrent de la hausse des coûts de production, tandis que les ventes de pellets dépassent toutes les prévisions.

« Comme tous ceux qui ont opté pour le chauffage aux granulés, je suis atterrée par l’augmentation du prix des granulés de bois », témoigne Corinne, lectrice de 60 Millions qui a équipé sa maison en 2020 d’un poêle, espérant faire des économies.

« Nous avons converti notre chaudière fioul en chaudière à granulés », explique Pierre. Nous avons acheté la palette de 66 sacs de 15 kilos [presque une tonne] au prix de 297 € en décembre 2021. En juillet, le prix de cette même palette est passé à 495 €, soit une augmentation de 67 % ! Les industriels profitent-ils de la crise pour se remplir les poches ? « , il se demande.

LIRE AUSSI >>> Rénovation énergétique : cinq idées reçues à défier

Depuis son témoignage, le prix à la tonne a dépassé les 550 €. « Les prix augmentent presque tous les jours et les livraisons prennent plusieurs semaines », explique un grand distributeur.

La sciure de bois devient de plus en plus chère

Comment expliquer cette situation ? « Pour produire une tonne de granulés, nous avons actuellement un surcoût de 100 à 120 €, lié à l’augmentation générale de l’énergie et du coût de fabrication des sciures (matières premières, etc.) », explique Eric Vial, directeur général. Délégué de Propellet France, l’association des professionnels du chauffage aux pellets.

À LIRE  Espace et vie portes ouvertes les 21 et 22 octobre 2022 à Saint-Pol-de-Léon

Deuxième moteur de l’inflation : l’explosion de la demande. En 2021, l’installation de poêles à granulés a augmenté de plus de 40 % et celle de chaudières à granulés de 120 %, dopées par les aides de l’État (MaPrimeRénov’) et les fournisseurs d’énergie (certificats d’économies d’énergie).

LIRE AUSSI >>> Rénovation énergétique : ne manquez pas les bonus

Troisième raison, les choix énergétiques de certaines collectivités locales. « Ceux qui utilisaient jusqu’à présent les pellets comme chauffage d’appoint veulent se passer complètement de gaz pour se chauffer à 100 % avec des pellets, ajoute Eric Vial, ce qui crée une demande encore plus importante à laquelle l’industrie peine à répondre. »

Les surstockages renchérissent les prix

L’interruption des livraisons de pellets par la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine a certainement créé un manque à gagner de 3 millions de tonnes en Europe. Mais cela n’explique pas la hausse des prix observée en France : notre pays produit en effet autant qu’il consomme, ou presque. « En raison de la forte demande, nous devons importer 15 à 20 % de notre consommation de granulés, à des prix très élevés », reconnaît Eric Vial.

Le délégué général de Propellet fustige avant tout un surstockage de carburant par certains particuliers. « Les gens stockent et privent les autres consommateurs, il faut être raisonnable. Selon les professionnels, une bulle s’est formée, rendant les prix artificiellement élevés.

« Nos prévisions étaient que nous pourrions répondre à la demande, qui devait augmenter de 15 % », poursuit-il. Or, actuellement, les ventes ont quintuplé, on ne peut pas suivre. Certains distributeurs n’hésitent donc pas à augmenter leurs prix pour décourager les surstocks. Un abus parfaitement accepté.

À LIRE  [REVUE] Warhammer 40000 : Darktide, A Vermintide 2 with Guns

LIRE AUSSI >>> Vous pouvez réduire vos factures d’énergie par six !

Une pénurie en vue pour cet hiver ?

La filière prévoit de produire un million de tonnes supplémentaires entre 2021 et 2024, et envisage de doubler sa capacité de production d’ici 2028. En attendant, les distributeurs alertent sur un risque de pénurie cet hiver.

« En France, les usines de pellets n’acceptent plus de nouveaux clients et n’arrivent même plus à approvisionner la demande de leurs clients historiques, constate Xavier Mahieu, PDG de la marque Brazeco. Les fournisseurs nationaux de grumes de bois limitent également leurs clients sur les quantités livrables. La saison hivernale risque d’être très compliquée. »

Malgré cette situation, le chauffage aux granulés de bois reste de loin le moyen le plus économique, par rapport à l’électricité ou au gaz.

Un panier de produits pour suivre l’inflation à la trace

Nous avons demandé à l’institut NielsenIQ, qui collecte chaque mois les données de 10 000 points de vente, de nous fournir l’évolution des prix en rayon. Nous avons sorti un panier de 31 produits de première nécessité.

Découvrez notre Observatoire de l’Inflation avec le détail des produits de notre panier et l’évolution de son prix au fil des mois.