La voiture est (de plus en plus) un produit de luxe

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Les prochaines années risquent-elles d’exclure de plus en plus de familles de la possibilité de posséder une voiture ? C’est l’une des questions posées par le 23e Observatoire de l’automobile Cetelem 2023 présenté le 13 octobre. Cette enquête, menée dans 18 pays dont la France (1), portait sur la question du coût de la voiture, à l’achat comme à l’usage. Une chose ressort : la voiture n’a jamais été aussi près d’être un luxe. Rappelons qu’aujourd’hui environ 85% des familles françaises en possèdent au moins un.

Parmi l’abondance de chiffres communiqués, certains pointent la course à la hausse du prix des voitures neuves. Le prix au kilo d’une voiture, indice qui permet de comparer tous les types de véhicules, est passé en France de 10,76 € en 2001 à près de 16 € en 2020. Autre comparaison : quand l’inflation a augmenté de près de 30 % depuis 2001, Le prix catalogue des véhicules a bondi de plus de 60 %. Aujourd’hui, l’âge moyen d’un acheteur de véhicule neuf est de plus de 55 ans.

604 000 ventes de voiture neuves

Heureusement, le marché de l’occasion permet de réduire l’investissement initial. Alors que 604 000 véhicules neufs devraient être vendus en 2022 aux particuliers, selon les estimations de Cetelem, les ventes seront de l’ordre de 5,5 millions d’unités. A noter que les ventes de véhicules neufs sont sans doute les plus faibles depuis quatre décennies, alors que la moyenne des années précédant le Covid atteignait environ 2 millions de voitures. C’est essentiellement la difficulté des producteurs à s’approvisionner en semi-conducteurs qui explique ces chiffres décevants, alors qu’ils disposent d’environ six mois de carnets de commandes.

À LIRE  Vendre une voiture : quels documents dois-je fournir ?

Or, quand on demande aux Français combien ils ont payé leur véhicule (neuf ou occasion), la moyenne est de 16 553 € (plus de 20 000 € en Allemagne). Et 60% de ces acheteurs jugent finalement ce prix « très raisonnable » ou « plutôt raisonnable ». En revanche, ces jugements ne sont portés que par 57% des répondants en cas d’achat d’un véhicule neuf, mais par 77% lorsqu’il s’agit d’un véhicule d’occasion.

2 870 € pour les coûts d’usage annuels

Mais c’est le coût d’utilisation qui inquiète le plus les consommateurs. En France, les automobilistes les estiment à 2 870 € par an et par voiture : 1 745 € pour le carburant, 546 € pour l’entretien et les réparations et 579 € pour l’assurance. Et c’est surtout l’essence qui cristallise les tensions dans ce budget.

Pourtant, 75% des automobilistes français déclarent qu’il leur est impossible de se passer d’un véhicule, même si cela demande à une grande majorité d’entre eux des sacrifices « inévitables ». Il s’agit donc de réduire ses dépenses à tout prix, en renonçant par exemple à certains trajets (pour 62 % des Français) pour réduire la consommation de carburant.

Enfin, 59% des automobilistes en France déclarent craindre un jour de ne plus avoir les moyens de posséder un véhicule. Et certains spécialistes s’interrogent sur les prix futurs des véhicules électriques – actuellement au moins 20 % plus chers, jusqu’à 100 % pour le même modèle – alors que la vente de véhicules thermiques neufs sera interdite en Europe en 2035.