L’architecture d’urgence Shigeru Ban, prix Pritzker 2014, mise au service des réfugiés à Paris

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

L’architecte japonais Shigeru Ban a fait installer ses célèbres abris d’urgence en tubes de carton dans deux gymnases parisiens qui accueillent des réfugiés ukrainiens sur la route.

Les femmes et les enfants en internat au gymnase Marie-Paradis près de la gare de l’Est, voulu par la Mairie de Paris début mars, peuvent désormais se reposer dans les 80 lits du camp : le 23 mars dans à peine une heure. moitié, quelques étudiants de l’école d’architecture de Versailles ont construit 42 espaces privés à l’aide de tuyaux et de textiles fournis par des industriels.

L’opération est répétée le 24 mars dans le gymnase près de la gare de Lyon d’où les réfugiés ukrainiens quittent la capitale de la France pour le sud de l’Europe, afin de créer une vingtaine de cellules.

Gymnase Marie Paradis – Paris 10ème. © VAN et Shigeru Ban

????????? Le gymnase Marie Paradis accueille, avec @assoaurore, des réfugiés d’Ukraine arrivés à la Gare de l’Est. ?? pic.twitter.com/keuHP3lBDB

« La vie privée est un droit humain fondamental », a déclaré Shigeru Ban, 64 ans, le créateur de ces structures temporaires qu’il utilise dans le monde entier depuis le milieu des années 1990 pour répondre aux catastrophes naturelles et aux catastrophes humanitaires.

Gymnase Victor Young Perez – Paris 12e © VAN et Shigeru Ban

Conseiller du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), il a donc travaillé dans le refuge d’urgence pour les victimes du génocide de 1994 au Rwanda, du tremblement de terre de Kobe en 1995 et des suivants qui se sont produits au Japon, en Turquie en 1999, en Inde en 2001, en Italie en 2016. .. Chelm, une ville polonaise à la frontière avec l’Ukraine avec de nombreux réfugiés, avait construit 1 200 bâtiments de ce type, dont 880 qui seront envoyés dans le pays à cause de l’invasion. Armée russe. Certaines personnes évacuées lui ont dit qu’elles étaient « très reconnaissantes d’avoir de l’intimité », a-t-elle déclaré. Il raconte : « Une femme a cessé de pleurer dès qu’elle est entrée dans cet espace privé.

À LIRE  Un mot, un geste, le plombier fait le reste

A Paris, où l’architecte de la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt et du Centre Pompidou à Metz a un bureau, il a encouragé ce développement à la mairie. Ces chambres permettent aux réfugiés d’Ukraine de passer « deux à trois jours dans des conditions acceptables », sachant qu' »en général, ils restent entre 24 et 48 heures », estime Léa Filoche, adjointe chargée de l’unité. Au soir du 23 mars à Marie-Paradis, presque tous les lits étaient occupés, selon l’organisme Aurore qui gère l’accueil.

La mairie se « prépare à ouvrir d’autres lieux » d’exercice selon les impératifs fixés par l’Etat, a indiqué Léa Filoche.

Source : batirama.com & AFP / Photo d’un dans le gymnase de Victor Young Perez – Paris 12e © VAN et Shigeru Ban