Le First 305, un voilier de course, adouci et idéal pour la croisière

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Un voilier très habitable

Le First 305 est très habitable et propose deux cabines, un très grand carré et un espace sanitaire. Il est vrai qu’à 10 pieds de haut faisceau, le volume intérieur est de 32/33 pieds.

Son plan intérieur n’a plus rien à voir avec le modèle dont il est issu.

Nouveau bateau pour plus de navigation

Après plus de 10 ans de navigation en Ecume de Mer, Nadia, l’heureuse propriétaire de l’Enez Vey qui l’a rencontrée dans le port de Brest, ressent le besoin d’un peu plus de confort et de la possibilité de naviguer plus loin et plus longtemps. Le bateau étant basé à Brest, les destinations ne manquent pas tant au nord qu’au sud.

Changez de vaisseau aussi ! Mais pour quoi?

Rédiger une spécification se résume rapidement à ce qui suit :

Il oriente les recherches vers un bateau pneumatique lesté, réputé plus stable que le bateau pneumatique intégré et qui, même à l’arrêt, conserve un appendice embryonnaire pour la manœuvre.

Après avoir vendu Ecume de Mer et fait quelques recherches, le choix s’est porté sur le First 305 DL.

Construite en 1987, elle est en parfait état, comme le confirment ses différents carnets d’entretien. Après une inspection complète, un séchage et des tests, l’achat est validé.

Le plaisir de l’échouage

Premier grand bonheur : la mise à la terre. « Je suis une adepte des petits mouillages avec peu ou pas d’eau et c’est super avec ce bateau », confie Nadia. « Je lève l’épée et le bateau atterrit sur ses deux rames et son saumon. Le tirant d’eau à cet endroit est de 0,75 m ! Sec, il est remarquablement stable, on peut facilement avancer à l’arrière et grâce à son échelle sur le tablier arrière, la descente vers le bas est aisée (même à la nage, d’ailleurs !) »

À LIRE  A quels critères une destination de vacances doit-elle répondre pour que ses touristes soient satisfaits ?

« Comme je le voulais, le cockpit est fermé et assez spacieux pour un équipage complet. L’absence de barre d’écoute de GV au centre du cockpit facilite les manœuvres et les déplacements », ajoute Nadia.

« Des lattes pleines pour le look, les bancs sont confortables et l’alignement des hiloires permet une bonne position de tir. Grâce aux deux rames, la rame est toujours légère et il y a toujours une rame dans l’eau… Le grand coffre tribord accueille tout notre bazar de croisière, sans oublier le spi, le foc et l’aussière », souligne l’armateur.

Le bateau est gréé en tête en sloop avec une grand-voile de 19 m², un génois sur enrouleur de 31 m² et un spi symétrique de 75 m². Il dispose également d’un foc monté sur un étai débrayable. Un moteur Volvo de 18 cv avec arbre porte-hélice complète la propulsion du bateau.

La dérive est manœuvrée par une vis sans fin (100 tours pour dérive basse…) et permet un tirant d’eau compris entre 0,75m et 2,00m ne réduisant le vent qu’à partir de 18 nœuds apparents. C’est un vrai confort de navigation ! », se réjouit Nadia.

Un aménagement intérieur digne des grands.

Son aménagement intérieur offre un réel intérêt avec une hauteur sous barrot de 1,85 m.

« Quand on entre à l’intérieur on n’a pas l’impression d’être dans un bateau de 30 pieds. On peut coucher 4 personnes très confortablement grâce aux 2 cabines doubles et occasionnellement 5 ou 6 personnes en utilisant les couchettes du carré.

Pour un usage quotidien, un évier avec 2 bacs, une double gazinière et four sur cardan et, vrai plus, un réfrigérateur équipent la cuisine. Petit point noir : la réserve d’eau douce d’origine, qui n’est que de 80 litres et devrait donc être doublée.

En matière d’énergie, nous avons tendance à être des fans de lampes frontales ou de lampes LED à piles pour économiser les piles. Par précaution nous avons ajouté une batterie 70A pour le moteur et gardé en série les deux batteries d’origine (soit 2 x 70A) pour le service, notamment le frigo. C’est pour le beurre !

À LIRE  Sugar Daddy, relations dangereuses | L'observateur

Le volet de navigation est plus que suffisant. VHF, Navtex, GPS, bibliothèque répétiteur sondeur, anémomètre et girouette, bref, tout y est », conclut Nadia.

Et la navigation ?

C’est un bateau un peu lourd comme beaucoup de bateaux de cette génération. En navigation, ses 4 tonnes de déplacement se ressentent. La version DL à spatule très large n’a pas l’hydrodynamisme des versions quillard mais est une option de navigation.

« Par contre, tout change à partir de 8/10 nœuds de vent. Les accélérations sont importantes et le bateau atteint rapidement la vitesse critique. 20 nœuds de vent et c’est super ! » s’enthousiasme le navigateur.

« On navigue un peu et beaucoup entre les Iles Chausey et l’Ile d’Yeu au gré de la météo. Notre capacité à aller à terre et donc à trouver de petits mouillages rend ce bateau idéal pour les zones de marées comme la nôtre. Pour plus de Confort, on peut choisir des ports comme Sauzon sur Belle Ile ou Porz Kernoc’h sur l’Ile de Batz, mais toujours échoués », explique Nadia.

« Selon l’état du fond marin ou si vous n’êtes pas sûr de son état, nous pouvons également le soulever, ce qui soulage les avirons. Le bateau est d’autant plus stable.

« En conclusion, je dirais que nous avons trouvé le bateau qui nous convient. Nous nous sentons en sécurité, nous pouvons facilement naviguer 60 à 80 milles, même en équipage réduit, ce qui est souvent le cas. Le confort au mouillage est absolu et même si cette taille de bateau offre le confort d’une caravane plutôt que d’un yacht, elle nous convient très bien », conclut Nadia