Le photographe chartrain a parcouru le monde à la recherche de…

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Ludovic Coudray est originaire de Chartres (Eure-et-Loir) et si les opportunités de l’existence l’ont poussé aux quatre coins de la planète, il revient toujours à ses origines.

Ludovic Coudray est un pur produit de Chartres (Eure-et-Loir), et il le revendique haut et fort ! A 51 ans, il migre pourtant à Paris pour sa carrière puis parcourt la planète pour ses passions, mais son épicentre reste toujours le pays chartrain.

Un territoire qu’il affectionne particulièrement et qu’il aime mettre en valeur dans ses photographies. Le public pourra découvrir son talent en février 2023 à Châteaudun où il exposera des œuvres réalisées dans le monde entier, dans des lieux uniques, comme de nombreuses cathédrales naturelles.

Sommaire

De la terre à la pub

Le parcours de Ludovic l’a d’abord conduit à des études agricoles, en élevage, au Lycée de la Saussaye puis à Mignières pour un BTA en agroalimentaire.

Après son service militaire, il se donne un an pour réfléchir à ce qu’il veut vraiment faire. L’agriculture c’est bien, mais ça ne le fait pas vibrer plus que ça.

Sportif dans l’âme, il aime la compétition et les défis. Et il voit ce monde se développer à grands pas, notamment dans la communication et le marketing. C’est que dans le tracteur on a le temps d’écouter longtemps la radio !

Il pousse donc la porte de Chérie FM à Châteaudun, son premier métier, où il touche un peu à tout. Il a ensuite été débauché par IP, la branche agence commerciale du groupe RTL (la radio à laquelle il était branché dans le tracteur) où il est resté deux ans.

Il a continué à France Télévisions avant, à 28 ans, de revenir enfin dans l’IP où il s’est installé pendant dix ans.

TV Magazine et la photo jamais loin

Le temps de ses fonctions chez NRJ et cette fois il arrive à la direction commerciale de TV Magazine où il reste cinq ans et prend la tête de la restructuration de Bayard Presse.

Son goût du challenge reste dans son corps, il sent que le monde du digital presse fort alors il reprend une formation en stratégie, à l’ESSEC, en Angleterre…

À LIRE  Montesquieu Volvestre. La Palme d'Or à Cannes ravit le festival du film

Et parmi ses passions, une ne le quitte quasiment jamais, celle de la photographie.

Initié presque tous les jours rue François Ier au siège historique de RTL avec cette Tour Eiffel en toile de fond, il pratique sans professionnaliser sa démarche.

Et puis, un jour, je me suis arrêté devant l’exposition La Terre vue du ciel de Yann Arthus-Bertrand. Quand j’ai vu tous ces paysages incroyables, je me suis dit, il faut que j’y aille !

Il voulait voyager depuis longtemps, maintenant il sait qu’il doit faire un pas.

« On choisit le paysage de son âme »

Il avait déjà rencontré Yann Arthus-Bertrand sans oser l’approcher et il a fini par le contacter et s’est retrouvé avec une dédicace de sa part en forme de sésame : « Pour Ludovic, on choisit le paysage de son âme »…

Les paysages de son âme, Ludovic les extraira de Terres d’Aventure, où il multiplie les randonnées dans des lieux d’exception, les ascensions, les bivouacs dans les plus beaux endroits du monde. Il applique le principe de Pareto « 80% des endroits dans le monde n’ont que 20% de leur population ».

Tant de voyages, parfois de voyages, tant de recherches, tant de chasses aux images, aux sensations, aux sensibilités… Il abandonne le pont Canon dès ses débuts pour s’équiper d’un matériel plus professionnel et plus résistant aussi aux déplacements parfois extrêmes.

De retour avec des images sacrées dans son sac, il se fait remarquer par des magazines comme Géo ou au concours SFR Jeunes Talents. Sa photographie de rails à perte de vue dans le désert bolivien est ainsi retenue par Marc Riboud sur le thème de la géométrie dans le paysage.

La quête de la sensibilité des gens

A l’occasion de ce concours il côtoie Reza, célèbre pour ses photographies du commandant Massoud qui lui donne de précieux conseils et le conforte dans sa captation de la sensibilité, dans l’écriture photographique.

Ses propos le touchent, il s’oriente en fait plutôt vers des scènes de vie comme à Zanzibar avec ces ramasseurs d’algues qui ont fait l’objet d’une exposition au Jardin des Plantes.

À LIRE  Bientôt le 7ème Salon International du Tourisme de Cannes

Le virus ne le quitte jamais, il voyage en pensant aux images qu’il pourra rapporter. Du désert glacial bolivien il continue jusqu’à la fournaise d’Ethiopie et cette collection de soufre, Namibie, Népal, Maroc, Mauritanie, Inde…

A travers ces voyages, souvent dans des régions aux conditions extrêmes pour les organismes, j’ai appris la fraîcheur d’une eau potable à 28°C !

A Châteaudun avec son exposition Décalcomanies – référence à ces collages qui s’estompent comme un souvenir de voyage mais restent gravés dans l’inconscient – il présentera une quinzaine d’estampes représentatives de ces lieux uniques au monde.

Il y a les paysages, bien sûr, mais presque toujours en filigrane, des bouts d’humanité survivants comme ce nomade, qui n’hésite pas à partager son pain, une part pour tout son parcours.

Et puis l’Eure-et-Loir

Avec la crise sanitaire, le photographe a profité de l’excursion quotidienne d’une heure pour immortaliser des moments inédits de vie à l’arrêt. La vie citadine a disparu.

Il aime aussi croquer l’Eure-et-Loir, ses champs de Beauce à perte de vue où il trouve la géométrie qui agrandit les perspectives. Il vient de commencer une série en noir et blanc sur la solitude dans ces paysages.

Des ambiances qu’il affectionne particulièrement, propices à réfléchir sur notre univers, notre place dans ce monde.

Son graal ? Mongolie, Ouzbékistan ou encore aller à l’incroyable festival Holi en Inde, il retrouvera alors les couleurs !

En fait, je ne pense pas avoir vraiment quitté Chartres avec la photo. Elle était toujours là quelque part…

Il y a tant de cathédrales dans tous ces lieux puissants, formés par la nature, propices à la contemplation.

█ Pratique : Ludovic Coudray expose Décalcomanies, du 6 au 17 février 2023 à la mairie de Châteaudun.

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre Actu Chartres dans l’espace Mon Actu. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.