Le salon de l’immobilier de Nîmes : « plus le climat est anxieux, plus les clients se tournent vers les professionnels

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

À mesure que les taux hypothécaires augmentent, les courtiers se positionnent comme un refuge contre les fluctuations. Le salon de l’immobilier organisé par Mid Libre et L’Agence se déroule au Parc des expositions jusqu’au 9 octobre.

Annie et Denis recherchent un appartement proche du centre-ville et avec ascenseur pour leurs grands âges. Au Salon de l’Immobilier, ils sont tombés sur le stand Habitec qui abrite une maquette d’un nouveau programme immobilier : le Domaine Puech du Teil, sur l’allée du même nom. « Il y a de la verdure, on n’est pas loin du centre et le prix au mètre carré n’est pas exorbitant », affirment ces retraités.

Le programme Puech du Teil et ses 40 logements n’est pas encore construit, mais il a déjà été commercialisé en amont. Et selon Karen Winkler, directrice générale d’Habitec, ça marche : « Il y a déjà 50 % d’acquisitions au prix de 4200 € le m2. C’est un programme mixte avec des appartements et des maisons de différentes tailles avec jardins. Au dernier étage, la vue de Nîmes est remarquable. »

Lors de l’achat d’un appartement, Annie et Denis pourraient être tentés de se rendre chez un agent immobilier. La profession est très prisée en cette période de hausse des taux d’emprunt. « Plus le climat est anxiogène, plus nous sommes enclins à recourir à des professionnels, explique Yann Hubert d’AB brokerage. Car toutes les banques ne grandissent pas au même rythme et il y a parfois de grandes différences. »

Les taux ont nettement augmenté au cours de la dernière année. « Il y a un an on était à 0,9%. On a monté entre 1,80 et 2,50% sur 25 ans et entre 1,40 et 2% sur 20 ans, précise Vincent Fesneault, patron de l’agence Cafpi de Nîmes « C’est en fait la Banque centrale européenne qui a a relevé ses taux directeurs pour refinancer ce qui a été donné en période de crise.Les banques doivent s’indexer.Mais il y a un taux maximum qu’il ne faut pas dépasser : c’est le taux d’usure qui est actuellement fixé à 3,05% sur 25 ans.

À LIRE  Vienne : les frais funéraires ne sont pas encore touchés par la crise

Une situation mouvementée qui n’empêche pas le marché immobilier nîmois d’attirer les acquéreurs. Le salon de l’immobilier durera jusqu’à dimanche.