Les antécédents connus du courtier d’assurance avant le sinistre ne seront pas pénalisés pour fausse déclaration

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Étude de cas

Dans le cadre du premier prêt logement, l’assuré a souscrit un contrat d’assurance garantissant le remboursement des échéances du prêt, notamment en cas d’Incapacité Totale Temporaire de Travail (ITT). A cette occasion, il lui a été demandé de soumettre ses antécédents médicaux à l’aide d’un questionnaire de santé.

Un an plus tard, dans le cadre du second emprunt, l’assuré dépose une nouvelle demande d’adhésion auprès du même assureur. Il a été réinvité à remplir un questionnaire de santé et a signalé une pathologie à cette occasion.

Placé en arrêt de travail pour une autre pathologie, l’assuré demande à l’assureur de mettre en place la garantie ITT de l’assureur de l’emprunteur couvrant son premier crédit immobilier.

Cependant, la compagnie d’assurance a refusé parce que l’assuré n’avait pas déclaré l’un de ses antécédents médicaux lors de sa première adhésion. Par conséquent, il s’est opposé à la peine prévue à l’art. L.113-9 du Code des assurances en cas de fausse déclaration involontaire.

L’assuré conteste cette décision, affirmant que l’assureur était au courant de son état de santé.

En effet, bien que ces antécédents médicaux n’aient pas été divulgués lors de sa première adhésion, il les a néanmoins portés à la connaissance de l’assureur par le biais d’un questionnaire de santé rempli et signé dans le cadre de sa deuxième adhésion.

La Cour de cassation a depuis longtemps reconnu [1] que si un assuré établit que l’assureur avait connaissance des faits non déclarés, il peut échapper aux sanctions prévues en cas de fausse déclaration de risque.

En l’espèce, il ressort du dossier que la santé de l’assuré a effectivement été restituée à l’assureur avant la survenance de l’indisponibilité. En particulier, un courrier du médecin-conseil d’une compagnie d’assurances, adressé à l’assuré dans le cadre de sa déclaration de santé pour la deuxième souscription, l’incite à remplir un questionnaire plus spécifique à cette pathologie.

À LIRE  Logement : vers une baisse des prix en 2023 ?