Les meilleures écoles de commerce pour s’entraîner

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Toutes les écoles promeuvent-elles les activités sportives de la même manière ? Le Figaro-Étudiant a mené des recherches auprès de 37 d’entre eux.

Trois terrains de football, un terrain de rugby, deux terrains de basket, deux terrains de volley, un mur d’escalade, dix terrains de badminton et deux courts de tennis. Nous ne sommes pas au Racing Club de France, mais sur le campus d’HEC, à Jouy-en-Josas (Yvelines).

HEC n’est pas la seule école de commerce à mettre l’accent sur les activités sportives que les étudiants adorent. C’est ce que montre un tableau répertoriant leurs équipements sportifs et leurs partenariats, à partir d’un questionnaire envoyé à 37 écoles par Le Figaro-Etudiant.

« Depuis la fin de la quarantaine, les étudiants ont privilégié les activités sportives, constate Alexandrine Bornier, responsable du développement et de l’accompagnement à la personne au Burgundy SB, à Dijon. Aujourd’hui, la demande est telle que le bureau des sports a demandé des rendez-vous supplémentaires pour l’accès à notre salle de fitness. La soif d’espace a conduit Skema (campus Sophia) à proposer un mur d’escalade et un parcours santé dans la pinède de son campus.

Sommaire

Le modèle rêvé des universités américaines

À l’instar des universités américaines, certaines écoles vont même jusqu’à concevoir des programmes spéciaux pour les étudiants qui pratiquent un sport de haut niveau. A l’Edhec, un accompagnement personnalisé leur est proposé, incluant les frais de déplacement. De son côté, Grenoble EM a remporté le label ministériel Génération 2024 grâce à son projet sportif porté notamment par son équipe Sport & Management, qui soutient les athlètes de compétition depuis plus de 12 ans. Mais tous les étudiants ne sont pas des sportifs de haut niveau. Ils ont encore besoin de faire du sport pour évacuer le stress et recharger leurs batteries après les cours. Cependant, toutes les écoles ne sont pas dans le même bateau.

À LIRE  Casteljaloux. Événement : une journée pour se reconstruire pour les victimes de violences conjugales

La salle de muscu, «minimum vital»

Au niveau des écoles les mieux équipées, IMT BS d’Évry se démarque et se hisse au niveau de HEC, Essec et EM Lyon, les trois écoles les mieux équipées : salle multisports, équipement de street workout (musculation en plein air), terrain pour le basket, un terrain de volley, deux terrains de pétanque et deux guinguettes…

Mais seul un tiers du campus (27 sur 64) dispose d’un espace de musculation – fitness avec matériel : le « minimum vital » que devrait avoir toute école, puisqu’il permet une activité intensive dans un espace minimal – il n’y a pas besoin d’en profiter d’un immense campus vert pour en installer un.

En plus des salles de musculation, 22 des 64 campus disposent d’un gymnase multisports (danse, fitness, judo, etc.), d’un gymnase d’entraînement, ou encore de terrains « indoor » où de nombreuses activités peuvent être pratiquées.

Et près de la moitié des campus (28 sur 64) ne disposent ni d’équipements « indoor » (salles de musculation, fitness, salles de musculation, etc.) ni de terrains « outdoor » (terrains de volley, de handball, etc.).

Partenariats intéressants avec les clubs de sport

Cependant, la plupart des écoles qui n’ont pas été rééquipées ont eu la bonne idée de signer des partenariats avec des municipalités ou des clubs sportifs. L’intérêt? Donner aux étudiants un accès gratuit à ces installations. Seul bémol : ils sont parfois très éloignés du campus – ainsi de l’ICD Paris, qui propose un magnifique partenariat avec le centre sportif CDFAS d’Eaubonne (gratuit pour l’athlétisme, les arts martiaux, le football et même le golf et le tennis), qui est tout de même à 19 kilomètres du campus et à 50 minutes en transports en commun, dans la banlieue nord.

À LIRE  VIDÉO. Lot : cours de fitness pour les femmes victimes du cancer du sein

Des sports rares ou originaux

Il n’en reste pas moins que si tous les campus ne se valent pas en matière d’offre sportive, certains réservent de bonnes surprises ou font preuve d’originalité. Par exemple, l’Edhec de Lille, avec sa piscine couverte de 25 mètres, l’Essec avec son court de squash intégré ou encore Kedge Bordeaux, avec son city stade de 700 m² sur le toit. Mention spéciale et chapeau à l’Ipag pour son « Parcours X’trem » ouvert à tous les étudiants de première année. Durant une semaine continue, ils pourront pratiquer une activité sportive originale et intense et choisir entre une balade à cheval dans le Périgord, un stage « plongée pour la survie » en Bretagne ou encore un stage de voile dans le Finistère (liste non exhaustive). Tout cela sans frais supplémentaires, car cette semaine de sport intensif est comprise dans les frais de scolarité. Un service qui fait partie des « pépites » que vous pourrez découvrir dans notre tableau comparatif.

L’apport des associations sportives des élèves

Enfin, il ne faut pas oublier les associations sportives gérées par des étudiants : elles permettent de pratiquer de nombreux sports, pour un prix souvent modique. Nous n’avons pas insisté sur cet aspect dans notre comparatif, car c’est avant tout l’engagement des écoles envers le sport que nous avons voulu évaluer. Cependant, la dynamique des associations sportives repose avant tout sur les élèves qui les animent, bien que ces associations soient souvent subventionnées par l’école. Bref, lors du choix d’une école de commerce, les étudiants-athlètes peuvent se tourner vers un campus bien équipé ou qui propose des partenariats « sportifs » intéressants.