Les syndicats réclament une nouvelle forme de contrat de génération néerlandais

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Publié le 23 octobre 2022, 11h39. Mis à jour le 23 octobre 2022 à 18h28

Étonnante convergence de points de vue dans les débats sur la réforme de la sécurité sociale. Les syndicats et l’Institut Montaigne, think tank proche du patronat, sont chacun à leurs côtés pour une mise à jour actualisée du contrat de génération, l’un des dispositifs emblématiques du quinquennat de François Hollande pour résoudre le chômage des jeunes et plus de 55 ans. années.

Les syndicats participant aux consultations sur la réforme des retraites devraient en parler ce lundi après-midi. Dans le cadre du premier round de discussions initié par le gouvernement, chaque organisation a déjà défendu ses mesures sur l’emploi des seniors et la prévention de l’épuisement professionnel auprès du cabinet du ministre du Travail, Olivier Dussopt, lors de rencontres bilatérales.

De génération à génération

Unis pour dénoncer le report de l’âge légal à 65 ans, les syndicats cherchent aussi à dégager d’autres positions communes. Ils ne sont pas encore décidés, mais parmi les points de convergence qui se dégagent figure le lancement d’une sorte de contrat de génération 2.0.

Lancé en 2013, le contrat de génération visait à favoriser le maintien dans l’emploi des seniors, en favorisant l’embauche de jeunes en CDI et la transmission des compétences entre générations. Le tout grâce à une incitation financière. L’appliquant différemment selon la taille des entreprises, le dispositif n’a pas fait son chemin. Déjà en 2016, la Cour des comptes avait porté un sévère réquisitoire contre le système jugé trop réglementé.

À LIRE  Pauline Bourdon : "Passer à quelque chose de grand"

En 2017, sur les 500 000 contrats promis, un peu plus de 67 000 avaient été signés, dont beaucoup par pur hasard : l’embauche des jeunes se serait faite sans l’aide. L’acte de décès a été signé dans la première année du premier quinquennat d’Emmanuel Macron, le gouvernement estimant qu’il fallait privilégier les contrats de droit coutumier aux contrats aidés.

Malgré cet échec, sa philosophie continue d’intéresser. Si les syndicats ne détaillent pas de nouvelle version, l’Institut Montaigne va encore plus loin. Dans une note à paraître sur l’emploi des seniors, son auteur, Franck Morel, avocat à Flichy Grangé et ancien conseiller social d’Edouard Philippe à Matignon, défend une « nouvelle forme de contrat intergénérationnel » centrée sur la transmission des savoirs.

Ce contrat, signé entre les entreprises et les pouvoirs publics et/ou les branches, formaliserait une forme de tutorat entre jeunes et seniors. Elle serait associée à des objectifs formalisés, elle donnerait lieu à des jalons. Et cela tirerait parti de l’expérience de la solution Plan 1 young 1.

D’autres points de convergence

Pour inciter les entreprises à l’utiliser, il pourrait être intégré à l’indice des seniors, l’indicateur que le gouvernement envisage de créer pour inciter les seniors à l’emploi. Enfin, ce contrat intergénérationnel pourrait bénéficier de crédits du fonds de formation FNE ou de fonds conventionnels.

Parmi les autres dossiers sur lesquels les syndicats tentent de dégager des positions communes figure la formation des seniors. Les organisations s’engagent à faire en sorte que les parties prenantes puissent maintenir leurs compétences pour rester en emploi le plus longtemps possible. Ils sont également associés à une amélioration de la retraite progressive qui permet, à partir de 60 ans, de travailler à temps partiel en percevant une partie de leur retraite.

À LIRE  Découvrez la Galerie Bien-être des Galeries Lafayette Haussmann [VIDEO]

Les syndicats cherchent d’abord à faire front commun sur l’emploi des seniors. Cependant, sur la question de la pénibilité (ou usure professionnelle), un autre point de convergence semble se dessiner dans la réintégration des pénibilités supprimées en 2017 au nom de la simplification. Les facteurs de rareté sont essentiels pour permettre à ceux qui travaillent dur d’accéder à des droits à la formation, au travail à temps partiel ou à la retraite anticipée, mais les employeurs dénoncent sans cesse un système trop compliqué .

Comment décrypter les évolutions de notre époque ?

Transition écologique, inflation, crises politiques, entreprises innovantes… L’actualité, parfois brutale ou stimulante, est le reflet de nos sociétés en évolution. Pour comprendre ces changements, « Les Echos » est un outil de travail au quotidien. Grâce à nos 200 journalistes experts, nous vous accompagnons au quotidien pour éclairer l’actualité économique, politique et internationale. Nos recherches, analyses, chroniques et éditoriaux sont des ressources mises à disposition de nos abonnés pour alimenter leur réflexion stratégique et les aider à décrypter la complexité de notre époque.