L’hôpital de Bourges à l’aube de profondes mutations : voici …

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

La création des services de dentisterie et de médecine infectieuse, l’ouverture d’une véritable unité de soins palliatifs, la restructuration prioritaire des urgences d’ici 2025 et la reconstruction de l’Ehpad Taillegrain d’ici 2026 sont les premières étapes concrètes inscrites dans la feuille de route de Bourges Centre Hospitalier. Il a été présenté ce mercredi 18 janvier.

C’est un petit livret d’une quarantaine de pages, présenté ce mercredi 18 janvier, issu de la réflexion, des efforts et des contributions d’environ 850 personnes. Déclarations d’intention, objectifs à moyen et long terme, méthodes parfois innovantes, délais et étapes à suivre… Tout cela fixe le cap du centre hospitalier Jacques-Cœur de Bourges à l’horizon 2026 (le CHB), fleuron de la santé publique système dans le département du Cher.

« Ce projet de start-up (*) n’a pas été créé par le recours à des consultants externes ou par la sous-traitance à une société spécialisée », a expliqué la directrice générale du CHB, Agnès Cornillault. Par le biais de questionnaires généralisés, dont nous avons reçu plus de 700. Remplis en détail, nous avons voulu interroger les usagers de l’hôpital et, qui plus est, les Berruyers sur leurs attentes et attentes vis-à-vis de l’établissement et de son développement, ainsi les usagers ont reçu 356 réponses, trois thèmes principaux se sont cristallisés : la nécessité d’améliorer la prise de rendez-vous et la prise en charge des patients d’urgence, ainsi qu’une meilleure accessibilité à l’hôpital.

Trois grands axes définis

Le CHB a également activé son personnel, toujours selon la « démarche participative ». On a fait des interviews, on s’est rencontrés. Professionnels de santé, partenaires institutionnels, patients et simples citoyens ont tous eu leur mot à dire, selon la direction. L’effort en valait la chandelle puisqu’il s’agissait de définir l’avenir proche d’une entreprise en proie à de nombreuses difficultés. Trois axes principaux ont été définis.

À LIRE  En acceptant le prix Nobel de la paix, Ukrainiens et Russes dénoncent la guerre "folle" de Poutine

Graves inquiétudes au service pédiatrique de l’hôpital de Bourges

Le premier vise à installer une ligne au sommet du CHB plus à l’écoute des besoins du personnel et des patients. « Aussi un CHB soucieux de l’environnement, a souhaité Mme Cornillault. Un hôpital consomme beaucoup d’énergie et produit beaucoup de déchets. Plus que jamais, nous devons prendre en compte cette situation et améliorer notre gestion de ces enjeux. »

Un projet innovant, « voiture médico-soignante », devrait être défini, « pour que le personnel soignant ne travaille plus en équipe, mais enfin en équipe », a souligné le Dr. Laurent Vaz, Président de la Commission Médicale Institutionnelle (CME) du CHB.

« Le patient est une unité, avec un parcours de soins, et les deux sont liés. Cela nécessite une approche globale. Nous avons défini les principes, cela a été discuté, débattu et présenté au personnel du CHB qui semblait très motivé et très mobilisé. « 

Laurent Vaz (Président de la Commission Médicale CHB Institution)

Enfin, un volet immobilier a été présenté, avec des résultats concrets à court terme. Le service des urgences du CHB va donc progressivement subir une profonde restructuration jusqu’en 2025, qualifiée de « prioritaire plus que jamais ». Présenté en détail en juin 2022, ce projet d’envergure est actuellement en cours de lancement.

L’Ehpad Taillegrain reconstruit

De son côté, l’Ehpad de Taillegrain sera entièrement reconstruit de 2024 à 2026. Une opération de 14 millions d’euros financée en partie par les fonds du volet immobilier du plan santé de Ségur. Le Conseil Départemental du Cher y contribuera, le CHB également sur ses ressources propres. « Taillegrain (d’une capacité de 129 lits, ndlr), ce sont des bâtiments anciens, voire très anciens, des chambres sans sanitaires, difficiles d’accès… Bref, ces locaux ne sont plus adaptés au système de soins moderne » , a été souligné.

À LIRE  Sites d'information francophones indépendants participants

La transformation des métiers de santé et la revalorisation du personnel soignant au coeur d’un premier accord à l’hôpital Jacques-Cœur de Bourges

A partir de janvier 2023, la maternité du CHB devra être équipée d’une « salle naturelle » pour les accouchements physiologiques. Des « aides-soignants » doivent également être déployés pour décharger les équipes de santé de l’établissement de tout un ensemble de tâches liées au soin lui-même (accueil des patients, démarches administratives, accompagnement des familles et des proches…).

Ouvertures d’un service d’odontologie et d’une unité de soins palliatifs

Enfin, le projet de réinstallation envisage l’ouverture de plusieurs services au CHB à plus long terme. Le cabinet dentaire de l’établissement (il s’agit d’un traitement dentaire sérieux au bloc opératoire, notamment sous anesthésie générale) devrait être élargi de deux cabinets supplémentaires. Un service de médecine infectieuse vient d’ouvrir.

Enfin, l’hôpital disposera d’une véritable unité de soins palliatifs, capable de répondre aux besoins importants recensés tant dans le Cher que dans l’Indre. Une dizaine de lits de soins palliatifs viendront s’ajouter aux 10 à 15 lits de soins palliatifs que compte déjà le CHB.

Rappelons qu’il n’existe que deux unités de ce type en région Centre-Val de Loire, à Orléans et Tours.

(*) Une présentation détaillée de ce document, ouverte à tous, sera organisée le jeudi 26 janvier prochain à 16h00 dans la salle de conférence du CHB. Inscription gratuite (mais obligatoire) à communication@ch-bourges.fr ou simplement au 02.48.48.47.16.