L’intérêt des hôteliers pour les trains de luxe ne se dément pas

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Paris (75) Le lancement d’un train de luxe en Europe par le groupe Accor en 2025, en concurrence directe avec celui exploité par le groupe Belmond (LVMH), n’est qu’une étape de la longue bataille du rail que se livrent, depuis une vingtaine d’années, les groupes hôteliers pour exploiter des trains de légende.

La course de vitesse des années 1980 a porté un coup dur aux trains de nuit, aux wagons-restaurants, mais aussi aux trains de luxe. Mais la donne est en train de changer. « Aujourd’hui, les gens ne veulent plus prendre l’avion, c’est une tendance de fond », explique Eve-Marie Zizza-Lalu, auteure d’un livre sur les grands restaurants à bord des trains de luxe. Malgré l’arrivée du premier TGV (en 1981), qui laissait peu de place aux éloges de l’inertie, les projets de lancement ou de reprise de trains de luxe ont impliqué de nombreux groupes hôteliers dès la fin des années 2000. En 1999, dans le nord du Vietnam, le groupe hôtelier français Électricité et Eaux de Madagascar (EEM) a inspiré de nombreux projets d’avenir avec son Victoria Express. Deux voitures de luxe équipées d’un restaurant très joliment conçu avaient été accrochées à l’arrière du train Hanoï-Kunming pour transférer les clients débarquant de l’aéroport vers les hauteurs tonkinoises de Sapa, via Lao Cai, pour rejoindre leur destination finale, l’hôtel Victoria Station & Spa. Une excellente façon de commencer l’expérience, à l’arrivée au Vietnam, sans que le groupe ne perde une seule nuit. Seuls les clients de l’hôtel pouvaient monter à bord de ce train. Il sera vendu à un groupe vietnamien en 2011.

À LIRE  Quels sont les avantages de faire le tour du monde en croisière ?

Un savoir-faire unique à bord des trains de luxe

De rares individus, comme en Afrique du Sud avec le train Rovos, surnommé l’Orient-Express d’Afrique, excellent dans l’exploitation de ces hôtels roulants. Egalement des opérateurs publics, comme Renfe en Espagne, qui gère avec succès plusieurs lignes de luxe dans la péninsule ibérique. Pourtant, il existe des hôteliers qui font preuve d’un savoir faire unique et planétaire dans ce genre d’activité unique. Le groupe Belmond, racheté par LVMH, reste la référence avec ses sept trains mythiques (six depuis le démantèlement en 2021 du Grand Hibernian en Irlande en raison de la crise sanitaire). Le catalogue de l’ex-groupe Orient Express (dont la licence est désormais la propriété exclusive du groupe Accor) est impressionnant avec Venice-Simplon-Orient-Express, connu pour sa liaison Londres-Venise, Royal Scotsman en Ecosse, Eastern & ; Oriental Express – qui voyage dans un luxe inégalé entre Bangkok et Singapour –, British Pullman au Royaume-Uni et Andean Explorer ainsi que Hiram Bingham au Pérou.

Le groupe Kempinski Hotels, quant à lui, était partenaire du Tangula Express, un train de luxe qui reliait Pékin à Lhassa au Tibet. Le train a cessé de fonctionner en 2018. Pour Kempinski Hotels, un train à l’arrêt peut en cacher un autre en fonctionnement. Le groupe est partenaire de Majestic Imperator, qui propose des croisières en train au départ de Vienne, notamment via Bratislava et Budapest. Un tour de cinq jours dans ce train impérial pour 42 privilégiés coûte à partir de 13 800 € par personne. En 2023, le train de luxe du Puy du Fou devrait voir le jour. L’entreprise dirigée par Nicolas de Villiers est aussi un groupe hôtelier avec ses six établissements bordant le parc vendéen.

À LIRE  A Bordeaux, des manifestants réveillent les croisiéristes

Les croisières ferroviaires ont ainsi de beaux jours devant elles grâce à une logique de transport écologique, mais aussi un retour à la grâce de l’inertie et une envie renouvelée de vivre des rencontres. De plus, la capacité infinie de repositionnement des trains permet de contourner les crises. Quant à l’expérience à bord, elle continue de se déplacer exclusivement grâce au savoir-faire des hôteliers.

#Accor #Kempinski #Belmond #Tangula #CroisièreRailway

Quels sont les trains mythiques ?

Le Nord-Express passe par la gare de Noyon au début du 20ème siècle.

  • 1883 : Rome Express.
  • 1848 : Malle des Indes (train postal, ouvert aux voyageurs à partir de 1890)
  • 1884 : Nord-Express.
  • 1887 : Express Sud.
  • 1890 : Bombay Express.
  • 1890 : Péninsulaire et Oriental Express.
  • 1894 : Ostende Vienne Express.

Quel est le train le plus luxueux du monde ? Le Royal Scotman Belmond, en service depuis 1985, est l’un des trains les plus exclusifs au monde. Ces dix calèches, dont un Bamford spa, traversent l’Ecosse : des plaines à la côte, en passant par les lochs, entre châteaux, distilleries et lieux qui pourraient manquer à Édimbourg.

Quel est la température dans un avion ?

Température cabine La température à bord est maintenue entre 23 et 25°C.

Quelle température fait-il à 8000 mètres d’altitude ? Ce n’est bien sûr pas le cas : à 8000 m il peut faire -30°C, et de nombreux alpinistes ont eu les doigts gelés ou sont morts de froid.